Alpin d’Hôme : Une nuit sous dôme

La station des Orres, dans les Hautes-Alpes, possède depuis peu l’un des hébergements de montagne les plus originaux : Alpin d’Hôme regroupe neuf dômes qui se confondent dans leur environnement naturel.

Trois autres, ainsi qu’un spa sont déjà annoncés en fin d’année 2020. Posés à flanc de montagne, à 1 800 mètres d’altitude, ils offrent l’espace d’une suite d’hôtel avec 2 à 6 couchages, une vue extraordinaire à travers la baie transparente ouverte à 160° ou depuis la terrasse, et un très bon niveau de confort avec une douche à l’italienne et un poêle. 

Publié dans Hotel & Lodge numéro 111

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.alpin-dhome.fr » openin= »_blank »]

Alpin D’Hôme
Parking de Bois Méan 1800,
05200 Les Orres
Téléphone : 04 65 03 03 05

[res_map address= »Parking de Bois Méan 1800, 05200 Les Orres » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte par Céline Baussay | Photos : © Pascal Fraboul

Amantica Lodge – Pérou

Située sur l’île d’Amantani au bord du mythique lac Titicaca, Amantica Lodge est une villa d’exception qui offre à ses clients une expérience unique. Ils peuvent profiter d’une vue incroyable sur le lac, spectaculaire de jour comme de nuit.

Ce lieu mystique offre une expérience inoubliable. Le lodge est construit selon des méthodes ancestrales utilisant des ressources locales, et produit sa propre énergie solaire.

La suite offre une vue magique sur le lac et invite les hôtes à vivre une nuit sereine à la chaleur du feu de cheminée. Quant à la deuxième chambre, elle propose une échappée sur l’ile de Taquile.

La salle de bain se pare de pierre naturelle, la baignoire est taillée dans la roche ; l’espace est propice à un instant de détente face aux eaux du majestueux lac Titicaca.

Diverses activités sont aussi proposées pour connaître les lieux et les habitants de l’île. Amantica Lodge c’est aussi une découverte de la cuisine andine, grâce aux soins d’un chef privé.

Grâce à leurs réservations, les clients participent aux projets sociaux soutenus par l’établissement, comme l’approvisionnement en eau des familles de l’île. De l’architecture, au choix des matériaux ou bien le bilan énergétique, tout a été pensé pour réduire au maximum l’impact négatif de la structure.

Amantica lodge offre une parenthèse unique, éthique et exclusive aux voyageurs désireux de connaître une autre facette du Pérou, tout y est mis en place pour que chacun puisse se ressourcer et profiter d’un séjour en toute sérénité.

AMANTICA LODGE
Lake Titicaca
Amantica, Puno, Peru
Tel: (+51) 959 141 660
www.amanticalodge.com

[res_map address= »Lake Titicaca, Amantica, Puno, Peru » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »8” zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : DR – Photos : DR.

Deplar Farm Lodge Islande

Pas de meilleure base de départ que Deplar Farm, métamorphosée en lodge par le groupe Eleven Experience, pour se projeter dans l’Islande nordique, là où les montagnes surplombent les fjords avant de tomber en pente douce dans l’océan Arctique.

Flirter avec le cercle polaire exige patience, persévérance et temps. On n’atteint pas cet extrême islandais sans des heures d’avion, des escales parfois interminables, des transferts improbables, des tempêtes de neige et un vent de travers contrariant. Mais lorsqu’on débarque devant les maisons moussues de Deplar Farm, paumées, à des lieux d’autres habitations, dans la Péninsule de Tröllaskagi, dite « des Trolls », tout au nord, on laisse choir sur le sol craquelé sa fatigue et son humeur ronchonne. Estomaqué par la couronne de hauts sommets encerclant la vallée de Fljot dont le manteau blanc témoigne des rigueurs climatiques, on guette, en vain, l’apparition des trolls, petits personnages bondissants à la crête fluo.

Gagnant sa suite douillette pour une douche bien méritée, on imagine la vie du dernier fermier qui élevait dans cette bâtisse du XVIIIe siècle quelque 300 moutons. Seul, dans une nature hostile, sans voisin, sans distractions autres que les aurores boréales et la pêche. Ne goûtant pas, comme les citadins de passage, les descentes à ski et les bains plus que toniques dans une mer qu’à ces latitudes le Gulf Stream s’abstient de réchauffer, slalomant dans l’Atlantique proche.

LE + vivre à des dizaines de kilomètres de toute autre habitation, dans un univers quasiment vierge. C’est ça, le luxe absolu.

Quitter, lorsque l’aube pointe, vers 10 heures, l’atmosphère cosy de Deplar sonne comme un hallali. On aimerait se blottir encore sous sa couverture moelleuse avant de pointer son nez dehors, devinant au frémissement de la maigre végétation le vent courant sans retenue dans la vallée.

Le petit déjeuner savouré au coin de la grande cheminée, peau de mouton sur les jambes, prépare le corps comme pour une expédition polaire. Pourtant, on est loin de vouloir rivaliser avec Jean-Louis Étienne marchant pendant 63 jours sur la banquise. Pour s’acclimater en douceur, dédaignant le ski hors piste ou toute autre activité sportive, le ciel étant clément, on choisit de survoler les glaciers et la côte, histoire de saisir la géographie des lieux, de mieux les appréhender. Belle excuse! Mais qu’on ne regrette pas lorsqu’on regagne le lodge après ce vol inimaginable, dévoilant quelques petits villages et ports blottis au fond des fjords qui, seuls, trahissent la présence humaine.

Pour se donner bonne conscience, on nage dans la piscine du spa, chauffée par géothermie, qui se prolonge sans frontière à l’extérieur, se repaissant du silence et de la qualité de l’air avant de tester le sauna viking creusé dans la tourbe et le drôle de caisson d’isolation sensorielle où l’on flotte en apesanteur.

La nuit tombée par surprise, à 16 heures, pas question de ressortir. On se love dans un fauteuil du salon bibliothèque, discutant avec Garðar Garðarsson, la chef, grande et jeune femme. Elle confie se ravitailler en légumes, poissons (saumon omble chevalier) chez les producteurs alentour et adapter les recettes traditionnelles islandaises aux palais d’aujourd’hui, préservant chaque saveur. Au dîner, servi à la grande table d’hôtes, on comprend dès la première bouchée pourquoi un jury de professionnels l’a honorée du titre de meilleur chef 2018 d’Islande.

21 heures, nuit d’encre ! Soudain la lumière change… et on assiste bouche bée à une aurore boréale, semblable à une explosion non maîtrisée de lasers. Époustouflant. Alors, saisi par l’intensité du moment, on émet en secret, comme pour chaque première fois, un vœu. Celui de revenir pendant l’été pour taquiner le saumon, monter à cheval, compter les baleines transhumant au large. Et devenir troll joyeux dans l’une des plus belles péninsules au monde.

[infobox maintitle= »LES AURORES BORÉALES » subtitle= »Au plus près du cercle polaire » bg= »white » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

Fascinants phénomènes que chacun rêve d’observer un jour, provoqués par le vent solaire qui perturbe le champ magnétique protégeant la terre. Quand le soleil expulse des flots de particules à grande vitesse, elles entrent en collision avec les atomes (hydrogène, oxygène, azote…) qui émettent alors des lumières vertes, rouges, roses, violette. C’est au plus près du cercle polaire, dans le nord de l’Islande que, de fin août à mi-avril, on peut observer ces aurores, à condition que la nuit soit très noire (intensité maximale de février à mi-avril). Elles sont imprévisibles, mais ce site répertorie les endroits où elles se produisent le plus fréquemment en Islande.

[infobox maintitle= »Deplar Farm » subtitle= »
Ólafsfjörður, Islande

Près du cercle polaire, une ferme isolée est devenue le refuge le plus extraordinaire pour les amoureux de nature vierge et d’observations inédites, des aurores boréales aux baleines, de l’héliski aux plongées dans les eaux.
Groupe : Eleven Experience.
Chambres : 13 suites; design scandinave, avec de grandes baies pour contempler la nature. Notre coup de cœur : Grettir, avec sa mezzanine. A partir de 1 600 € par nuit en pension complète, tout compris, avec deux activités accompagnées d’un guide expérimenté.
Table : proclamée meilleur chef de l’an- née 2018 en Islande, Garðar Garðarsson prépare une cuisine raffinée, islandaise et contemporaine. Produits bio en majorité, poissons fournis par un pêcheur local.
Activités : la liste est longue, tout dépend de la saison et de ce que l’on aime… observer les baleines, randonner à cheval, découvrir l’héliski, pêcher à la mouche… et profiter du spa, des piscines aux eaux thermales, de la chaleur du salon et de la bibliothèque.
 » bg= »black » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://elevenexperience.com/eleven-life-deplar-farm » openin= »_blank »]

Deplar Farm
570 Fljót, Ólafsfjörður, Islande
www.elevenexperience.com

[res_map address= »570 Fljót, Ólafsfjörður, Islande » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »15” zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Par Anne-Marie Cattelain-Le Dû

Diana Dea Lodge : Evasion au Lodge

Perché à 650 mètres d’altitude, au cœur d’une réserve de chasse, un établissement à l’identité singulière suspendu au-dessus de l’Océan.

Sur les hauteurs de Sainte-Anne, un domaine de 150 hectares qui joue la carte de la Réunion authentique. Dans un esprit Lodge « Out of Africa », l’architecture en bois de cet hôtel à vivre, s’étire en longueur et se fond dans le paysage. Ici, pas de réception, tout est conçu pour se sentir bien. Naturellement, nous sommes conduits vers le grand salon aux fauteuils club dont le centre est une cheminée, avec de nombreux petits coins salons dissociés pour plus d’intimité. On peut y boire un verre, choisir un livre dans une des bibliothèques ou admirer le paysage qui dévale jusqu’à la mer à travers des baies vitrées courant le long du bâtiment. Une décoration naturelle, pierre, bois, cuir et verre, pensée dans les moindres détails par les propriétaires dans des dominantes de beige, gris et vert lichen. Tournées vers l’Océan, les 30 chambres se déclinent en version supérieure ou privilège. Notre préférée : la suite avec mezzanine.

Le spa, deux cabines et un hammam, nous accueille pour un moment de détente. A la carte, des soins Gemology : modelage relaxant aux pierres semi-précieuses, gommage à l’éclat de mangue, enveloppement à la boue volcanique…, et des soins signatures issus de la cueillette de fruits et des plante. Ouvert sur la nature avec une vue panoramique sur l’Océan Indien, les gourmets se délecteront d’une cuisine créative aux saveurs locales avec des produits achetés aux cultivateurs voisins. Chaque jour, le chef propose un menu dégustation comptant une mise en bouche, deux entrées et deux desserts, avec notamment les spécialités qui font l’originalité de l’île : chou coco, chouchou, patate douce, cambar, Vanille Bourbon.

Depuis le lodge, les excursions sont multiples pour rayonner et découvrir les merveilles de l’Est et du Sud-Est, sa faune et sa flore. Une pause proche de la nature !

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.diana-dea-lodge.re/fr » openin= »_blank »]

Diana Dea Lodge
94, Chemin Helvetia Cambourg
97470 Sainte-Anne La Réunion
Tél : + 262 262 20 02 02
www.diana-dea-lodge.re/fr

[res_map address= »94, Chemin Helvetia Cambourg, 97470 Sainte-Anne La Réunion » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »6” zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Ulysse Parker – Photos : D.R

Emirates One&Only Wolgan Valley : un resort d’exception

Niché au cœur de montagnes escarpées et abrité par de grands arbres centenaires, Emirates One&Only Wolgan Valley cultive le design, le luxe et la relaxation à son paroxysme. Particulièrement soucieux de l’environnement, le resort est également le premier complexe hôtelier de luxe en Australie à recevoir la certification carbone neutre.

Composé de 40 villas indépendantes héritées de l’architecture traditionnelle australienne, l’établissement s’intègre parfaitement à son environnement naturel. Construit en accord avec les normes de développement durable, le resort pratique la collecte de pluie, le recyclage intégral des eaux domestiques et diffuse la chaleur avec des panneaux solaires. Le resort protège avec ferveur la biodiversité de son site : pas un seul arbre n’a été abattu durant sa construction et la clientèle peut admirer les espèces rares de sa faune sauvage (kangourous, wallabis, wallaroos) …

Grâce à ce dévouement, Emirates One&Only Wolgan Valley a reçu quatre nouvelles récompenses : le resort a été honoré lors des Hospitality Management Awards for Accommodation Excellence, en obtenant la première place dans deux catégories à savoir Best Australian Lodge et Best Day Spa. En hommage à son attention pour le développement durable, l’hôtel a également reçu l’Award Outstanding Performance de la part d’Enviro-Mark Solutions, organisme émetteur de la distinction carboNZero. Niveau gastronomique, le restaurant Wolgan Dining Room a été nommé dans la catégorie Best Restaurant pour Savour Australia Restaurant & Catering Awards for Excellence 2017.

Amateurs de dépaysement total et soucieux de l’environnement, Emirates One&Only Wolgan Valley est le resort idéal pour vous. Une excellence à toute épreuve et une attention particulière au développement durable, telles sont les valeurs intrinsèques de ce remarquable établissement.

 

www.oneandonlyresorts.com

Texte : Victoria Norait – Photos : D.R

Alto Atacama Desert Lodge & Spa

Vous rêvez de voyager au Chili et de séjourner dans un hôtel aussi beau qu’atypique ? Direction la région de San Pedro pour une expérience unique. Au programme : un lodge eco-responsable situé dans la Vallée de Catarpe, et construit pour ressembler à un petit village andin. Là-bas, on profite du calme et du paysage où la nature est reine.

Côté services, l’hôtel propose une triple experience :

  • « The Lodge Experience » : service, confort et architecture
  • « The Excursion Experience » : avec plus de 30 excursions dans la région
  • « The Spa Experience » : pour se détendre dans un cadre hors du commun

Le plus ? L’Alto Atacama est l’un des seuls hôtels de la région à utiliser son propre système de traitement des eaux, à fort taux de salinité dans cette région. De plus, les eaux usées sont utilisées pour l’irrigation du potager ainsi que du jardin de l’hôtel.

ALTO ATACAMA DESERT LODGE & SPA
Camino Pukara, San Pedro de Atacama,
Región de Antofagasta, Chili
www.altoatacama.com
+56 2 2912 3900

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.tripadvisor.com/Hotel_Review-g303681-d1159798-Reviews-Alto_Atacama_Desert_Lodge_Spa-San_Pedro_de_Atacama_Antofagasta_Region.html » openin= »_blank »]

Texte : Laura Bourgeois – Photos : D.R

Esiweni Luxury Safari Lodge – En un nid haut perché

Esiweni Luxury Safari Lodge domine la situation. Observatoire surplombant la savane et la rivière Sunday où les big five cohabitent. Au cœur de la réserve de Nambiti, avec en prime des massages signés Payot.

Les animaux ne sont pas bêtes, tant s’en faut. Plus futés souvent que les humains que nous sommes. Aimant les espaces préservés pour s’y reproduire et y vivre au quotidien. La réserve Nambiti, dans le KwaZulu, province orientale d’Afrique du Sud, non sillonnée en permanence par des 4X4, bien que comptant quelques grandes exploitations agricoles que signalent les fils électriques, abrite en conséquence une faune rare et nombreuse. Au premier rang figurent les fameux big five, lions, rhinocéros, éléphants, buffles et léopards mais pas que. Ces vedettes incontestées partagent équitablement leur terrain avec des escadrilles d’oiseaux et des troupeaux de zèbres, girafes, antilopes pour ne citer que les plus visibles. Certes, quelques poursuites épiques, batailles acharnées et mises à mort féroces, troublent souvent la sérénité de ces 20000 hectares escarpés.

C’est au cœur de ces paysages de collines, de plaines et de forêt où l’eau coule tantôt en cascades, tantôt en ru ou rivière, que Sophie Vaillant et Ludovic Caron ont élu domicile, se reconvertissant en hôtes et rangers attentifs. Elle, ex-brokeuse, lui ex-pilote de course, lassés par la turbulence de leur existence et souhaitant offrir à leur fille Adèle, âgée aujourd’hui de 4 ans, d’autres horizons que le périphérique et la Tour Eiffel, émergeant à peine d’une brume polluée, sont partis, après un safari au Kenya, prospecter en terre africaine. Lorsqu’au hasard de leurs pérégrinations, ils tombent sur Esiweni lodge, nom signifiant en zulu « au bord de la falaise », perché à 1 000 m d’altitude dans la chaîne du Drakensberg, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, ils craquent, victimes d’un coup de foudre.

Cinq villas suites seulement, de 100 m2 chacune, de belles parties communes, bar, salon, salle à manger, et surtout une situation incroyable, l’état des lieux est vite dressé, le contrat vite signé. Sophie va se charger de décorer les lieux avec goût, voulant qu’ils soient ambassadeurs de l’art de vivre à la française. Elégants, conviviaux, tout en conservant leur personnalité africaine. Ludovic, lui, sillonne avec les rangers les alentours pour repérer les circuits, non de course mais de safaris, de pique-nique, d’apéro au soleil couchant, de baignades et de balades à pied, en VTT ou à cheval.

Très vite, leur lodge devient une référence, tant en matière d’environnement que d’accueil et de table. En bons Français, ils parient sur une gastronomie d’excellence, mise au point par un chef français et exécuté par une brigade zulu qui y mêle sa patte. Et, soucieux du bien-être de leurs clients, le couple propose une carte de massages issus de la carte africologie en villa, à l’intérieur ou sur l’immense deck les prolongeant. Le paludisme étant éradiqué dans la région, aucune crainte que d’affreux moustiques perturbent ces moments de détente, privilégiés au retour des deux safaris quotidiens, d’un parcours de golf ou de quelques longueurs dans la piscine à débordement. Avant la nuit venue de s’allonger sur un transat pour voir les étoiles se lever une à une.

Esiweni Luxury Safari Lodge
Memorial Gate, Nambiti Game reserve
Ladysmith, 3370, Afrique du Sud
Tel +27 36 636 9002
www.esiwenilodge.com

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.esiwenilodge.com » openin= »_blank »]

[res_map address= »Esiweni Luxury Safari Lodge, Nambiti Game reserve, Ladysmith 3370, Afrique du Sud » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

 

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

Vert paradis

Sur l’île de Mahé, au lieu-dit Sans Souci, Le Copolia Lodge, haut perché sur la colline, dévoile un autre visage des Seychelles. Côté montagne. Version nature.

Venant de la capitale Victoria, quittant l’axe principal, la route grimpe en lacets, traversant La Misère pour parvenir à Sans Souci. Une enclave de verdure au débotté de la montagne. Un autre monde. De la terrasse du Copolia Lodge, on embrasse d’un côté l’océan Indien scintillant sous le soleil d’octobre, de l’autre la forêt tropicale grimpant jusqu’au Morne Seychellois, 950 m, point culminant de l’île.

Un paysage hallucinant et un grand bol de fraîcheur bienvenu lorsque dans la plaine, même au bord de la mer, le thermomètre fait des siennes, se hissant au delà des 30 degrés, dans un air saturé d’humidité. Avec ses allures de case créole, sa piscine et ses grandes chambres épurées à l’extrême, Le Copolia se démarque totalement des hôtels de plage. Coralie, qui gère avec son mari le lodge depuis six ans, conquise par la jungle alentour où prolifèrent des plantes endémiques qu’aucune pollution ou engrais ne perturbent, en distille certaines dans un petit laboratoire attenant. Et commercialise sous le nom de Yi-King une gamme d’huiles essentielles et de crèmes organiques que se disputent nombre de spas de l’archipel. Elle-même les utilise pour masser ses clients. « On choisit de séjourner au lodge pour son environnement exceptionnel, découvrir la faune et la flore endémiques de Val Riche Copolia.

Le chemin de moyenne difficulté, qui aboutit 500 mètres plus haut au sommet, démarre au pied de la maison. C’est une autre approche des Seychelles. Nous voulons donc offrir d’un bout à l’autre une expérience différente, avec des séances de yoga, des randonnées dans la forêt du parc national du Morne Seychellois accompagnées d’un guide expérimenté qui débusque le sooglossif gardeneri, plus petite grenouille du monde, mais aussi le colibri énervé et le timide pigeon bleu. Et connaît aussi les espaces où poussent les orchidées et la Pot-à-Eau, plante carnivore.

De même que dans un autre registre, des confitures du petit-déjeuner au dîner créole, tout est fait maison avec des produits de première qualité. » Coralie profitant du moment où après quelques longueurs dans la piscine, on se relaxe, verre de vin à la main attendant que le soleil disparaisse, nous convaincrait presque de revenir suivre pendant une semaine la cure détox qu’elle a mise au point. « Vous verrez, vous repartirez le corps et l’esprit allégés, chargés d’ondes positives. Et vous verrez la vie tout autrement. » En vert et bleu probablement !

4 chambres et 2 suites, à partir de 195 €, petit-déjeuner et goûter compris.

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.copolialodge.com » openin= »_blank »]

Copolia Lodge
Sans Souci, Mahé.
Seychelles
Tél : + 248 4 225 372
www.copolialodge.com

[res_map address= »Sans Souci, Mahé, Seychelles » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »6” zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

Le Domaine de Riberach, hôtel écolodge & spa

Niché aux confins des Pyrénées-Orientales, le Domaine Riberach, hôtel écolodge **** & spa et son restaurant* La Coopérative — est un concentré de passion, excellence et convivialité. Après trois mois consciencieux, l’établissement rouvre ses portes et arbore désormais les prix de la « Meilleure assiette végétale » et du « Meilleur commis » au Bocuse d’Or pour le Chef Laurent Lemal et Benjamin Vakanas.

Le château médiéval métamorphosé en hôtel haut de gamme, dévoile pour l’occasion sa nouvelle carte de printemps aiguillée par le Chef, qui se mettra au service de nos papilles avec ses nouvelles assiettes bigarrées, composées de produits catalans et pyrénéens. Pour accueillir ce nouveau souffle gourmand et printanier, rien de mieux qu’une nouvelle décoration pour le restaurant La Coopérative. Fauteuils esprit vintage, banquettes en cuir vieilli Chesterfield, tables en bois de chêne brut…accompagnent ces moments d’éveil gustatif.

Toujours en adéquation avec les premières pousses de printemps, l’offre « Mon escapade bucolique » propose de découvrir les bienfaits du sommeil en cuve, dans un lieu d’archi atypique avec hammam et sauna. A découvrir, cette combinaison de gastronomie, plaisir et confort vous invite à démarrer la saison en beauté.

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.riberach.com » openin= »_blank »]

Le Domaine Riberach, hôtel écolodge**** & spa et restaurant*
2 route de Caladroy
66720 Bélesta
Pyrénées Orientales
Tél : +33(0)4 68 50 30 10

Texte : Laura Jamal – Photos : DR

Dormir parmi les animaux avec OOVATU

Embarquez pour un voyage de rêve avec la prestigieuse agence de voyage OOVATU qui imagine pour vous les plus beaux itinéraires, et découvrez ses 5 destinations d’exception.

LION SANDS GAME RESERVE

Lion-Sands-Game-Reserve2

Des félidés en chasse, des éléphants se rafraîchissant à un point d’eau, des rhinocéros se roulant dans la boue… La réserve privée de Sabi Sand offre l’une des meilleures observations d’animaux de la savane sur le continent africain. Fermé au grand public, il vous faudra séjourner dans un lodge « Treehouses » de la réserve pour profiter de cette nature sauvage.

[button content= »EN SAVOIR PLUS » color= »black » text= »white » url= »http://www.oovatu.com/sejour-hotel/afrique-du-sud/lion-sands-game-reserve » openin= »_blank »]

ANANTARA GOLDEN TRIANGLE

Hi_AGT_51945308_Dinign_by_Design_-_3_Country_View

Au nord de la Thaîlande, dominant les collines de Birmanie et du Laos, l’Anantara Golden Triangle Elephant Camp & Resort offre un panorama de la nature environnante à couper le souffle et propose des randonnées à dos d’éléphant. Accompagnés par les mahouts, vous serez les hôtes bienveillants de ces pachydermes.

[button content= »EN SAVOIR PLUS » color= »black » text= »white » url= »http://www.oovatu.com/sejour-hotel/thailande/anantara-golden-triangle » openin= »_blank »]

RAYAVADEE

Singe-langur-au-Reyavadee

D’une beauté incomparable, l’hôtel de luxe Rayavadee est situé au sud de la Thaïlande dans la région de Krabi. Cerné de quelques plus belles plages du monde telles que Railey et Phra Nang Beach, de végétation luxuriante et de falaises karstiques, vous pourrez apercevoir des singes langur « à lunettes » jouer et sauter de branche en branche.

[button content= »EN SAVOIR PLUS » color= »black » text= »white » url= »http://www.oovatu.com/sejour-hotel/thailande/rayavadee » openin= »_blank »]

AL MAHA DESERT RESORT & SPA

Al--Maha

Aux creux des dunes du désert de Dubaï, l’oryx d’Arabie – en voie d’extinction dans les années 1970, le dernier oryx a été transféré aux Etats-Unis où il a été élevé — peut depuis 1997 caracoler en toute sécurité à l’Al Maha Desert Resort and Spa. Le Prince dubaïote a financé la réintroduction de l’animal, dans le désert d’Al Maha. La réserve regroupe le plus grand troupeau libre en Arabie et abrite d’autres espèces : gazelles, renards de Rueppell, lièvres, hérissons éthiopiens et petits crapauds arabes Agama.

[button content= »EN SAVOIR PLUS » color= »black » text= »white » url= »http://www.oovatu.com/sejour-hotel/dubai/al-maha-desert-resort-et-spa » openin= »_blank »]

MANTA RESORT

Manta-Resort-Pemba-Tanzania-2

 

Ancré sur l’île de Pemba en Tanzanie, le Manta Resort révèle la première chambre sous-marine au monde ; une villa unique en son genre. S’étendant sur trois étages, elle comprend une chambre sous-marine où vous pourrez admirer à travers les baies vitrées le ballet des raies Manta s’approchant curieusement de votre « aquarium », un salon flottant sur l’Océan indien, ainsi qu’une terrasse sur le toit pour se dorer la pilule.

[button content= »EN SAVOIR PLUS » color= »black » text= »white » url= »http://www.oovatu.com/sejour-hotel/tanzanie/manta-resort » openin= »_blank »]

Texte : Laura Jamal – Texte : DR

 

La jungle à vos cotés : Kipling Lodge Uganda

Au cœur de l’Ouganda, à Jinja, The Kipling Lodge est un complexe d’hébergement touristique qui minimise son impact sur l’environnement, appelé aussi : éco-lodge. Véritable paradis terrestre à l’écrin sauvage, le lodge accueille ses voyageurs du monde dans un cadre paisible et intimiste dans lequel simplicité et confort sont liés, et offre une expérience unique pour associer détente et découverte du pays.

