Mama Shelter ouvre au Luxembourg

Le groupe Mama Shelter a ouvert son 13ème établissement au Luxembourg en juillet 2020 qui est le premier hôtel et restaurant avec un Mama Works intégré.

En inaugurant cette nouvelle adresse, la marque cofondée par Serge, Jérémie et Benjamin Trigano, s’implante désormais dans 12 villes et 7 pays. Le Luxembourg, riche de cultures et nationalités différentes est aussi pays hôte d’un grand nombre d’institutions de l’Union Européenne, au carrefour de la France, la Belgique et l’Allemagne. Pour Jérémie Trigano, CEO de Mama Shelter : « Le Luxembourg est aussi beau que cosmopolite. Nous étions certains que le mélange de ces aspects-là au côté fun et sexy de MAMA serait exaltant ».

Alors que le premier Mama Shelter est né en 2008, la famille Trigano s’est lancée dans le projet Mama Shelter en collaboration avec Philippe Starck. C’est leur volonté de se battre pour le meilleur et rien d’autre qui les a incités à dénicher des sites peu connus, dans des quartiers dotés d’une histoire captivante, pour s’investir dans le projet de leur hôtel idéal. Ce lieu atypique, amical, ouvert à tous et unique.

Marseille, Lyon, Bordeaux, Los Angeles, Rio de Janeiro, Belgrade, Prague, Toulouse, Lille, Londres et Paris West ont rejoint la famille des Mama en mettant en valeur cette vision unique.

Cette année, Mama Shelter s’est installé au coeur de l’Europe en ouvrant ses portes au Luxembourg.

L’hôtel et son restaurant sont idéalement situés sur le plateau du Kirchberg. Mama Luxembourg rend hommage aux traditions locales à travers son design, tout en faisant des clins d’œil à la modernité du pays.

Suivez les dessins au plafond, de l’artiste français Beniloys, ou la moquette de billets de 100€ jusqu’à l’une des 145 chambres ultraconfortables décorées par le Mama Design Studio, dirigé par Benjamin El Doghaïli. Les petits plus des chambres : wifi et films gratuits, produits de beauté organiques et français de la gamme Mama Skin, développée en collaboration avec la marque de cosmétiques Absolution. Tout a été pensé pour veiller au respect de la tradition MAMA sans compromettre son originalité.

Au restaurant de 470m2, les clients peuvent déguster un repas fait maison avec amour et découvrir ainsi le menu élaboré avec la complicité du célèbre chef Jean-Edern Hurstel.

Le Mama Luxembourg a aussi l’un des plus grands bars du pays, fait de marbre rose, où les clients peuvent s’asseoir et siroter un cocktail de la Mama. Au dernier étage, un rooftop typiquement Mama, 350m2 de plaisir avec un restaurant, un bar ilot, un foyer extérieur, une table de ping-pong et un espace de pétanque.

Juste en-dessous de la partie hôtel et restaurant, on retrouve les Ateliers, lumineux, de 29 à 170m2 et un CineMama, qui peut accueillir 31 personnes, un lieu idéal pour les projections ou les conférences. Mama Luxembourg est le premier établissement intégrant un Mama Works, espace de co-working mettant à disposition des postes de travail individuels. Et pour la première fois, Mama Shelter propose une boulangerie. Adossée à l’entrée du Mama Works, chacun pourra déguster des viennoiseries et du pain frais, faits maison.


Que ce soit pour des vacances ou pour le travail, les voyageurs seront toujours accueillis à bras ouverts au Mama Shelter. Ils peuvent se détendre tranquillement en sachant que MAMA s’occupe de tout !

Mama Shelter
www.mamashelter.com/en/luxembourg

2 Rue du Fort Niedergruenewald, 1616 Luxembourg

« Les Conversations » #6 : entretien avec Jean Valfort, fondateur de Panorama Group et co-fondateur de Kitchen Club

« Les Conversations », nouveau format d’échange d’Hôtel & Lodge et du collectif Singularités a reçu Jean Valfort, fondateur de Panorama Group, groupe spécialisé dans la création de restaurants physiques et co-fondateur de Kitchen Club, espaces entièrement dédiés à la livraison.

Interrogé par Laurent Beaulieu du collectif Singularités HFT, Jean Valfort a commenté en tant qu’acteur de premier plan, la crise actuelle et ses répercussions sur le secteur de l’hôtellerie/restauration.

Il y a deux ans, Panorama Group, groupe dédié à la restauration de caractère qui multiplie les expériences a lancé Dark Kitchen (devenu récemment Kitchen Club), soit cinq cuisines entièrement dédiées à la livraison à domicile. Grâce à ce concept innovant, Jean Valfort et ses deux associés ont pu poursuivre une partie de leur activité malgré le contexte sanitaire actuel.

Seules les équipes des restaurants physiques bénéficient aujourd’hui du chômage partiel, mais Jean Valfort se félicite d’avoir « pu prendre une partie de ces équipes et de les diriger, sur la base du volontariat, vers Kitchen Club ». C’est ce qui, selon lui, « fait la force du groupe. »

Cet été, il compte bien reproduire ce schéma et pourquoi pas faire travailler ses équipes parisiennes sur son dernier projet niçois, le Social Food Complex : « Si jamais la fréquentation des restaurants est trop calme dans la capitale et qu’on a besoin de staff je leur dirai : est-ce que ça vous dit d’aller passer l’été à Nice ? »

Jean Valfort se dit fier d’avoir pu poursuivre les travaux malgré la crise, tout en renforçant un maximum les mesures d’hygiène : « On a mis en place des masques, du gel hydroalcoolique… le chantier avance, même si ça prend du retard. Gérer à 1000km de distance c’est un véritable challenge. » Le co-fondateur de Panorama Group fait part d’un certain optimiste concernant l’avenir de ce nouveau concept : « Si l’on peut ouvrir dans de bonnes conditions, je suis persuadé que ça va marcher. Nice est une ville qui se suffit à elle-même en termes de clientèle. En été, entre la mer et la montagne, les gens restent à Nice. »

