Japon, voyage autour du saké

Le district de Harima, dans la préfecture de Hyôgo, s’est imposé au fil du temps comme une destination incontournable de « saké tourisme ». Spiritueux national à base de riz, le saké raconte en effet un Japon authentique et passionnant.

Le saké fait partie intégrante de la culture japonaise, à tel point qu’il est devenu un excellent prétexte à un séjour de découverte culturel original dans le district de Harima, au centre du Japon, entre mers et montagnes. Sur place, 21 brasseries perpétuent un savoir-faire ancestral. Elles ouvrent les portes de leurs bâtisses traditionnelles d’origine, en bois, lors de visites guidées, parfois en français.

Les touristes passent ainsi d’une brasserie à l’autre : l’occasion unique de rencontrer des toji, les maîtres sakéificateurs, et de déguster les différentes variantes du saké local, particulièrement réputé pour sa sensation douce et délicate en bouche et sa subtile saveur acidulée. Ils participent à des activités très variées : récolte du riz, déjeuner chez un agriculteur, atelier de fabrication de couteaux… Et bien entendu, ils complètent leur programme par des excursions vers les grands sites majeurs : le célèbre château du Héron blanc, à Himeji (photo), classé Unesco, et le jardin japonais Kôko-en, mais aussi le sanctuaire Niwata, le temple Engyô-ji au sommet du mont Shosha, ou encore Akô, la ville des onsens (bains d’eau thermale chaude), sur la mer intérieure. 

Harima, le berceau du saké

Si le district de Harima est considéré comme le premier lieu de production du saké, c’est parce que ses plaines particulièrement fertiles favorisent la production de riz yamadanishiki, le roi des riz à saké. En outre, les premiers textes relatifs à la fabrication de la célèbre boisson ont été retrouvés ici-même. En 2020, la région a été labellisée « indication géographique » (IG), l’équivalent de notre « appellation d’origine contrôlée », qui garantit, pour les sakés concernés, l’utilisation de matières premières locales (le riz yamadanishiki à gros grains et à faible teneur en protéines, l’eau de source…), mais aussi l’excellence des méthodes
de fabrication, sur place, par les maîtres brasseurs de Harima.

Article paru dans le numéro 126 d’Hôtel & Lodge.

Inscription à la newsletter RESTOInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !
Inscription à notre Newsletter Hôtel & LodgeInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !

A découvrir

Également à lire