Un charme un brun suranné plane ainsi sur le camp, rythmé par l’arrivée d’apprentis aventuriers. Loin de la décoration cinq étoiles des luxueux camps mais aspirant tout de même au plaisir d’évasion, le dépaysement vaut largement le détour. Les vues sont à couper le souffle et révèlent un paysage tropical à la nature brute et un panorama du Nil.

The Kipling Lodge offre à ses voyageurs toute une série d’activités comme le rafting, promenade en bateau et pêche, circuit en vélos, observation des oiseaux pour les amateurs d’ornithologie, golf à Jinja, massages, piscine et yoga. Le restaurant propose une cuisine haute en couleurs et savoureuse à base de produits frais.

[button content= »RESERVER » color= »black » text= »white » url= »http://www.thekiplinglodge.com » openin= »_blank »]

Texte: Laura Jamal – Photos: DR

Urban Lodge Hôtel Amsterdam by Hilary Lancaster

Etant à l’origine un immeuble de bureaux, le Urban Lodge Hôtel Amsterdam jouit d’un emplacement privilégié à 5 minutes à pied de la gare de Sloterdijk où les trains mettent seulement 10 minutes pour arriver à Amsterdam Centraal et à 5 minutes de l’aéroport de Schipol. Ce grand bâtiment au teint maussade et à l’allure urbaine cache bien son jeu, puisqu’il a été rénové et transformé en un splendide hôtel au fort concept urbain.

Lorsque la talentueuse architecte et Directrice Générale de Fusion Interiors Group, Hilary Lancaster le vit pour la première fois, son cœur se serra. Son objectif ? Transformer un immeuble de bureaux sans intérêt dans une zone industrielle d’Amsterdam, en un élégant hôtel, pour un contraste intérieur-extérieur des plus étonnants.

C’est un premier hôtel surprenant pour l’australienne qui a ressuscité l’âme de la propriété en l’enjolivant et la modernisant, via l’aménagement d’un espace de vie façon chalet avec son ambiance rustique et cosy, qui apporte une touche chaleureuse au reste de la propriété. Le restaurant, quant à lui, s’imprègne d’une décoration et d’une atmosphère urbaine avec son sol en béton, son bar parementés de carreaux métro d’un émail azur et ses luminaires pendants, abordant une dimension industrielle, un hommage aux origines de l’immeuble.

Urban Lodge 

Arlandaweg 10

1043 EW Amsterdam

[button content= »RESERVER » color= »black » text= »white » url= »www.urbanlodgehotel.com » openin= »_blank »]

Texte: Laura Jamal – Photos: DR

Pacuare Lodge, un eco-lodge dans la jungle

Sur les rives de la rivière Pacuare, Pacuare Lodge est sans doute l’une des adresses les plus uniques du Costa Rica. Tellement isolée et éloignée de toute civilisation, qu’on y accède qu’en rafting ou par un chemin sinueux.

Reconnu par l’Organisation Mondiale du Tourisme comme un des 65 lieux dans le monde qui applique de bonnes pratiques en accord avec l’éco-tourisme, ce lodge éco-responsable fait figure d’exemple :

Construction réalisée pour minimiser l’impact sur l’environnement
Achat de 340 hectares de forêt pour la protéger
Utilisation de produits biodégradables
Électricité des parties communes produits par l’eau
Aide apportée aux biologistes
Emploi et formation des habitants des villages voisins…

Planté dans la forêt tropicale, il a été soigneusement conçu pour se fondre dans la nature environnante. Coupés de toute communication, on y vit dans une ambiance où faune et flore règnent en maîtres.

Lovés dans 25 hectares, 19 bungalows en matériaux naturels où les moustiquaires font office de fenêtres et les bougies remplacent l’électricité.

Créés pour minimiser l’impact sur la nature, le luxe y est discrètement omniprésent : parquets en bois, lit king size moelleux à baldaquin, vaste salle de bains, terrasse joliment aménagée avec fauteuils et hamacs, douche extérieure offrant une vue panoramique à 360° sur la forêt pluvieuse.

Certains bungalows offrent même le luxe d’une piscine privée perchée. Coup de coeur pour la Canopy Suite avec sa terrasse et son pont suspendu privé. On s’endort bercé par les bruits sourds de la jungle et le roulis de l’eau.

Surplombant la rivière, le restaurant propose une cuisine ultra-saine, principalement composée de poissons grillés et de produits cultivés dans la région.

Les journées se poursuivent en exploration : rafting sur le Rio Pacuare au cœur d’une impressionnante forêt tropicale, kayaking, randonnée dans la jungle, baignade au pied des cascades, VTT, balade à cheval, randonnée pour visiter un village indien.

Autour du lodge, 12 tyroliennes sont perchées pour vivre une expérience exceptionnelle au coeur de la canopée. Le cadre idéal pour une déconnection en harmonie avec la nature !

Pacuare Lodge
Limon
Costa Rica
www.pacuarelodge.com

[button content= »RÉSERVER » color= »black » text= »white » url= »http://www.pacuarelodge.com/ » openin= »_blank »]

[res_map address= »Pacuare Lodge, Costa Rica » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »7″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Ulysse Parker – Photos : Patrick Monney/iStock

Une nuit dans une plantation au « Rosa Finca Blanca »

Situé dans la région montagneuse d’Heredia, à 1 heure de route de San José, Rosa Finca Blanca est une alternative idéale à la capitale pour terminer son séjour dans le pays.

Perché à 1140 mètres d’altitude, au milieu d’une finca de café, cet écolodge surplombe la vallée, avec le sentiment de séjourner dans une grande maison de famille. Recouvert de plantes et d’un somptueux parquet, le patio principal est une invitation au farniente. Les chambres, toutes différentes, sont raffinées, empreintes de culture locale avec une vue plongeante sur la forêt tropicale luxuriante. N’hésitez pas à choisir une des suites, l’une avec un lit niché dans un perchoir, ou l’autre avec un jacuzzi creusé dans la roche. Le restaurant, en partie en extérieur, est à lui seul un voyage avec une impression d’espace inégalée.

Coffee Tour

Deux fois par jour, ne manquez pas la visite de la plantation de café biologique des propriétaires de l’hôtel. On vous raconte, vous explique, comment ce café, produit sans aucun pesticide, respecte scrupuleusement l’environnement dans lequel il est cultivé. Vous goûterez les baies de café fraîches et participerez à une séance de dégustation pour comparer les différents arômes.

Une expérience inoubliable !

Rosa Finca Blanca

800 mètres du Centre de distribution de café Britt,

Barrio Jesús de Santa Bárbara de Heredia

Costa Rica

Tél. +(506) 2269 9392

[button content= »RESERVER » color= »black » text= »white » url= »fincarosablanca.com » openin= »_blank »]

Photos: Patrick Monney – iStock – DR

Olduvai song

Après un safari dans le cratère du Ngorongoro, Olduvai Camp est une étape de charme avant de poursuivre vers d’autres parcs animaliers. Situé au pied d’un Kopje en granit, ce camp de brousse offre une vue splendide sur les plaines infinies du Serengeti.

Entre les deux grands parcs du Ngorongoro et du Serengeti, Olduvai Camp est perdu au milieu d’une plaine désertique. Atmosphère très dépaysante dans ce camp camouflé entre les hautes herbes de sisal, aux tentes disposées autour d’une colline de granit. D’influence africaine et coloniale, la décoration est magnifiée par un paysage exceptionnel. A Olduvai, l’esprit Out of Africa n’a rien perdu de son authenticité.

17 tentes, prix en fonction des circuits, www.safarivo.com

 

Texte : Sarah Chevalley – Photos : D.R

Le Mineral Lodge: Gallerie d’Art / Refuge en Haute Tarentaise

C’est dans la vallée de la Haute Tarentaise, à 1 200 m d’altitude, face au glacier du Ruitor que le Mineral Lodge projette ses lignes contemporaines. Un refuge pensé avec intelligence qui joue aussi les galeries d’art éphémères.

Imaginé sur le modèle des séchoirs en encorbellement des chalets traditionnels, le Mineral Lodge, jeu de cubes en verre, acier, bois et pierre a adopté une démarche de développement durable tant dans le choix des matériaux que le chauffage par géothermie. Construit dans les murs d’une ferme vernaculaire, c’est un modèle d’interprétation de l’architecture locale adaptée aux enjeux écologiques.

Pour meubler son chalet intimiste, son propriétaire a privilégié les créations de Charlotte Perriand et de ses contemporains. Et dans sa Pop Art Gallery juste inaugurée expose jusqu’au 30 janvier les collections de Mandalian et Paillard, sélection de meubles de designers du XXè siècle : Charlotte Perriand, Marcel Breuer, Edouard-Wilfried Bucquet.

Publié dans Hotel & Lodge numéro 75

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.minerallodge.fr » openin= »_blank »]

Mineral Lodge
Le Pré-derrière, 73640 Villaroger
www.minerallodge.fr

[res_map address= »Le Pré-derrière, 73640 Villaroger » zoom= »12″ directionstext= »Directions »]

TEXTE ANNE-MARIE CATTELAIN-LE DÛ

Iles Galapagos: Pikaia Lodge

À l’est de l’océan Pacifique, au coeur de l’archipel de l’Équateur, l’île de Santa Cruz. C’est au sommet d’un cratère volcanique – définitivement éteint, que le Pikaia Lodge a ouvert ses portes en septembre dernier. Cet écolodge dispose de suites au style contemporain où l’on peut observer, depuis la terrasse, la faune et la flore du Parc national des îles Galapagos.