Quant à Kitchen Club, la start-up entièrement dédiée à la restauration à domicile n’est pas à plaindre car elle résiste plutôt bien à la pandémie. Voir en bénéficie. « Sur la demande, on a eu de la chance. Elle a été multipliée par deux, du moins pendant les 3 premières semaines. Aujourd’hui, de nouvelles enseignes se relancent, ce qui divise le marché par deux. »

D’un point de vue sanitaire, Kitchen Club possède déjà bien des avantages. Par rapport à un restaurant physique qui propose son service de livraison, les emplacements de la start-up ont été conçus comme de véritables laboratoires, tout en inox. « Il n’y a pas un seul morceau de matière non nettoyable et pas le moindre contact entre l’intérieur et l’extérieur. Ce n’est pas un bloc opératoire mais presque. Il y a une fenêtre guillotine par laquelle on fait passer les sacs. Le livreur ne rentre pas dans la cuisine. » Masques, charlottes, gants… ont tout de même été livrés depuis la crise et la fréquence de nettoyage a été accélérée.

Sur les habitudes de consommation, Jean Valfort n’a pas constaté de changement : « C’est toujours le burger qui l’emporte ». Une clientèle majoritairement jeune et avide de se faire plaisir en est la première responsable : « Le burger est un produit de plaisir instantané chez les 18/25 ans. Si l’on proposait des pizzas, je suis persuadé qu’on en vendrait beaucoup. » Un projet déjà bien mûr dans la tête des entrepreneurs puisqu’ils comptent tester dès demain un nouveau restaurant de pizzas.

Avec cette pandémie, Kitchen Club « a gagné deux ans d’évangélisation de marché », indique Jean Valfort. Il pense qu’une partie de la population à découvert l’intérêt de la restauration pendant le confinement. « Ils savent que c’est le seul moyen de se sentir comme au restaurant. »

Texte : Charlotte Engel – Hôtel & Lodge

 

 

 

 

Maison Montespan : Refuge Secret

Son nom, Maison Montespan, résume son positionnement : un hôtel non-hôtel pour VIP épris d’exclusivité et d’intimité. Concept urbain que Paris développe avec bonheur grâce à la personnalité de ses quartiers et la diversité de son architecture.

177, avenue Victor Hugo, XVIe arrondissement. Une grille en fer forgé laisse deviner une allée privée. On hésite. Où niche l’hôtel ? Aucune plaque ne le mentionne. Rien ! On téléphone. Le majordome, Baptiste, que précède Ellyn Daude, la directrice, ou plutôt la maîtresse de maison, jolie jeune femme souriante, s’empresse de décliner leur identité, en ouvrant le passage.

« Bienvenue chez nous ! » Pour une fois, la formule sonne vraie, avec cette impression de débarquer dans la demeure d’amis, amateurs d’art éclairés, musiciens avertis et… sportifs avérés. Toiles de maîtres et créations digitales du fils encore adolescent du propriétaire personnalisent les trois étages, cohabitant avec des bouquets de fleurs de saison.

Un Steinway, parfaitement accordé, incite les hôtes à interpréter, s’ils le souhaitent, quelques partitions. On explore les lieux, guidée par Ellyn, formée dans un des plus prestigieux palaces parisiens, avant de gagner « ses appartements ».

« La maison comptant cinq chambres, dont deux belles suites, peut être privatisée, mais se prête aussi à la location individuelle, avec, outre le petit déjeuner, un service de restauration à la demande. Les hôtes se partagent alors, comme dans un 5-étoiles classique, les espaces communs : salon, salle de séjour, rooftop très agréable l’été, home cinéma et installations sportives haut de gamme situées au sous-sol, piscine chauffée, hammam, salle de fitness », précise Ellyn.

Privatisée, Maison Montespan accueille des réceptions, jusqu’à 50 personnes pour un cocktail, une quinzaine pour des dîners sur mesure en terrasse ou à l’intérieur. Ellyn dispose d’une liste de prestataires triés sur le volet : chefs (dont Jean-Edern Hurstel du restaurant Edern), barmen, sommeliers, maîtres d’hôtel, rompus à ce type d’exercice. « Nous adorons faciliter l’organisation d’événements privés pour des familles éparpillées aux quatre coins du globe, heureuses de se retrouver en un lieu chaleureux au cœur de Paris », confie-t-elle.

Pour aménager les espaces, le décorateur Thomas Lange s’est inspiré des intérieurs des demeures parisiennes du XVIIe siècle, les rehaussant de quelques touches design. Dans les salles de bains en marbre de Carrare, les produits de courtoisie signés Frédéric Malle, l’un des plus prestigieux parfumeurs français, ajoutent la note luxe, exclusive. Avant de profiter du pâle soleil d’automne sur la pergola, on se relaxe au troisième étage dans sa suite aux nuances rose poudré, contemplant de son balcon la vie qui va-et-vient sur l’avenue Victor Hugo bordée d’enseignes chics.

Publié dans Hotel & Lodge numéro 110

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.maisonmontespan.paris » openin= »_blank »]

Maison Montespan
11 Avenue de Montespan
75116 Paris, France
Tel : +33 (0) 6 37 02 29 20
www.maisonmontespan.paris

[res_map address= »11 Avenue de Montespan, 75116 Paris, France » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »15″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte: Anne-Marie Cattelain-Le Dù

Pauses Gourmandes à Shanghai

Réputée pour sa cuisine traditionnelle, où les poissons, crustacés, légumes et marinades tiennent une place de choix, Shanghai fait aussi la part belle aux tables internationales, business oblige.

