France : Nuits divines dans les vignes

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Ils incarnent l’amour du terroir, le sens
de la convivialité, l’art de recevoir à la française. Promenade épicurienne en huit étapes, huit hôtels de charme, entourés de prestigieux vignobles.

Dossier réalisé par Céline Baussay et Anne Marie Cattelain Le Dû

Languedoc : Château Capitoul

Face à lui, le vignoble ondoyant de la Clape et au-delà, une lagune méditerranéenne, l’étang de Bages-Sigean, peuplée de flamants roses. Capitoul, château de conte de fées du xixe siècle juché sur une colline entre Gruissan et Narbonne, profite d’un environnement naturel magique et préservé. Les propriétaires irlandais de la collection Domaine & Demeure, dont c’est la troisième adresse languedocienne, et le studio de Jessica Ballion Ohana ont créé un lieu de villégiature raffiné, glamour, un brin rétro, entre lustres à cabochons, bergères Louis XVI, baignoires en acier émaillé.

Le château abrite 8 chambres et suites en étage, une table gastronomique et un spa Cinq Mondes, auxquels s’ajoutent 44 villas privées. Une grande piscine à débordement et avec vue, entourée d’oliviers, invite à se relaxer. Remarquable, le jardin dessiné par James Basson, aidé du botaniste Olivier Filippi, met en scène les plantes méditerranéennes dans un paysage de rocailles, où elles s’épanouissent sans engrais, sans herbicides et sans eau.

À savoir : le restaurant Asado, prolongé par une vaste terrasse panoramique, possède un authentique brasero sur lequel sont préparées des grillades au bois de vigne.

Var : Château de Berne

L’arrière-pays provençal cache de multiples trésors. Le Château de Berne, entre Lorgues et Flayosc, en est l’un des plus précieux. Le domaine s’étend sur 700 hectares ponctués de pins parasol, pins d’Alep, oliviers… 143 sont dédiés au vignoble en appellation côtes-de-provence, planté au XVIIIe siècle et depuis peu certifié bio. Le respect de la nature se retrouve aussi au Jardin de Berne, déjà auréolé d’une étoile et qui vient d’obtenir une étoile verte Michelin, récompensant l’engagement de Louis Rameau pour une gastronomie responsable. Le chef travaille les fruits, légumes et herbes du potager bio, 3 000 m2 sur place. Une table peut y être installée à la demande pour des dîners privés, romantiques à souhait.

© Millo

Le château lui-même, 5-étoiles griffé Relais & Châteaux, propose 27 chambres et suites à la décoration subtilement provençale, avec une vue directe sur les vignes, ainsi qu’un spa Cinq Mondes. En complément de la Bastide des Gomberts, ancienne bergerie restaurée, trois villas de 3 à 7 chambres, avec piscine, viennent d’être créées, et deux sont en projet.

© Hervé Fabre

À savoir : l’hôtel organise des visites guidées dans les vignes, les chais, la cave du propriétaire, des découvertes des métiers de vigneron et d’œnologue ou encore des cours de cuisine.

Gironde : Hôtel de Pavie

Pour ancrer son Relais & Châteaux, 5-étoiles, dans l’histoire de ses domaines, la famille Perse, propriétaire, a rebaptisé l’Hostellerie de Plaisance « Hôtel de Pavie », en miroir avec son étiquette prestigieuse, Château Pavie, Saint-Émilion, premier grand cru, classé A. Même si les vignes de Pavie, inscrites comme tout le vignoble de cette appellation au patrimoine mondial de l’Unesco, sont à 2 kilomètres du village, Saint-Émilion vit au rythme vigneron. Et l’hôtel organise pour ses hôtes des visites de ses domaines avec dégustations. Lorsque Gérard Perse pointe son nez, la balade est encore plus passionnante.

© EBARTHELEMY

Depuis un an, le chef triplement étoilé Yannick Alléno supervise les cuisines et notamment le 2 étoiles, La Table de Pavie, avec l’intention de le hisser plus haut dans le firmament épicurien. Halte bienveillante, sereine, historique, aux accents prononcés du Sud-Ouest, où le vin joue une partition essentielle.

À savoir : les alentours se prêtent à de longues randonnées à vélo (itinéraire et location à régler avec le concierge). Une boucle de 7 kilomètres serpente entre les châteaux les plus prestigieux, dans un paysage exquis… et presque toujours plat, à l’opposé des ruelles de Saint-Émilion, qui sollicitent les mollets.

Bourgogne : Hostellerie Cèdre & Spa Beaune

À Beaune, capitale des vins de Bourgogne, l’Hostellerie Cèdre & Spa occupe un emplacement stratégique, face aux remparts, tout près des fameux Hospices, au beau milieu des climats du vignoble de Bourgogne, classés Unesco. