Londolozi Lodge – Afrique du Sud

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Lové dans l’intense végétation de la rivière Sand, en Afrique du Sud, le Londolozi Lodge irradie au milieu d’une faune vibrante. Un luxe inattendu et racé en harmonie avec la magie africaine.

L’apparition tant espérée d’un léopard dans la lumière dorée du crépuscule soulève une intense émotion. Le félin avance avec une lenteur confiante. Beauté à l’état pur, de sa démarche élégante, l’animal impose sa grâce fascinante, aérienne et souple, frôle les 4X4 et s’en va paisible telle une star, tout en marquant son territoire avec une étonnante précision. La quiétude des léopards autour de la rivière Sand, leur apparente sérénité sont le fruit du travail de pionniers, les Varty, qui s’implantèrent en 1926 dans ce bush du Parc Kruger. Leur ambition, dès leur installation sur ces terres hostiles, a été la préservation et la protection de la faune et de la flore. En baptisant leur lodge Londolozi, ils ne firent que symboliser par ce mot zoulou – signifiant “protéger” – l’éthique profonde de leur démarche : « être protecteur de tous les êtres vivants ».

Si en moins d’un siècle la brutalité et l’irrespect des humains a bouleversé le monde animal, l’intelligence et la vigilance de Charles Varty ont ici redonné à l’Afrique enchanteresse sa magie.

79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_02

Autour du Londolozi Lodge, les Big Five sont au rendez-vous, le léopard en “guest-star”

79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_03 79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_04

Une démarche protectrice initiée dès les années 20

79_Londolozi-Lodge_Afrique-du-Sud_05

Les descendants de Charles ont fait revivre le bord de la rivière Sand y construisant le Londolozi Lodge. Sa haute terrasse sur pilotis domine une végétation généreuse, festin des éléphants qui s’y bousculent. Sous la fraîcheur d’éblouissantes frondaisons, il fait bon le matin savourer son petit-déjeuner. Et le soir prendre un verre blotti dans le lin blanc des fauteuils du living où les objets ethniques distillent leur magnétisme sur le décor contemporain. Parfois, le silence de la nuit est interrompu par le frémissement des herbes sèches au passage d’un interminable troupeau de buffles noirs des savanes.

Un sentier sinueux mène aux sept chalets bâtis sous les ébènes et les Matumi. Derrière les baies vitrées, chacune des suites possède terrasse et piscine à proximité de la rivière. Simplicité de l’épure, du blanc, des beiges, des noirs. Raffinement des matières, cuir, bois précieux, acajou, teck. Élégance et sobriété des salles de bain ouvertes sur le murmure de l’eau. Et sur les cimaises, d’irrésistibles portraits de léopards en noir et blanc. À Londolozi, il est l’animal mythique par excellence. Après avoir disparu, décimé, il a été réintroduit par la famille Varty sur le territoire de la rivière Sand en 1976. Sur la vingtaine qui se faufilent à l’abri des regards, par un crépuscule chanceux ou une aube incertaine, il n’est pas rare d’en croiser un dressant une silhouette aussi éphémère qu’un songe d’été.

PAR CLAUDINE LE TOURNEUR D’ISON | PHOTOS RICHARD CROFT

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A découvrir

Également à lire