Le Plaza Hotel de New York, un luxe intemporel

Le Plaza Hotel de New York est une véritable institution et un des plus célèbres hôtels du monde. De nombreux films ont été tournés dans ce cadre privilégié, à proximité de Central Park  : une grande partie de « Maman, j’ai encore raté l’avion », « Presque célèbre », « Crocodile Dundee », « The Great Gatsby » (version 2013), « La Mort aux trousses » d’Hitchcock…

The Great Gatsby – Baz Luhrmann, 2013 

Conçu par l’architecte Henry Janeway Hardenbergh en 1907, le Plaza, dont l’architecture rappelle celle des châteaux français de la Renaissance, offre un réel contraste avec les gratte-ciels qui l’entourent.

The Great Gatsby – Baz Luhrmann, 2013 

En 1988, l’établissement est racheté par l’actuel président américain Donald Trump, convaincu d’investir dans « un chef-d’œuvre », pour la somme de 407 millions de dollars. Par la suite, le Plaza change deux fois de propriétaire. Il est entièrement rénové entre 2005 et 2008.

Plaza Hotel
768 5th Ave, New York,
NY 10019, États-Unis
+1 212-759-3000
www.fairmont.com

 

Texte : Charlotte Engel – Images : Bleu Pétrol

Un magnifique Penthouse de 767 m2 dans un gratte-ciel New Yorkais signé Matteo Nunziati

C’est au 432 Park Avenue de New York, immeuble exclusivement résidentiel situé au coeur de Manhattan que l’on retrouve un splendide édifice cachant bien des merveilles. Considéré comme le troisième gratte-ciel le plus haut de New York avec ses 426 mètres de haut et ses 96 étages, il a été architecturé par Rafael Viñoly.

Vous retrouverez un design minimaliste composé de lignes épurées ainsi que d’espaces parfaitement éclairés par les nombreuses fenêtres abritant l’immeuble. Pour le plus grand plaisir des résidents, 2800 m² d’espaces dédiés aux services communs leur sont proposés avec une salle de billard, bibliothèque, salle de cinéma, espace pour enfants ainsi qu’une cave à vins pour les hédonistes ! Une ambiance détente et bien-être s’est installée au 16ème et 18ème étage avec un espace fitness, douches, sauna, jacuzzi, gymnase etc De quoi faire de son lieu de domicile un endroit plein de sens et de richesse.

Pour un confort optimal, le 12ème étage recouvre un magnifique restaurant dirigé par le chef Shaun Hergatt exclusivement dédié aux résidents et à leurs invités. Le petit plus ? Un service de restauration à domicile sur demande est également proposé à ces derniers. 

104 appartements, allant de 250 m² à 767 m² pour les luxueux penthouse, sont présents dans ce majestueux immeuble. Ils comprennent tous des équipements privés comme une double entrée, un ascenseur ou encore un chauffage au sol. C’est du 88ème étage au 95ème que se trouve les sublimes penthouse de 767 m². Considérés comme les appartements les plus chers au monde, l’un d’entre eux à été récemment vendu près de 95 millions de dollars. 

Penthouse park avenue New York

Matteo Nunziati signe l’aménagement intérieur d’un penthouse de 767 m² dans le gratte-ciel, en lui procurant un style élégant et raffiné. Le mobilier occupant les lieux, a été sélectionné parmi les entreprises internationales les plus prestigieuses du monde. Molteni & C, entreprise de meubles de design italien, a équipé le salon avec le fauteuil Allure et les tables basses Trevi, dessinées par Matteo Nunziati. Le tout pour une ambiance contemporaine à la fois chaleureuse et intemporelle. 

 

Molteni&c

Matteo Nunziati

https://www.molteni.it/fr/

http://www.matteonunziati.com

432 Park Avenue New York

Texte : Lucille Doudement – Images : DR 

Elégant Liner

Le Queen Mary 2, sorti en 2004  des Chantiers de l‘Atlantique, s’est offert un lifting. Revue de détail des points forts qui font d’une traversée un moment d’exception.

A peine embarqué à bord du Queen Mary 2, le sentiment que l’on va vivre un moment hors du temps est au rendez-vous. Une expérience désormais très prisée de « slow voyage ». L’élégant liner, de 345 m de long, transporte la bagatelle de 2691 passagers et 1250 membres d’équipage. Le fleuron de la Cunard peut se targuer d’avoir conservé l’esprit de l’âge d’or des croisières et une ambiance incontestablement british. Pas de déco clinquante ici mais un look résolument années 30, un rien marin, mettant en avant acajou et cuivre.