81-Pickaia-Galapagos_featured

À l’intérieur, bambou, bois et marbre péruvien fondent les chambres dans l’environnement luxuriant. Un séjour entre plage de sable fin et paysage lunaire… à tout de même 2500 € les 3 nuits par personne. I.C.

Plus d’informations et réservations: www.pikaialodgegalapagos.com

La Bamba De Areco, Fière à Cheval

Escale naturelle d’un périple en Argentine, la Bamba de Areco remet le patrimoine gaucho au goût du jour. Entre balades à cheval Criollo et siesta dans la pampa, l’estancia cultive un nouvel art de vivre.

LES SEIGNEURS DE LA PAMPA

Une légende bien vivante

MARTIN EST GAUCHO. La Bamba de Areco ne lui appartient pas, mais il y a passé la majeure partie de sa vie, en pleine pampa, entouré de chevaux et de personnes comme lui, fidèles à cette demeure consacrée à la culture « gauchesca ». Il accueille les hôtes au galop, son sourire témoignant du plaisir qu’il prend à leur ouvrir le domaine. Timidité ou humilité ? Difficile de cerner l’aura vagabonde qui en émane, alors qu’il s’échappe déjà, son ombre obscurcissant furtivement la façade rouge sang-de-bœuf de l’estancia.

Flashback. En 1830, l’établissement est un relais de poste où les cavaliers marquent le pas, le long du Camino Real, voie royale pour rejoindre le nord argentin depuis Buenos Aires. Parmi les plus anciennes estancias du pays, la demeure restaurée en 2010 n’a rien perdu de son image d’oasis au milieu du désert vert qu’est la pampa humeda. Sauf que désormais, le gaucho, c’est vous.

Une bonne humeur raffinée

Bon, un gaucho légèrement surclassé, qui ne se refuse pas un bain de soleil autour des reflets éméraude et naturels de la piscine, après un petit trot sur le terrain de polo… Un cavalier qui sait reconnaître la douceur des draps en coton égyptien des lits à colonnes hauts perchés. Un épicurien raffiné qui, en sortant de sa douche, laisse quelques empreintes mouillées sur le sol en damier de la salle de bains, avant de s’enrouler dans une couverture en alpaga, histoire de prévenir la tombée de la nuit… quand les bougies s’invitent dans le décor.

Quelqu’un frappe à la porte pour annoncer que les autres convives vous attendent pour un toast au vin de Mendoza, à la « Pulperia », bâtiment un peu à l’écart de l’estancia. Autour du comptoir en bois, les rires ne demandent aucune traduction. Venus du Cap Ferret, Genève, New York City et Buenos Aires, les hôtes d’un soir rendent hommage sans le savoir à la traditionnelle joie des gauchos qui autrefois animait ces murs de briques aux relents de vieux ranch.

L’alchimie se réalise ici, au sein d’une propriété d’où personne n’a été déraciné. Le partage s’impose naturellement, au déjeuner dans le fumet de la viande grillée de l’asado, à l’heure du thé dans les volutes du maté, au dîner autour d’une grande table d’hôtes, où chacun conte sa journée en dégustant une crêpe au dulce de leche.

Publié dans Hotel & Lodge numéro 74

[infobox maintitle= »Offre spéciale » subtitle= »

Voyageurs en Amérique du Sud propose un séjour de 9 j./ 6 n. avec vols réguliers sur Air France, transferts, 2 nuits à Buenos Aires petits-déjeuners compris et 3 nuits en pension complète avec activités incluses, cheval entre autres. À partir de 2 700 €. www.voyageursdumonde.fr

 » bg= »black » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[infobox maintitle= »La Bamba de Areco » subtitle= »

ARGENTINE / SAN ANTONIO DE ARECO

L’hospitalité ici est une tradition, et la Bamba ne déroge pas à la règle. Le service, depuis le petit-déjeuner jusqu’à la préparation de votre cheval en passant par l’organisation d’une visite en ville est impeccable. Les chambres, le salon, la Pulperia ont été décorés avec personnalité, mix contemporain de photos flirtant avec la culture traditionnelle. Seule remarque : au déjeuner pour les séjours prolongés, faudrait-il proposer autre chose que l’asado, qui revient chaque jour ? Et aux dîners une alternative à la tablée.

CHAMBRES : 9 et 2 suites.

PRIX : à partir de 400 € la chambre double en pension complète.

TABLE : barbecue pour le déjeuner servi au Quincho, salle à manger d’été à l’ombre des platanes, thé et gâteaux maisons sur la terrasse de la Pulperia, dîner dans la grande salle de la propriété..

ACTIVITÉS : piscine, virée à cheval criollo le long de la rivière Areco, matches de polo, billard, massages.

 » bg= »gray » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.labambadeareco.com » openin= »_blank »]

La Bamba de Areco
Ruta 31 – San Antonio de Areco
Provincia de Buenos Aires
Argentina
Tél. : + 54 2326 454 895
www.labambadeareco.com

[res_map address= »Ruta 31,  San Antonio de Areco, Provincia de Buenos Aires » zoom= »8″ directionstext= »Directions »]
 

TEXTE JÉRÔME BECQUET

El Chante – Costa Rica

À Tamarindo, sur la Gold Cost Costaricaine, défi de surfeur et trésor pour amoureux de nature, El Chante a créé une halte apaisante. Soucieux de la préservation du cadre qui l’accueille, au coeur de la province du Guanacaste, l’hôtel raisonne durable et multiplie les initiatives responsables.

Une chanson douce

À la rencontre des superbes Playa Tamarindo et Playa Grande, cinq bungalows conçus comme des suites privées, dans un style balinais. Par les fenêtres de la suite familiale, des rires d’enfants s’échappent. Sûrement viennent-ils d’apercevoir un perroquet ou un petit singe. Les habitants des autres suites en profitent à peine, bercés par le son de la jungle, jouissant d’une totale intimité. Dans les rouleaux en contrebas, des surfeurs affrontent l’océan sans relâche, comblés de disposer d’un spot qui fait fantasmer les initiés.

79_El-Chante-Tamarindo_Costa-Rica_04

Derrière la musicalité de son nom, ”El Chante”, il faut entendre la plénitude d’un terme costaricain renvoyant au repos, à la détente. Isolé, préservé, source permanente d’émerveillement, le site invite à la déconnexion. Il vous fera oublier jusqu’à l’air conditionné. Si ce dernier est proposé en option, il est rendu superflu par l’ingénieux système de ventilation naturelle.

Entre obstacles environnementaux et percées du bâtiment, la brise marine circule jusque dans la chambre, iodant et rafraîchissant l’apaisante moiteur tropicale. Confort appréciable pour l’occupant des lieux, le système est également pensé pour économiser l’énergie. Implanté dans un décor sauvage de rêve, l’hôtel entend montrer l’exemple du luxe durable dans cette région en plein développement touristique.

L’écolodge dissémine cinq “cabinas” dans les arbres à 300 mètres au-dessus de l’océan Pacifique

Récupération de l’eau, politique anti gaspillage de l’alimentation, LED, chauffage des douches extérieures à l’énergie solaire, système de régulation de l’eau utilisable durant la saison sèche, plantations alentours pour la purification de l’air et la fraîcheur des sols… la liste est longue et témoigne d’un véritable engagement pour un tourisme responsable.

Un cocon tout confort

Chaque bungalow dispose d’une table de massage. Entre les mains de la délicate et polyglotte Caroline Lemaire, vous pourrez apprécier des massages thaï, aux pierres chaudes ou encore inspirés par l’aromathérapie.

Dans cet oasis de tranquillité naturel, des cours de yoga individuels sont également proposés. Quand arrive l’heure des repas, le même sens du service s’applique.

Laissez- vous séduire par la polyvalence créative du chef de l’hôtel ; ses talents se déclinent du menu cinq services dans votre bungalow à la formule la plus simple. Un restaurant de poissons, Pangas, est également accessible à quelques pas de là si, comblé par une sérénité retrouvée et la richesse du cadre proche, vous décidiez de ne pas percer votre bulle.

79_El-Chante-Tamarindo_Costa-Rica_03

Publié dans Hotel & Lodge numéro 79

[infobox maintitle= »El Chante, Tamarindo, Guanacaste, Costa Rica. » subtitle= »

 

À partir de 16 000 € la semaine.

Tél. : +506 2653 0209.

RESERVATIONS: www.elchantetamarindo.com

 » bg= »gray » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.elchantetamarindo.com » openin= »_blank »]

[res_map address= »10.30502,-85.834962″ zoom= »15″ directionstext= »Directions »]
 

Par Judith Jull

Tenku no Mori – Japon

Les lodges du Tenku no Mori dominent les pentes volcaniques de l’île de Kyushu, au sud du Japon. Nichés au sommet de la montagne, ces cocons typiquement nippons se nourrissent de lumière naturelle à hauteur des cratères qui les entourent.