Maison Lamoise

Quand un chef étoilé, bourguignon, Eric Pras, part à la conquête de la Chine, pas une, ni deux, il hisse son restaurant au 68e étage de la Shanghai Tower. Le Jules Verne de la tour Eiffel n’a plus qu’à s’incliner. Toute la ville se dévoile parfois à travers le brouillard. C’est superbe.

Pourquoi pas la Bourgogne à Shanghai ? La région avait déjà donné son nom à un quartier de la concession française, alors… En automne, la carte se pare de sucettes de foie gras, de potimarron, de châtaignes, de viandes maturées. Et en toute saison, de poulet jaune laqué, qui lui donne un air autochtone. Les Chinois adorent, les expats aussi et les Français de passage itou.

MAISON LAMELOISE
68/F, Shanghai Tower,
501 Yincheng Rd M.
www.lameloise.com

Sui Tang Li

Un chef shanghaïen, Tony Ye, une déco sinisante, mais contemporaine, et une carte à se damner : trois éléments déterminants pour cette table installée à la Middle House. Le décor met en appétit avec ses carreaux émaillés et son bois reflétant la lumière.

Spécialiste des dim sum et des dumplings, le chef les farcit de façon inhabituelle. Le porc se marie à la citrouille, aux œufs de caille, le chou-fleur aux racines de lotus et au fromage. Le foie gras croustillant aux noisettes s’accompagne de gâteau à l’huile d’échalote et jambon ibérique. Le poisson fumé nage dans le thé au jasmin fumé Pomfret. Tout est gourmand, bien cuisiné. On succombe aussi à la carte des cocktails à base de boissons artisanales Tofu Colada, Shi Ku Men Sour ou Naughty Ball à base de vin jaune de Shaoxing.

SUI TANG LI
2/F, The Middle House Residences,
No. 366 Shimen Rd N° 1
www.themiddlehousehotel.com

Blackbird Bar & Café

Certains diront qu’on pourrait aussi bien être à Paris, New York ou Milan. Pas faux : le design est léché, très actuel, tendance. Les serveurs portent bretelles, chemise bleue et jean. Mais on est bien à Shanghai, dans un immeuble audacieux.

Et on aime l’atmosphère, la musique et la cuisine fusion sino-scandinave du chef Thornley. On aime aussi les trois étages empilés : un rooftop, The Third Floor, avec transats et DJ pour se relaxer le soir ; au deuxième, la Table Black, gastronomique, du chef ; au premier, le Bar Black, bar à cocktails où le week-end le brunch déménage vraiment. Quand la paresse nous habite, on y passerait bien la journée.

BLACKBIRD BAR & CAFÉ
Building 8, 1262 Yan’an Xi Lu,
by Panyu Lu
www.ohashanghai.com

Champagne ou thé à Shanghai ?

C’est à Shanghai, plus que dans toute autre grande ville du monde, que le champagne est le plus consommé… même au tea time. Le Bar Rouge battant tous les records. Mais à cette institution locale, nous préférons ces quatre pépites… Notre selection de bars et salons de thé pour découvrir Shanghai par ici.

[button content= »Bars & Salons de Thé Shanghai » color= »black » url= »https://hoteletlodge.fr/en-vrac/bars-et-salons-de-the-pour-decouvrir-shanghai/ »]

Publié dans Hotel & Lodge numéro 109

Bars et salons de thé pour découvrir Shanghai

Champagne ou thé ? C’est à Shanghai, plus que dans toute autre grande ville du monde, que le champagne est le plus consommé… même au tea time. Le Bar Rouge battant tous les records. Mais à cette institution locale, nous préférons ces quatre pépites…

Sir Elly’s Terraces

Perchée au 14e étage de l’hôtel The Peninsula Shanghai, sur le Bund, cette terrasse offre la plus belle vue, notamment le soir, sur le Huangpu, la rivière Suzhou et les tours de Pudong. On s’attable le long de son bar rétro éclairé pour regarder le barman préparer ses cocktails personnalisés, réputés les meilleurs du Bund. La sélection de whiskies satisfait les plus exigeants des amateurs. Et les bulles de champagne scintillent gaiement au soleil couchant. Romantique, chic, magique.

SIR ELLY’S TERRACE
Hotel Peninsula 14 F / No. 32 The Bund
32 Zhongshan Dong Yi Road
Tel : +86 21 2327 6756
www.peninsula.com

Vue Bar

Son nom annonce d’emblée la couleur. Aux 32e et 33e étages de l’hôtel Hyatt on the Bund, il dévoile les tours de Pudong. Plus haut encore, aux 56e et 88e étages, d’autres bars animent le 5-étoiles. Mais on aime le Vue pour sa décoration cosy, ses cocktails signature tels le Strawbellini ou le Vue Martini, qui décoiffent autant que le vent fort à cette altitude (couverture à disposition). La carte des champagnes est l’une des plus sélectes.

VUE BAR
Hotel Hyatt on the Bund Shanghai
199 Huang Pu Road
tel : +86 21 6393 1234*6328
www.hyatt.com

Peacock Alley

Plus chic, plus bourgeois que le tea time de Peacock Alley, le salon de thé du Waldorf Astoria Shanghai on the Bund, difficile à trouver… Mao doit se retourner dans sa tombe. Porcelaine, argenterie, finger sandwiches, pâtisseries, cho- colats, thé, forcément, mais aussi champagne. Délicieux ! Service souriant et gracieux. Que demande le peuple… se balader ensuite en toute liberté sur le Bund au soleil couchant pour caresser le taureau de bronze supposé lui apporter la fortune. Facile, l’hôtel a pignon juste devant.