Le plus grand liner du monde a eu droit à un sérieux toilettage et à quelques agrandissements. 90 millions d’euros plus tard, le voilà doté d’espaces publics revus et de nouvelles cabines, notamment sur le pont 13 où 30 cabines avec balcon et 5 intérieures ont été crées. Ces dernières adoptent une décoration élégante où la gamme de beige est ponctuée du fameux bleu impérial.

Si l’ambiance est décontractée dans la journée notamment aux abords des piscines, une certaine élégance vestimentaire sans faille transparaît lors du « tea time » dansant. Celui-ci se savoure dans l’immense salle de bal sous le regard bienveillant de quelques reines d’Angleterre qui fixent la scène du haut de leur tableau ou d’une manière plus intime au Champagne bar en regardant défiler l’Océan… Robes longues et smokings font leur apparition lors des dîners de gala et d’ailleurs le port du jean et du short est prohibé après 18h.

Les cabines, plus de 1200, sont réparties en 6 catégories, avec des cabines intérieures, des cabines extérieures avec ou sans balcon et des suites variées. Quelque soit la catégorie, les prestations sont dignes d’un 5 étoiles : choix entre plusieurs oreillers, peignoirs moelleux, linge de lit d’une douceur infinie, produits d’accueil signés Penhaligon’s, célèbre parfumeur londonien fier de son Royal Warrant et service en cabine si on le souhaite. Question table, on reste ici encore dans l’excellence. Le Britannia, le restaurant principal sur deux étages occupant toute la largeur du navire, accueille 1347 couverts. Avec son escalier central à double révolution, il nous fait irrémédiablement penser aux restaurants des célèbres transatlantiques. Un coin plus intime, le Britannia club, est réservé aux passagers occupant les cabines avec balcon.

Au Verandah, l’une des nouveautés, on se régale de gastronomie française. Quant aux heureux hôtes des suites, ils ont accès aux deux restaurants Queens Grill et Princess Grill qui offrent, dans un décor ultra-glamour où cristaux et argenterie sont de mise, une gastronomie de haut vol. La bonne chère est à l’honneur et tout au long de la journée, un nouvel espace, le Corinthia Lounge, joue le rôle de grand salon où se relaxer en dégustant finger sandwichs et pâtisserie… Enfin, impossible de se tourner les pouces durant une traversée transatlantique.

Entre le spa estampillé Canyon Ranch, offrant 26 cabines, la piscine intérieure, le hammam, la vaste bibliothèque qui, bon point, est largement pourvue en livres français, allemands, espagnols, le casino avec ses tables de roulettes, blackjack, machines à sous et les jeux de société mis à disposition dans un salon le long de larges baies vitrées, les spectacles : théâtre, cinéma, planétarium, conférences… L’Amérique n’a jamais semblé aussi près !

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.cunard-France.fr » openin= »_blank »]

PRATIQUE
Le QM 2 effectue 24 transatlantiques chaque année, dans les deux sens, au départ de Southampton et de New York.
Tel: 01 45 75 95 00
www.cunard-France.fr

Texte : Adine Fichot-Marion – Photos : D.R

Downtown, pari gagné

Immeubles historiques, quartiers huppés, cœurs urbains, tels sont en général les implantations de l’enseigne hôtelière de luxe préférée des Américains. Dérogeant à ces principes, Four Seasons Downtown vient de s’installer à Lower Manhattan. Exceptionnel.

Au sud du sud de New York… C’est ici, que débarquèrent et se fixèrent, au milieu du XIXème siècle, les premiers immigrants irlandais chassés de leur pays par la famine. « Ground Zero » reprend vie autour de sa gare centrale, l’étonnant Oculus, sorte de colombe immense imaginée par l’architecte Santiago Calatrava où se croisent onze lignes de métro. Une à une, les tours sortent de terre, autour du mémorial de Michael Arad « Reflecting Absence », profonds bassins en pierre noire sur laquelle est gravée la liste impressionnante des victimes.