[title maintitle= »Forêt céleste » subtitle= »La montagne bouge. »]

Une épaisse nuée ardente s’échappe vers l’ouest. Elle fuit pour la ville. Depuis la balançoire accrochée à l’écorce d’un vieil arbre, le spectacle sombre de Sakurajima, un volcan actif au sud de l’archipel japonais, contraste avec la verdure environnante. Cette dernière étouffe les cratères alentours. Formant les monts de Kirishima, ils sont, eux, éteints depuis des siècles. Sur le calme de ce pré fertile, la terre demeure pourtant bouillante.

Cinq lodges s’épanouissent au coeur d’un théâtre de verdure, dans le silence des volcans assoupis


Sur la terrasse des cinq lodges de Tenku no Mori (en Français, “la forêt céleste”), les piscines sont emplies d’une eau naturellement chaude, puisée à quelques centaines de mètres dans le sol. Un Onsen privé qui rappelle aux essences de la Terre. Les bras bien trop courts pour embrasser les cent vingt-trois hectares de forêts formant le domaine, la nature rappelle là le visiteur à son insignifiance. Zen, la verdure et les pierres soigneusement disposées pour plaire à l’oeil, prennent tout leur éclat au soir tombant.

Au loin, Sakurajima souffle encore d’un débit brusque et impétueux. Tenku no Mori lui répond par le silence. Dans l’étalé, l’orné, le calculé, l’homme prend ses aises. Au-delà des forêts aménagées par le créateur et propriétaire des lieux Tateo Tajima, s’étend le parc national de Yaku. Une forêt de beauté enchanteresse. Les plus mordus trouveront un golf non loin de là… Mais on a vu drivers et putters plus malheureux qu’en haut de cette colline. Ils pourraient même être reconnaissants à leur propriétaire de les avoir laissés dans leur housse.

Traversant, le séjour propose de larges perspectives sur l’horizon et laisse la lumière s’insinuer à travers les pièces


[title maintitle= » » subtitle= »Se régénérer et savourer »]

Abruptes, les pentes sont ici cultivées en terrasses. « L’espace est rare, mais la terre est riche, c’est pourquoi ces aménagements sont essentiels à la culture de nos jardins », confie un agriculteur. Moins hôtel que lieu de ressourcement, Tenku no Mori propose deux de ses cinq lodges en location à la journée – et non la nuit !- exclusivement. « Certaines personnes viennent en hélicoptère. Elles passent ici quelques heures pour se régénérer avant de regagner les airs », détaille un intendant. Des poissons et écrevisses, pêchés dans la rivière en contrebas, au poulet et légumes accompagnant les autres mets, tout ce qui est servi ici provient de la nature environnante. Même les baguettes de bambou servant à déguster ces plats sont fraîchement coupées du jour, à même la propriété. Les vastes terrasses de bois entourant chambre et salon gigantesque apportent un peu plus de chaleur encore à un ensemble laissant la lumière se perdre dans l’infini, de l’autre côté de la baie où s’étend l’horizon.


Publié dans Hotel & Lodge numéro 79

[infobox maintitle= »CARNET DE VOYAGE » subtitle= »

Possibilité d’accès par l’aéroport de Kagoshima. Vols au départ de Paris avec Air France ou KLM via Amsterdam puis Tokyo. A / R à partir 1 950 €, 3 950 € en classe Affaires. Tenku no Mori se trouve à une quinzaine de minutes de l’aéroport en voiture. À noter que KLM est la seule compagnie aérienne à proposer un vol direct pour Fukuoka, préfecture de l’île de Kyushu, au départ d’Amsterdam. À partir de 750 € en classe Éco et 3 000 € en classe Affaires au départ de Paris via Amsterdam. Une échappée de 4 jours / 3 nuits à bord du train Seven Stars (lire Hôtel & Lodge n°75) promet, pour les hôtes d’une Suite, une nuit à Tenku no Mori. En outre, l’île de Kyushu possède une tradition de villages potiers. Imari est en cela une cité remarquable où l’art de la porcelaine japonaise s’exprime avec finesse et force de détail. Sur cette même île, la ville de Nagasaki abrite, ce que l’on sait peu, la plus ancienne église catholique du Japon. Il s’agit du premier bâtiment de type occidental classé Trésor national du pays, en 1933.

 » bg= »black » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[infobox maintitle= »Tenku no Mori » subtitle= »

JAPON / KIRISHIMA-SHI

On peut littéralement traduire son nom par “forêt céleste”, Tenku no Mori domine une colline et se trouve cerclée par la chaîne volcanique environnante. Son créateur est l’un des tout premiers hôteliers de l’île à avoir installé des Onsens (bains d’eau chaude naturelle) privatifs sur la terrasse de ses lodges. Particularité : deux des cinq résidences sont exclusivement réservées au repos de jour. G.M.

CHAMBRES : 5 lodges, dont 2 réservés pour le repos de jour.

PRIX : de 870 € à 1 450 € la nuit pour deux, selon le lodge. Pour les locations à la journée, de 220 € pour 4 h à 360 € pour 10 h.

TABLE : Tout est préparé ici avec du poisson issu de la rivière voisine, des fruits et légumes cultivés sur place et des poulets provenant de la ferme voisine. Repas non inclus.

ACTIVITÉS : Onsen, marche, massage, pêche, volcans, villages potiers, concert en fonction des saisons. Possibilité d’atterrir en hélicoptère.

 » bg= »gray » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.tenkunomori.net » openin= »_blank »]

Tenku no Mori
3389 Ichikizako, Minami-Kirishima Onsen, Syukukubota
Tél. : +81 995 760 777
www.tenkunomori.net

[res_map address= »31.921036,130.768418″ zoom= »8″ directionstext= »Directions »]

PAR GUILLAUME MOLLARET – PHOTOS GUILLAUME DE LAUBIER

Minaret Station – Nouvelle Zélande

Perdu au plus profond d’une vallée des alpes néo-zélandaises, accessible uniquement par hélicoptère, le Minaret Station est le rêve fou d’une famille d’amoureux de grands espaces, de chasse, de pêche et de sports extrêmes. De luxueuses tentes comme point de départ d’aventures uniques, le terme d’expérience prend ici tout son sens.

Équipées sauvages

« Hi ! I’m Matt ». Vous ne le savez pas encore mais le destin de votre séjour lui appartient désormais entièrement. Treillis et veste de chasse, il invite à monter à bord de son hélicoptère, sans donner vraiment plus d’informations sur lui ou la destination. Une fois traversée, la barrière de stratus laisse place aux monts enneigés des Southern Alps. Après près d’une heure de vol, l’appareil commence ses arabesques vers une vallée déserte où se dessinent cinq petits points clairsemés. Bienvenue au Minaret Station.

Matt pose son engin sur une étroite plateforme et nous laisse entre les mains de Jerry et Shirl. Ici, pas de lobby, pas de checkin, mais plutôt l’impression d’arriver chez des amies. On pénètre dans leur curieux lodge en tôle, abritant simplement un salon et une salle à manger ouverte sur la cuisine, et savourons un thé devant la cheminée, les laissant nous conter l’histoire des lieux. Véritable héros national, pour avoir été notamment rescapé de deux crashs, Sir Tim Wallis, a fait fortune dans le commerce de viande de cerf et l’hélitransport. Ses quatre fils et lui, propriétaires d’une immense ferme et surtout de milliers d’hectares de nature, règnent littéralement sur les environs du lac Wanaka.

Une histoire de famille

Deux d’entre eux, Jonathan et Matt, ont alors imaginé faire partager à quelques hôtes privilégiés les beautés de leur région natale, dont ils connaissent les moindres secrets. Mais les lieux ne sont accessibles que par les airs. Et ériger quelques tentes dans cette vallée lumineuse, dont l’orientation unique offre d’aussi beaux spectacles au lever qu’au coucher du soleil, n’est pas simple.

Après la traversée des glaciers des Southern Alps en hélicoptère, le lodge est à l’approche, perdu dans une vallée, non loin du lac Wanaka.

Leur ingéniosité et leur ténacité ont eu raison des obstacles et quatre tentes ont été plantées sur des structures en bois au-dessus des herbes hautes, afin de les isoler de l’humidité et de pouvoir y intégrer un maximum de confort, sans dégrader la nature environnante. Nous retrouvons Matt dans le salon, vêtu cette fois d’un pantalon clair et d’une chemise fraîchement repassés.

Derrière son allure de fils de bonne famille et ses manières irréprochables, se cache un homme sauvage, un enfant des montagnes qui pêche des langoustes en un tour de main, s’approche des cervidés les plus hostiles, parle avec les oiseaux indomptables, appelle les pics par leur nom. Et c’est tout cela qu’il fait partager, avec son équipe, lors de simples randonnées, d’une virée de ski extrême, une session de pêche dans la rivière ou encore un pique-nique improvisé dans une prairie que vous serez les premiers à fouler. Autant d’expériences résolument inoubliables. Campement de luxe et amour de la nature.