PEACOCK ALLEY
Hotel Waldorf Astoria Tower Lobby Level
No.2 Zhong Shan Dong Yi Road Huang Pu District
Tel : +86 21 6322 9988
www.waldorfastoriashanghai.com

Lost Bakery

Managé par le groupe ultra-branché Lost Heaven, cette boulangerie sur le Bund propose des viennoiseries, des gâteaux et des pains délicieux à mini-prix, à partir de 2,50 €. Tout est bon, accompagné de jus de fruits, thé ou café… mais le champagne ne figure pas sur la carte.

LOST BAKERY JULU LU
JuLu Road, No.758, Building 1, 1F,
Jing An District (Near FuMin Road)
Tel : +86 21 6266 8967
www.lostheaven.com

[button content= »Le Shanghai Gastronomie » color= »black » url= »https://hoteletlodge.fr/decouverte/pauses-gourmandes-a-shanghai/ »]

Publié dans Hotel & Lodge numéro 109

Hôtel Ottilia…
une promenade moderne dans le passé de Copenhague

Les Hôtels Brøchner, principale chaîne d’hôtels boutique au Danemark, ouvrent un nouvel boutique-hôtel 4 étoiles luxe à Copenhague dans les locaux de l’ancienne brasserie Carlsberg, l’Hôtel Ottilia.

L’Hôtel Ottilia, du nom de la femme du fondateur des célèbres brasseries Carlsberg, propose à ses clients de vivre une expérience danoise extraordinaire.

Le mot Carlsberg est associé à la bière. C’est dans le Carlsberg City District que la bière du même nom, célèbre dans le monde entier, a été brassée dans des locaux classés de 1847 à 2008.

L’Hôtel Ottilia se pare aujourd’hui d’une architecture industrielle à la fois innovante mais rappelant également le passé du bâtiment grâce aux détails architecturaux des bâtiments industriels de la brasserie conservés.

64 cercles dorés d’un diamètre de 2,2 mètres, couvrent la façade de l’hôtel et l’habillent de majesté. Derrière chaque cercle, prend place une chambre possédant une hauteur sous plafond de 3 à 4 mètres.

A l’opposé des cercles dorés, 64 immenses fenêtres rondes de même taille servent d’ouvertures mais également de lieu de détente grâce aux banquettes en cuir insérées qui permettent de rêver tout en observant la ville. Des suites se dressent dans la tour ronde historique.

L’Hôtel Ottilia offre à ses clients un service moderne entièrement digitalisé. Grâce leur téléphone portable, les hôtes pourront ouvrir leur porte, effectuer le check-in et le check-out et s’orienter dans l’hôtel.

Des salles de conférence, des bars, un Spa & Bains, une terrasse panoramique avec vue sur tout Copenhague ainsi qu’un restaurant italien viennent compléter cet établissement atypique.

L’Hôtel Ottilia fait revivre un bâtiment ayant participé à l’histoire du Danemark. Il allie la modernité grâce à son architecture marquée et ses services digitalisés à l’histoire de part ses éléments industriels teintés de références au passé comme les silos à grains.

Ce nouvel opus des Hôtels Brøchner est une invitation au voyage dans le temps passé et futur ainsi que dans le patrimoine culturel danois.

Hôtel Ottilia
V, København, Danemark
www.brochner-hotels.com

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.brochner-hotels.com/hotel-ottilia » openin= »_blank »]

[res_map address= »Hôtel Ottilia, V, København, Danemark » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Anne-Sophie Coussens – Images : DR

Les Sky Bars Tivoli : parenthèse inattendue au Portugal

En plein coeur de la capitale Portugaise, deux hôtels de la marque Tivoli Hotels & Resorts offrent des points de vue imprenables sur la ville. Un moment d’évasion autour d’un verre.

Le Sky Bar Lisboa

Au 9ème étage de l’hôtel Tivoli Avenida Liberdade Lisbonne, le Sky Bar Lisboa propose une terrasse chic et branchée. Ce bar au large choix de cocktails surplombe le château de Saint-Georges ainsi que le Tage. Une vue imprenable sur toute la ville qui permet aux clients d’appréhender un autre angle de la ville aux sept collines.

Av. da Liberdade 185, 1269-050 Lisboa – +351 21 319 8642

 

Le Sky Bar Oriente

Avec une vue à 360° sur tout Lisbonne, le Sky Bar Oriente se niche au 16ème du Tivoli Oriente Lisbonne. Ce rooftop panoramique est idéal pour embrasser tous les monuments qui font la renommée de la ville. Ainsi, le célèbre Pont Vasco de Gama et l’architecture incroyable de la gare do Oriente sont à portée de main.

Av. Dom João II 11403B, 1990-221 Lisboa – +351 21 891 5100

 

Le Sky Bar Carvoeiro

 Plus loin au sud du Portugal, dans la sublime région de l’Algarve, le Sky Bar Carvoeiro est parfait pour profiter du coucher de soleil. Surplombant l’océan Atlantique, la douce musique de ce bar propose un pur moment de bien-être et de relaxation. Petite nouveauté en cette période estivale : le sky bar dispose d’un foodtruck durant tout l’été. Le “Chic Fourgonnette” propose les créations du célèbre chef portugais Bruno Rocha et la barmaid italienne Silvia Daniela Istrate (élue meilleure barmaid d’Europe) viendra du 5 août au 5 septembre faire goûter ses nouveautés.Un programme qui fait rêver pour une expérience hors du commun.

Estr. do Farol 5, 8401-911 Carvoeiro – +351 282 351 100

 

Entre amis ou en amoureux, les Sky Bars Tivoli sont tous uniques en leurs genres. Une chose est sûre, ils sont les lieux parfaits pour se ressourcer autour d’un verre ou de tapas et admirer les vues incroyables qu’ils livrent.

 

www.skybarrooftop.com

Texte : Marie Cornalba – Photos : D.R

La Vintage Moderne Attitude: NH Collection Suecia

Avec sa terrasse en guise de toit qui embrase d’un regard tout Madrid et son bar inspiré du temps de la Prohibition, sa situation exceptionnelle et sa fréquentation peu formelle en font le lieu de résidence le plus en vue de la capitale espagnole.

Dans son ouvrage « Mort dans l’après-midi », Ernest Hemingway écrivait que « Madrid est la ville la plus espagnole de toute et la plus agréable à habiter »… Avec de telles promesses de découvertes, pas étonnant que l’auteur nord-américain se soit souvent rendu dans la capitale ibérique, faisant de l’hôtel Suecia, dès son ouverture en 1956, son lieu de résidence privilégié lors de ses séjours madrilains.

Trois ans plus tard, le Che y séjournera lors de son unique visite en Espagne en 1959, quant à l’écrivain argentin, Ernesto Sabato, il lui a même carrément dédié quelques phrases de roman.

Admirablement situé au coeur de la vieille ville, qu’il est préférable de découvrir à pied et à son rythme comme pour le Barrio de las Lettras, le Suecia est à deux pas des musées et des galeries d’art les plus renommés comme le Prado et le musée Thyssen-Bornemisza, à proximité des sites emblématiques de la Plaza de Cibeles, la Plaza de Neptuno ou encore la Puerta del Sol.

Désormais sous l’enseigne NH Collection et récemment rénové dans un esprit vintage et contemporain, son nouveau décor d’inspiration scandinave semble être dès lors un clin d’oeil à son histoire. Signée par l’architecte d’intérieur espagnol Lázaro Rosa-Violán, célèbre pour l’aménagement du Restaurant Can Vent sur l’île de Formentera aux Baléares, la décoration invite la chaleur élégante du bois de chêne et du velours à converser avec les teintes terre et cuivre, pour créer une atmosphère intime qui rappelle celle d’une maison particulière. Ayant dessiné une partie du mobilier spécialement pour le lieu, il l’a complété par des pièces d’époque qu’il a lui-même chinés à l’image des tapisseries qui ornent l’entrée de l’hôtel. Au sol, le parquet en chêne est recouvert de tapis pour donner une touche plus intimiste.

En contraste avec l’esprit vintage des espaces communs, les 123 chambres affirment un caractère design, avec ici et là quelques touches évoquant ses origines scandinaves comme en témoignent les lignes du mobilier en bois. Les couleurs sont douces, dominées par des nuances de beige et de brun incitant à l’intimité et à la relaxation. Le métal des luminaires venant rehausser l’élégance de l’esprit à la fois chic et fonctionnel. En surplomb de la tête de lit, une immense photographie invite l’hôte à tomber son propre masque pour aller vers soi dans une intimité rassurante.

Le restaurant s’arqueboute sur un décor d’une élégante simplicité et s’appuie sur le savoir-faire de Luis Canadell, créateur du célèbre Boca Grande de Barcelone, avec une carte interprétée par le chef Stéphan del Rio.

Un service à la fois convivial et attentionné met en valeur les plats traditionnels espagnols et les clins d’œil gourmands fait à la cuisine internationale. C’est ainsi que la soupe à l’oignon y côtoie le gaspacho et que le poulpe grillé à la galicienne se laisse voler la vedette par l’entrecôte Wagyu.

Mais le plus de l’hôtel réside dans ses bars. Les amoureux romantiques, les voyageurs en quête de beaux panoramas, les esprits bohème et les hommes d’affaires pas pressés se retrouvent avant le dîner sur son rooftop aussi élégant que spectaculaire. Aménagé sur deux niveaux façon patio privé, au moment où le soleil scintille de ses derniers feux la vaste terrasse offre une vue imprenable sur les édifices majeurs de Madrid, comme le Palais de Linares, la Banque d’Espagne, le musée du Prado, le Paseo del Prado et le parc Retiro.

Mais c’est plutôt au sous-sol de l’hôtel que les amoureux d’originalité et de cocktails corsés se retrouvent après-dîner dans un speakeasy conçu dans l’esprit des bars clandestins au temps de la prohibition. Lumière tamisée, banquette en velours carmin, moquette léopard, le lieu à la fois intime, sexy et secret invite au défendu.

Si, à l’extérieur comme à l’intérieur, aucune enseigne n’indique la présence de ce bar de nuit, le bouche à oreille en a fait rapidement l’adresse nocturne incontournable de Madrid grâce au fait insolemment insolite que pour y accéder on doit passer par les… toilettes ! Ce qui pourrait donner à penser que l’art de surprendre fait partie intégrante de l’art de vivre.

NH Collection Suecia
Calle del Marqués de Casa Riera, 4
28014 Madrid
Espagne
Tel: +34 912 00 05 70
www.nh-hotels.fr

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.nh-hotels.fr/NH-Madrid-Suecia » openin= »_blank »]

[res_map address= »NH Collection Suecia, Calle de Marqués de casa riera, Espagne » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Florence Hernandez – Photos : D.R

« Le bar à ciel ouvert by Krug »

Importée de NYC, la tendance « rooftop » envahit les toits parisiens et promet des étés frivoles, pour renouer avec la vie nocturne et profiter des douces températures. Le Shangri-La Hotel, Paris, en collaboration avec la Maison de Champagne Krug, dévoile pour la seconde année consécutive, et jusqu’au 7 octobre 2018, son « Bar à ciel ouvert by Krug » : la terrasse emblématique de 30m², de la chambre 410. Depuis 1843, les champagnes Krug perpétuent avec audace un esprit pionnier et créatif, afin de garantir un vin de qualité.