Le Four Seasons, propriété d’un homme de 85 ans, s’élance vers le ciel juste en arrière-plan de ce lieu de souvenirs. Signé Robert A.M. Sterne, le bâtiment couleur crème virant à l’ocre au soleil couchant, compte quatre-vingt-deux étages aux allures Art déco revisitées. Les vingt-cinq premiers sont dédiés à l’activité hôtelière, les plus élevés réservés à des résidences de luxe. Ses chambres haut perchées dévoilent l’immensité de la ville, et, selon leur situation le Pont de Brooklyn, le port, l’Hudson river, où les rues historiques. Observatoire incroyable et parfaite base arrière pour hanter les galeries d’art fleurissant autour du Whitney Museum of American Art désigné par Renzo Piano et du New Museum of Contemporary Art mais aussi les boutiques de design et de mode de Soho et de Tribeca.

Pour satisfaire les désirs de ses hôtes trendy, le Four Seasons Downtown a invité Wolfgang Puck, le chef ultra-branché qui cartonne sur tous les continents de Las Vegas à Singapour, de Dubaï à Hawaï, à ouvrir dans la continuité du lobby, son bar et le Cut, seul point de restauration de l’hôtel, en dehors de l’excellent room-service. Mis en scène par Jacques Garcia, le décorateur français, les lieux, rouge flamboyant, s’accordent avec la carte très carnée où le bœuf tient la vedette. Son niveau sonore, entretenu tout à la fois par les conversations plus qu’animées et les décibels musicaux, tranche avec la sérénité du spa, dessiné, comme les chambres cosy et design, par le cabinet d’architectes canadien Yabu Pushelberg.

Son point névralgique, la longue piscine de 25 mètres, se pare de lignes verticales s’accordant aux silhouettes longilignes des skyscrapers qui se reflètent quasiment dans son bassin. Dans ses cabines de soins, les thérapeutes connaissent sur le bout des doigts les protocoles très techniques des marques suisse Burgener et hongroise Omorovicza, deux exclusivités négociées par le manager pour choyer ses clients. Qui, requinqués peuvent chaque jour découvrir un nouvel aspect de Lower Manhattan, là où New York fait face au vieux continent lointain, et où s’amarrent toujours les Transatlantiques.

Four Seasons Downtown
27 Barclay Street,
New York, New York 10007
www.fourseasons.com/newyorkdowntown

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.fourseasons.com/newyorkdowntown » openin= »_blank »]

[res_map address= »Four Seasons, 27 Barclay Street, New York, New York 10007″ directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

Nezha Alaoui pose ses bagages à Paris

Nezha Alaoui, jeune créatrice marocaine, inaugurait le 6 décembre un nouvel espace de vente.

Après Rabat où elle avait installé sa boutique dans un riad, c’est dans un petit appartement typiquement parisien qu’elle a décidé d’exposer ses  collections Home et Couture, inspirées de ses nombreux voyages, de sa vie effrénée de New-Yorkaise et aussi du calme du désert Marocain auquel elle voue une véritable affection.

Passionnée et passionnante, Nezha a également créé, il y a 3 ans, une fondation pour aider les femmes africaines des milieux ruraux : en améliorant leurs conditions de vie et en renforçant leurs capacités de production.

Appartement Mayshad

8, Rue du Chevalier St Georges

75001 Paris

[button content= »RESERVER » color= »black » text= »white » url= »http://www.mayshadwomanmag.com/tag/maison-mayshad/ » openin= »_blank »]

Texte : Alexandra Chlopek – Photos : D.R

INNSIDE NEW YORK

Le Groupe Melià Hotels International ouvre son tout premier établissement dans la ville qui ne dort jamais.

Idéalement situé dans le quartier très branché de NoMad (nord de Madison Square Garden) cet hôtel de 313 chambres au design contemporain se voit inondé de lumière grâce à ses larges baies vitrées. L’hôtel dispose également de 8 suites dont trois exclusives avec une terrasse spectaculaire offrant une vue sur l’Empire State Building et la Skyline de New York.

Profitez de votre temps libre pour flâner dans les nombreuses boutiques d’antiquaires, marchés aux puces et surtout, arrêtez vous au restaurant de l’Hôtel « Impero Caffè» dont le Chef n’est autre que le talentueux Scott Conan. Il vous fera découvrir une cuisine originale aux saveurs italo-américaines : pâtes fraîches, risottos et fruits de mer sont de rigueur …

 

Ouverture en juin 2016

132 W 27th St, New York

[button content= »RESERVER » color= »black » text= »white » url= »http://www.innside.com » openin= »_blank »]

 

Texte : Laura Bourgeois – Photos : D.R