[button content= »Découvrir la Nouvelle Zélande » color= »black » text= »white » url= »https://hoteletlodge.fr/decouverte/nouvelle-zelande-grandeur-nature/ » openin= »_self »]

Publié dans Hotel & Lodge numéro 79

[infobox maintitle= »CARNET DE VOYAGE » subtitle= »

Y ALLER : de France, prévoir 24 h de voyage jusqu’à Auckland, puis un vol d’environ 2 h opéré par Air New Zealand jusqu’à Queenstown. Ce sont ensuite les équipes de Minaret Station qui vous prennent en charge par hélicoptère jusqu’au lodge, situé à environ 1 h de vol à travers les paysages majestueux des Southern Alps.

RENSEIGNEMENTS : New Zealand Tourism

www.newzealand.com/nouvelle-zelande

 » bg= »black » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[infobox maintitle= »MINARET STATION » subtitle= »

WANAKA / NOUVELLE ZÉLANDE

Montées sur des structures en bois, les tentes sont doublées d’une sorte de laine de verre permettant d’être parfaitement isolées du froid, de l’humidité et des animaux. À l’arrière de la chambre, les salles de bains sont construites “en dur” afin de bénéficier de tout le confort d’une chambre d’hôtel traditionnelle avec douche à l’italienne, double vasque et chauffage au sol. Il s’agit donc bien d’un campement de grand luxe perdu au bout du monde. A.L.

GROUPE : Alpine group Ltd.

CHAMBRES : 4 tentes pour 2 adultes et jusqu’à 2 enfants selon l’âge, aucun vis-à-vis sur la tente voisine et grand confort : moquette en laine de mouton, mini bar, chauffage, matelas chauffant, jacuzzi extérieur.

PRIX : 1 285 € la nuit en tente. Sont inclus les repas, vins, boissons et randonnée avec guide. Ajouter 1 150 € le transfert A/R en hélicoptère de Queenstown ou Wanaka.

TABLE : Paulina, chef chilienne concocte une cuisine fraîche issue des chasses et pêches locales, voire même de celles des hôtes.

ACTIVITÉS : hélicoptère, ski extrême, pêche de rivière et en océan, chasse de rennes, randonnée.

 » bg= »gray » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.minaretstation.com » openin= »_blank »]

Minaret Station
PO Box 218 Wanaka 9343
New Zealand
Tél. : +64 (0)3 443 5860
www.minaretstation.com

[res_map address= »Wanaka 9343, New Zeland » zoom= »9″ directionstext= »Directions »]

PAR ALEXANDRA LAUGIER | PHOTOS GILLES TRILLARD

Le Mas de la Fouque

Le producteur Gérard Louvin, propriétaire actuel, a eu un coup de foudre dès son premier séjour ici. Comment ne pas le comprendre ? Sur la départementale 38, entre l’Étang des Launes et le Petit Rhône, le Mas de la Fouque égrène un chapelet de manades chaulées.

[title maintitle= »Se ressourcer aux Saintes Maries » subtitle= » »]

78_mas-de-la-fouque_road-trip_06
Des appartements, 24 chambres et suites et deux roulottes encerclent le lobby, le restaurant et la bibliothèque. Ce cinq-étoiles étire au soleil une piscine sur carré de pierres blanches d’Oppède et plusieurs terrasses ombragées par les tamaris.

Un frêle ponton, rappelant qu’ici la nature règne en maître, communique entre le bâtiment principal et le Spa. Les décoratrices Sylvia Fabian et Clémence Fenninger (avec Maow Studio) ont su offrir aux lieux un esprit lodge s’effaçant derrière la nature. Cygnes, chevaux blancs de Camargue et flamants rose font partie du décor.

[title maintitle= »Renouveau décalé » subtitle= » »]

Depuis début mars, le Mas de la Fouque accueille un nouveau chef, Benjamin Jechoux. Il se frotte les mains de pouvoir conjuguer les saveurs de la terre (taureau, agneau de la Crau), de la mer (lotte en bourride) et de la rivière (sandre, écrevisses…) pour une cuisine « gourmande mais light, privilégiant les jus de cuisson aux matières grasses ».

Il serait dommage de passer à côté de la côte de taureau – une viande non persillée, plutôt maigre, à la saveur douce – avec sa béarnaise à l’huile d’olive. À s’offrir après une aprèsmidi au Spa. L’endroit propose depuis peu un éventail de prestations en partenariat avec la gamme Cinq Mondes et Macadamia pour le soin des cheveux. Trois esthéticiennes s’affairent dans un cadre propice au recueillement de l’esprit et des sens.

[separator type= »thin »]

[columns_row width= »half »]
[column]

78 - road trip_42

Le Spa Cinq Mondes

Les points forts ? Le jacuzzi d’extérieur à 37°C avec vue sur l’étang, mais surtout la yourte mongole, bulle exotique idéale pour un massage en duo ou un rituel de relaxation aux pierres chaudes de Provence. Parfait pour clore les yeux et un road trip aux saveurs ensoleillées.[/column]
[column]78 - road trip_41[/column]
[/columns_row]

[separator type= »thin »]

← Etape précèdante du road-trip à travers les parcs naturels: se perdre à Gordes

→ Prochaine étape: se réveiller en sursaut à Arles

[infobox maintitle= »Le Mas de la Fouque » subtitle= »

FRANCE / SAINTES MARIES DE LA MER

Le bout du monde ? On n’en est pas loin. Le Mas de la Fouque, perdu au coeur du Parc régional de Camargue, tient ses promesses de déconnexion. Cet îlot ponctué de manades chaulées et de roulottes perpétue un héritage bohème chic, au bord d’un étang avec flamants roses et cygnes. Même les fameux chevaux camarguais répondent présent. Résolument tourné vers cette nature sauvage, le Mas respecte une charte de développement durable, des chambres à la cuisine. G.T.

LABEL : Hôtels & Preference.

CHAMBRES : 24 chambres et 2 roulottes.

PRIX : à partir de 245 € la chambre S. Compter à partir de 450 € pour la suite XL. Notre préférée : la Flamingo, au style zen et épuré.

TABLE : Benjamin Jechoux a repris les rênes du restaurant en mars dernier. Ancien second de chefs étoilés, il propose une carte resserrée et pertinente à partir de produits régionaux.

ACTIVITÉS : Spa Cinq Mondes qui dispense un large éventail de soins, parmi lesquels des massages en duo à l’abri d’une authentique yourte mongole. Salle de fitness. L’hôtel organise des sorties en mer sur le Petit Rhône, des visites de manades (élevages de taureaux), des balades à cheval.

ADRESSE: Route du Petit-Rhône, 13460 Saintes-Maries-de-la-Mer

Tél. : 04 90 97 81 02

RESERVATIONS: www.masdelafouque.com

 » bg= »gray » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[res_map address= »Mas De La Fouque, Route Départementale 38, 13460 Saintes-Maries-de-la-Mer » zoom= »9″ directionstext= »Directions »]

La Pause – Marrakech

Tout autour, l’Agafay déroule son immensité. Sur ses terres arides et rocailleuses, à trente kilomètres au sudouest de Marrakech, un camp de base pour voyageurs en quête de grands espaces, de fraîcheur et de silence s’est établi. Avec un nom tout trouvé, La Pause.

[infobox maintitle= »L’oasis de l’Atlas » subtitle= »Une expérience authentique » bg= »white » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

S’extraire du tourbillon et de la touffeur de la Ville rouge. Retrouver l’essence de Marrakech, comme au temps où elle était une oasis, un lieu de passage et de ravitaillement des caravanes, avant que les bédouins nomades venus du Sahara ne décident de s’y sédentariser. C’est la vie qu’a choisie Frédéric Alaime. Et celle qu’avec sa femme, il fait découvrir aux voyageurs d’un soir. L’image d’un autre Maroc, aux portes du désert. À La Pause, son campement installé sur un domaine de sept hectares, ce Français mordu d’Afrique propose de vivre une expérience authentique, au plus près de la culture berbère. Ici, pas d’électricité, des tentes traditionnelles, fabriquées en bandes de laine et soutenues par des mâts en bois, et des maisons en pisé disséminées sur les versants d’un oued qui s’écoule en contrebas, abreuvant chevaux, dromadaires, grenouilles mais aussi oliviers et eucalyptus.

À l’origine, une ancienne ferme en ruines transformée en chambre d’hôtes a ouvert la voie à trois autres maisons berbères

79_La-Pause_Maroc_03

79_La-Pause_Maroc_02

[infobox maintitle= »L’imaginaire du nomadisme » subtitle= »La Pause joue le compromis » bg= »white » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

Point de départ idéal pour une méharée ou un safari en quad à la découverte du lac Lalla Takerkoust et des canyons environnants, La Pause joue le compromis. Ni luxueux, ni totalement “roots”, le lieu se veut simple mais confortable. En apparence spartiates, avec leurs épais murs conçus pour réguler la température, leurs plafonds et têtes de lits en paille et leurs colonnes en troncs de palmiers, les quatre maisons, isolées les unes des autres, présentent des intérieurs un brin plus sophistiqués. Les tapis de laine tissés à la main et la dinanderie voisinent avec les coussins brodés, les banquettes en angle maçonnées sont agrémentées de galettes blanches et les lits surmontés de dais en lin qui font office de moustiquaires. Chacune possède sa propre salle de bain avec vasque en maillechort ou en ciment teinté, et sa terrasse avec vue vertigineuse sur les ocres de l’Agafay.

[separator type= »space »]

[infobox maintitle= »CARNET DE VOYAGE » subtitle= »Avec son agence Terres et Voyages, la Française Monique Bracquemond-Maazi, mariée à un Marocain né dans les montagnes de l’Atlas, concocte des programmes personnalisés.

Elle y promet la découverte d’un Maroc authentique à travers des itinéraires exclusifs, proches du peuple marocain et de son savoir-faire ancestral.

Randonnées, excursions en quad et bivouacs grand confort, ateliers de calligraphie, dégustations de vins régionaux, arrêt au lac Lalla Takerkoust, visite de l’éco-musée berbère à Tafza, en partant sur la route de l’Ourika, tout est possible.

Terres et Voyages propose un séjour de 3 jours / 2 nuits à La Pause avec transferts en 4×4, pension complète (hors boissons) et activité cross-golf dans l’oued avec une mule pour caddie ou un massage de 60 minutes au coeur de la nature, à partir de 493 € / personne.

www.terresetvoyages.com. » bg= »black » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

Après une soirée autour du feu et des djinns invoqués par le conteur traditionnel, libre aux adeptes des nuits à la belle étoile de s’emmitoufler dans les duvets cachés sous les grands lits de repos, et d’attendre l’obscurité pour voir s’étirer la Voie lactée et écouter le silence sourdre du désert. Demain, à l’aube, il sera toujours temps de repartir, après un petit-déjeuner composé de thé à la menthe, de miel et de Msemens, ces crêpes feuilletées que les cuisinières des villages alentours confectionnent avec une infinie patience. Ici aussi tout rappelle, comme l’écrivait Rajae Benchemsi dans son ouvrage “Marrakech, lumières d’exil”, combien la région « surgie des sables, est une profonde et inépuisable réserve d’humanité »

Publié dans Hotel & Lodge numéro 79

[infobox maintitle= »La Pause » subtitle= » MAROC/ MARRAKECH

Frédéric Alaime et son épouse, couple de Français épris d’Afrique, ont loué à un propriétaire marocain sept hectares de reg en plein désert de l’Agafay, à trente kilomètres de Marrakech. De ce no man’s land planté d’une vieille ferme en ruine entourée d’un oued, ils ont fait un campement confortable, mais sans électricité pour le côté authentique, composé de quatre maisons en pisé et de tentes traditionnelles berbères. Une oasis au creux des dunes. E.D

CHAMBRES : 4 maisons de 2 chambres, une parentale et une seconde, pour enfants ou amis. Dans la nuit, on y accède par les sentiers éclairés de lanternes suspendues. Evitez les maisons les plus éloignées du lieu de vie principal si vous êtes peu téméraire… PRIX : à partir de 150 € / personne / nuit en pension complète.

TABLE : cuisine marocaine goûteuse, préparée par les cuisinières de l’ombre et servie par des garçons en costumes traditionnels. Sous la tente berbère, un orchestre de musiciens ou un conteur accompagnent souvent les repas.

ACTIVITÉS : piscine extérieure, parcours de cross-golf, treks, balades à cheval, dromadaire ou en VTT, massages, organisation de mariage possible.

 » bg= »gray » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

La Pause Marrakech
Douar Lmik Laroussiène, Commune Agafay, Marrakech
Tél : +212 (0)6 61 30 64 94
www.lapause-marrakech.com

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.lapause-marrakech.com » openin= »_blank »]

[res_map address= »31.4491589,-8.1752778″ zoom= »9″ directionstext= »Directions »]

Par Élodie Declerck | Photos Annette Nordstrøm & D.R. | Stylisme Christian Thorsbye

Londolozi Lodge – Afrique du Sud

Lové dans l’intense végétation de la rivière Sand, en Afrique du Sud, le Londolozi Lodge irradie au milieu d’une faune vibrante. Un luxe inattendu et racé en harmonie avec la magie africaine.

[title maintitle= »Esprit Pionnier » subtitle= » »]

L’apparition tant espérée d’un léopard dans la lumière dorée du crépuscule soulève une intense émotion. Le félin avance avec une lenteur confiante. Beauté à l’état pur, de sa démarche élégante, l’animal impose sa grâce fascinante, aérienne et souple, frôle les 4X4 et s’en va paisible telle une star, tout en marquant son territoire avec une étonnante précision. La quiétude des léopards autour de la rivière Sand, leur apparente sérénité sont le fruit du travail de pionniers, les Varty, qui s’implantèrent en 1926 dans ce bush du Parc Kruger. Leur ambition, dès leur installation sur ces terres hostiles, a été la préservation et la protection de la faune et de la flore. En baptisant leur lodge Londolozi, ils ne firent que symboliser par ce mot zoulou – signifiant “protéger” – l’éthique profonde de leur démarche : « être protecteur de tous les êtres vivants ».

Si en moins d’un siècle la brutalité et l’irrespect des humains a bouleversé le monde animal, l’intelligence et la vigilance de Charles Varty ont ici redonné à l’Afrique enchanteresse sa magie.

[columns_row width= »half »] [column] 79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_02

Autour du Londolozi Lodge, les Big Five sont au rendez-vous, le léopard en “guest-star”

79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_03[/column] [column] 79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_04

Une démarche protectrice initiée dès les années 20

79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_05[/column] [/columns_row] [title maintitle= »Ethnique et contemporain » subtitle= » »]

Les descendants de Charles ont fait revivre le bord de la rivière Sand y construisant le Londolozi Lodge. Sa haute terrasse sur pilotis domine une végétation généreuse, festin des éléphants qui s’y bousculent. Sous la fraîcheur d’éblouissantes frondaisons, il fait bon le matin savourer son petit-déjeuner. Et le soir prendre un verre blotti dans le lin blanc des fauteuils du living où les objets ethniques distillent leur magnétisme sur le décor contemporain. Parfois, le silence de la nuit est interrompu par le frémissement des herbes sèches au passage d’un interminable troupeau de buffles noirs des savanes.

Un sentier sinueux mène aux sept chalets bâtis sous les ébènes et les Matumi. Derrière les baies vitrées, chacune des suites possède terrasse et piscine à proximité de la rivière. Simplicité de l’épure, du blanc, des beiges, des noirs. Raffinement des matières, cuir, bois précieux, acajou, teck. Élégance et sobriété des salles de bain ouvertes sur le murmure de l’eau. Et sur les cimaises, d’irrésistibles portraits de léopards en noir et blanc. À Londolozi, il est l’animal mythique par excellence. Après avoir disparu, décimé, il a été réintroduit par la famille Varty sur le territoire de la rivière Sand en 1976. Sur la vingtaine qui se faufilent à l’abri des regards, par un crépuscule chanceux ou une aube incertaine, il n’est pas rare d’en croiser un dressant une silhouette aussi éphémère qu’un songe d’été.

PAR CLAUDINE LE TOURNEUR D’ISON | PHOTOS RICHARD CROFT

[separator type= »thin »]

[infobox maintitle= »CARNET DE VOYAGE  » subtitle= »Le voyagiste spécialiste Safari VO propose un forfait à partir de 5 375 € par personne en base double. Au départ de Paris, vols directs Air France sur Le Cap à l’aller et depuis Johannesburg au retour, en classe économique.

Programme : 4 jours au Cap avec véhicule privé et chauffeur, avec 4 nuits à l’hôtel Alphen en base petit-déjeuner et en Amazing Suite. Puis transfert de l’hôtel Alphen à l’aéroport du Cap avec chauffeur. Vol Le Cap / Skukuza sur South African Airways. Transfert de Skukuza à Londolozi. 3 nuits à Londolozi en all inclusive avec 2 safaris / jour. Et enfin, vol Londolozi / Johannesburg avec la compagnie Fedair.

www.safarivo.com » bg= »black » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[infobox maintitle= »Londolozi Lodge » subtitle= »

AFRIQUE DU SUD / SABI SAND RESERVE

La réserve Sabi Sand est accolée au Kruger Parc, au nord-ouest de l’Afrique du Sud. En surplomb de la Sabi Sand River, le Londolozi Lodge est l’un des plus luxueux hôtels de cette réserve et le seul à faire partie des Relais & Châteaux. Les six suites sont contemporaines, épurées et d’un luxe non-ostentatoire. Chacune a sa piscine privée et un vaste salon meublé de moelleux canapé et fauteuils où se réchauffer l’hiver devant un feu de cheminée. En été, la terrasse, sous les arbres, offre la perspective d’un enchanteur dîner aux chandelles.

CHAMBRES : 6 suites

PRIX : à partir de 830 € par personne en pension complète, boissons et safari inclus.

ACTIVITÉS : safari, piscine, spa, bibliothèque, boutique.

ADRESSE: Londolozi Lodge Sabi Sand Reserve

Tél : +27 13 735 5100

RESERVATIONS: www.londolozi.com  » bg= »gray » color= »black » opacity= »off » space= »30″ link= »no link »]

[res_map address= »-24.797097,31.499004″ zoom= »15″ directionstext= »Londolozi Game Reserve »]