Chaque parcelle est un ingrédient unique dans l’élaboration de ce champagne. Cette année, le poisson est mis à l’honneur, après la pomme de terre, l’œuf ou encore le champignon. Que ce soit pour contempler la Tour-Eiffel, admirer le panorama urbain de Paris, ou encore, se délecter des plus beaux monuments, les amateurs de bulles découvrent les prestigieuses cuvées de la Maison Krug accompagnées d’un assortiment de bouchées caviar, saumon, jambon bellota… concocté par le Chef doublement étoilé du palace, Christophe Moret.

 

Shangri-La Hotel Paris

10 Avenue d’Iéna

75116 Paris

Réservation au 01 53 67 19 98

www.shangri-la.com/

[res_map address= »Shangri-La Hotel Paris, 10 avenue d’Iéna, France » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte: Laura Jamal – Photos: D.R

 

La Night Beach à L’Intercontinental Bordeaux

Doté de canapés, jonché de graminées, et parsemé de pins parasols, le rooftop de l’InterContinental Bordeaux – Le Grand Hôtel, rouvre ses portes pour une année riche en nouveautés. La Night Beach prend des airs de bord de mer en plein cœur de la capitale girondine. Avec l’arrivée des beaux jours, le lounge à ciel ouvert est « the place to be », offrant un panorama unique à 360° sur la cité, ainsi qu’une atmosphère élégante et exclusive.

La maison de décoration suédoise Søstrene Grene ouvre le bal et repeint la Night Beach à ses couleurs, bientôt suivi par Eres, Lillet, Sturia et Schweppes. Toutes les quatre semaines, un univers inédit habitera les lieux. Profitez de ces fameuses nuits tendances sous une voute étoilée.

 

InterContinental Bordeaux – Le Grand Hôtel

2-5 place de la comédie

33000 Bordeaux

Tél : 05 57 30 44 44

www.intercontinental.com/bordeaux

[res_map address= »Intercontinental Bordeau, 2-5 place de la comédie, France » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Laura Jamal – Photos : D.R

Le Generator Amsterdam : Révolutionnaire

Poussant plus loin encore le concept des Mama Shelter, le groupe Generator, implanté dans les grandes villes européennes avant de conquérir New York et Miami, prouve avec son dernier né son intention de bouger les lignes.

Pour conquérir Amsterdam et afficher comme dans tous ses hôtels européens, dont Paris, un taux d’occupation moyen de 90 %, Generator s’est implanté dans un ancien bâtiment universitaire en brique du début XXème, à l’est de la ville, dans le quartier bobo fashion d’Oosterpark, immense espace vert sur lequel ouvrent nombre de ses chambres. Entre auberge de jeunesse revisitée et hôtel design, le lieu convainc non seulement les moins de trente ans branchés, mais aussi les familles chics, les modeux et les artistes, voire les hommes d’affaires, heureux de séjourner sans se ruiner dans un lieu hyper confortable au design joyeux. C’est ainsi que se côtoient et échangent sous un même toit des personnalités qui habituellement s’ignorent. Un des buts avoués et atteints de Josh Wyatt de Patrol Capital, fondateur de la collection Generator, forte désormais de plus de 8 600 lits en Europe : « Dans nos hôtels, nous aimons que nos hôtes vivent une expérience différente, conviviale, dans un environnement choisi et sans se ruiner. Amsterdam répond parfaitement à cette ambition qui s’affirme hôtel après hôtel. » On ne peut le contredire lorsqu’on élit domicile dans la Sky Suite, ravissant et vaste appartement prolongé par une terrasse. Car, où trouver dans une capitale européenne, un lieu si charmant avec service impeccable, décoration léchée et rooftop pour 100 € ? Pour métamorphoser en hôtel le bâtiment d’angle où se sont succédées des générations d’étudiants, Design Agency, entité canadienne responsable de tous les projets du groupe Generator, s’est associée avec le cabinet d’architectes amstellodamois IDEA Ontwerp. Le chef de projet a souhaité conserver au maximum les structures de cette université scientifique et du musée zoologique y attenant. D’où l’ex-amphithéâtre devenu café restaurant tout en gardant ses gradins enrichis de lampes de lecture comme celles des bibliothèques universitaires du XXème siècle. Sourçant au maximum à Amsterdam tout ce qui participe à la vie et la décoration de l’hôtel mobilier et produits alimentaires compris, tous les luminaires ont été trouvés chez Blom & Blom, maison réputée de la capitale des Pays-Bas. L’architecte a par ailleurs demandé à The Bright Side Gallery, représentant les artistes les plus avant-gardistes, de doter les espaces communs, principalement le lobby d’œuvres d’art, sculptures, peintures, street art qui apportent au Generator une identité visuelle forte. Différente de ses onze aînés qui chacun reflète la culture de la ville où ils ont élu domicile. Décidé… le week-end prochain on file à Amsterdam… Et on pose ses valises au Generator pour prendre le pouls de la ville.

Mauritskade 57, 1092 AD Amsterdam, Pays-Bas
www.generatorhostels.com

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

Pause Arty

Ambiance « friendly », décor « Trendy » et service de « quality »… Niché dans l’ancien quartier des médias, quelques clins d’œil radiophoniques s’invitent sur les ondes décoratives.

Levez les yeux… Sur la façade de ce boutique-hôtel, des bandes dorées qui ne sont pas seulement décoratives, mais où l’on peut y lire un message en morse. Une façon originale d’écrire « Hôtel Indigo » et un hommage vibrant à ce quartier qui fut jadis, la rue des premières radios et chaines de télévision. Il y a aussi la sculpture métal en forme de vague qui évoque de façon plus lisible les ondes et les niveaux sonores.

Bienvenu sur fréquence Indigo, au centre de Bangkok, dans le quartier des ambassades, à quelques pas du Lumphini Park, des restaurants, des boutiques et des marchés locaux. À peine arrivé, l’énergie est palpable, le charme opère et l’hôtesse vous accueille « à la cool », chacun s’appelant par son prénom. Une attitude dans l’air du temps pour favoriser le dialogue et les échanges.

Mais derrière cette « pseudo familiarité », le professionnalisme veille sur les 192 chambres réparties sur 23 étages décorés d’œuvres d’art. Dans les couloirs, ouverts sur l’extérieur, les murs s’habillent de fresques géantes : des images de la ville, façon Street Art à la manière de Banksy. De l’art contemporain qui côtoie le traditionnel, avec quelques Tuk-Tuk disséminés dans l’hôtel.

Sur les portes des chambres au design vintage revisité, les plaques d’immatriculation affichent le numéro. Ici comme ailleurs, l’esprit « Arty » règne en maitre sur les murs, au dessus de la tête de lit, sur les coussins, les lampes chromées années 50 ou le mobilier clouté coloré. De la baie vitrée, la vue sur la ville est fascinante, notamment dans la suite royale avec une vue à 360º.

Le clou du spectacle se situe au 24ème étage, autour de la piscine extérieure surplombant Bangkok et entourée de buildings étincelants. Une prouesse architecturale. Au 25ème, le nouveau restaurant asiatique affiche complet. Le décor et l’assiette lui assurent un succès mérité.

Encore quelques minutes ? Empruntez l’escalier vers le rooftop, un des meilleurs endroits du moment pour prendre un verre. Dernière petite devinette avant de partir, le bar 22 steps, un lounge chic, teinté de bois, situé au 1er étage. Mais, pourquoi ce nom ?

Hôtel Indigo Bangkok Wireless Road
81, Wireless Road, Lumpini Pathumwan
Bangkok 10330
Thaïlande
Tel: +66 (0) 22074999.
www.hotelindigo.com/bangkok

Chambre à partir de 100 € / la nuit.

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://hotelindigo.com/bangkok » openin= »_blank »]

[res_map address= »81, Wireless Road, Lumpini – Pathumwan – Bangkok 10330, Thaïlande » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]
Texte : Sophie Maslard – Photos : D.R

Modern Serenity

Profitez d’un cadre privilégié où culture, bien-être et traditions s’associent pour un dépaysement réussi.

Au sommet de la très effilée Toranomon Hills, un bijou architectural, l’hôtel Andaz. La philosophie du groupe, relier tradition et modernité, passé et futur, s’inscrit parfaitement dans ce paysage urbain. Pour réussir ce défi, la marque a fait appel à deux grands designers : Tony Chi qui s’est inspiré de son enfance et de la maison dans laquelle il vivait à Taiwan, et Shinishiro Ogata, designer japonais, à qui l’on doit les salons de réception, le spa et le rooftop. Ce dernier largement inspiré de la villa impériale Katsura à Kyoto et des trois composantes de son jardin : le temple, l’étude et la maison de thé, et qui prennent ici la forme d’une chapelle, d’un studio et d’un Rooftop bar aux différents univers : un bar à saké, un comptoir plus traditionnel avec des peintures japonaises et une terrasse donnant sur la baie de Tokyo et le Rainbow bridge.

Les designers ont conçu les lieux comme une maison locale, respectant les codes, les formes, les matériaux traditionnels du pays. Chaque détail met le savoir-faire à l’honneur : le fameux banc de poissons sculpté en papier blanc dans les ascenseurs, le noyer d’Hokkaido, les paravents japonais, la pierre naturelle dans les bains, les petites piécettes de bois du lobby qui rappellent la finesse des imprimés kimonos… Les intérieurs imaginés par Tony Chi rivalisent de précision, avec une vue qui s’invite partout. Temple de zénitude, le sculptural Spa au 37ème étage et sa piscine de 20 mètres : sculptures modernes en bois, des univers qui s’ouvrent et se ferment avec l’utilisation des shōjis…, tout concourt à faire de ce lieu une expérience intime et unique, reliant le Tokyo ancestral au Tokyo du futur.

Accord parfait en cuisine également, avec des cartes qui mixent à merveille cuisine européenne et ingrédients typiques dans les deux restaurants. Inspirées de l’habitat local traditionnel, de hautes portes coulissantes modèlent les lieux en fonction des heures. Et à quelques minutes de là, Ginza, le quartier des boutiques de luxe, le Palais impérial, le marché de Tsukiji, ou les quartiers festifs de Roppongi et Shimbashi.

Publié dans Hotel & Lodge numéro 94

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://tokyo.andaz.hyatt.com/en/hotel/home.html » openin= »_blank »]

Hôtel Andaz
Minato-ku 1-23-4 Toranomon
〒105-0001 Tokyo
Japon
www.tokyo.andaz.hyatt.com

Texte : Ulysse Parker – Photos : D.R

Palacio de Los Duques : Adresse historique

Cet hôtel au style d’une élégance très contemporaine a l’originalité de mettre en avant un personnage éminent du XVIIème siècle : Diego Velasquez ! 

Fruit de la réunion habilement menée de l’ancienne résidence des ducs de Granada de Ega et Villahermosa et d’un couvent, le tout agrémenté d’une immense cour-jardin de 1000 m2, le très fraîchement inauguré Palacio de Los Duques est le dernier fleuron du groupe Melia. Membre des Leading Hotels of the World, ce 5 étoiles bénéficie d’une situation formidable en plein centre de la capitale, à deux pas du Palais Royal, de la Puerta del Sol et des grandes artères propices au shopping… En hommage aux anciens occupants du palais, propriétaires d’œuvres d’art et notamment d’un Velasquez légué au Prado, le maître espagnol règne ici, sans hésitation ni murmure.

Dès la réception, après avoir admiré le spectaculaire escalier central, vestige du palais, on reconnaît les personnages des Ménines, reproduits derrière le desk en version XXL. On retrouve l’infante paradant sur les têtes de lit, dans les couloirs tout comme les très sérieux chevaliers de la Reddition de Breda. Amusant de constater que ces personnages, un rien figés, du XVIIème siècle s’accordent à merveille avec la déco ultra contemporaine du lieu. Cette dernière est une affaire de famille puisqu’elle est le fruit du travail d’Adriana Sans, fille de l’architecte Alvaro Sans qui conçoit tous les hôtels du groupe.

L’identité résolument design mais sans ostentation qui s’affiche au travers des parties communes et des 180 chambres et suites s’appuie sur le raffinement de grandes marques. Les tissus sont signés Rubelli, les chaises Vitra, les lampes Flos, le mobilier de l’Italien Molteni… Dans les chambres, on vote une mention très bien à l’immense baie vitrée, que l’on peut bien sûr occulter, qui sépare la partie « habitation » de la salle de bains agrandissant l’espace. On y aime les tons neutres et les moulures d’origine. Malin : dans les salles de bains, les grandes dalles au sol, couleur coquille d’œuf, ont l’immense avantage d’être anti-glisse : du rarement vu !

Question table, l’hôtel est fier de son restaurant gastronomique le Dos Cielos. Situé dans les anciennes écuries, sa déco très actuelle met en avant des murs habillés de briques et un sol en partie transparent. Dans le bâtiment principal, au restaurant classique le Montmartre, on se régale d’une cuisine méditerranéenne. Il est séparé du salon, idéal pour siroter un verre, par un long claustra-vitrine. On y prend aussi un petit-déjeuner de compétition, où les plats classiques espagnols : tortilla magnifique, tapas, jambon Bellota, le disputent à quelques trouvailles healthy comme des jus de fruits et légumes, variés et détox, suivant une tendance très actuelle…

N’oublions pas de citer le rooftop : avec sa piscine, il est un atout de choc pour l’hôtel dès les beaux jours. Quant au spa, sa décoration à consonance thaïe, colorée et feutrée, tranche joliment avec l’ambiance contemporaine de l’hôtel. Enfin les clients privilégiés bénéficient du service exclusif Red Level qui propose dès le lobby un petit salon privé ultra cosy avec ses murs lambrissés et ses grands canapés où l’on peut profiter de services particuliers : enregistrement immédiat, service de mini restauration avec buffet à toute heure, lecture, bref l’esprit d’un club privé, un lieu exclusif dans un endroit qui l’est déjà.

Gran Melia Palacio de los Duques
Cuesta Santo Domingo 5,
28013 Madrid, Espagne
Tél:+34912764747.
www.melia.com

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.melia.com » openin= »_blank »]

[res_map address= »Gran Melia Palacio de los Duques, Cuesta Santo Domingo 5, 28013 Madrid, Espagne » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »12″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]
Texte : Adine Fichot-Marion – Photos : D.R

Escapade urbaine à Lisbonne

Entre le Chiado, coin élégant et concouru de Lisbonne, et Bairro Alto, quartier cosmopolite et vivant, le 9 Hôtel Mercy est l’endroit idéal pour un city break, pour découvrir la capitale du Portugal aux mille facettes. Charme, urbain et fonctionnel, l’établissement quatre étoiles jouit d’une librairie ainsi qu’un rooftop, donnant sur la baie du Tage, le château de São Jorge et le Cristo Rei.

Style contemporain, tout de noir et d’or, comme une bulle réconfortante après de longues journées à parcourir les chemins escarpés de la ville aux 7 collines, les chambres et suites bénéficient d’un confort et d’une tranquillité optimale offrant un cadre haut de gamme.

Le 9Hôtel Mercy est ensorcelant pour les occupants, ébouriffant pour les flâneurs et féérique pour les éternels romantiques.

9 Hotel Mercy

Rua da Misericordia 76

1200-273 Lisbonne

Tél : +351 (0) 21 2481 480

info@le9hotel-mercy.com

[button content= »EN SAVOIR PLUS » color= »black » text= »white » url= »http://www.9hotelmercy.pt » openin= »_blank »]

Texte : Laura Jamal – Photos : DR

Le Jam : nouveau concept d’hôtellerie

Se démarquer de l’hôtellerie classique, tel est le souhait du nouvel hôtel Le Jam qui vient de s’installer au cœur de la Capitale Belge, un nouveau concept d’hôtellerie qui risque d’en séduire plus d’un : un lieu qui puisse convenir à toutes les demandes et les bourses !

L’établissement propose 78 chambres de configurations différentes, certaines pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes, mais aussi une « Giga room » de 18 lits, avec des prix qui s’échelonnent de 18 à 150 euros pour une nuit.

Bassin de relaxation, un restaurant italien de qualité, deux bars (dont un rooftop), une « Game room », parking privé, vélo et skate board en accès libre et salle de fitness, tout a été pensé dans les moindres détails.

L’établissement mise sur la simplicité et le confort et propose une expérience novatrice, centré sur les besoins de chacun, le tout dans une véritable élégance informelle.

[button content= »RESERVER » color= »black » text= »white » url= »http://www.jamhotel.be/ » openin= »_blank »]

Chaussée de Charleroi 132
1060 Bruxelles
Tél: +32 2 537 17 87
www.jamhotel.be

[res_map address= »Le Bristol, 112 rue du Faubourg Saint-Honoré, France » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »15” zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte: Alexandra Chlopek – Photos: DR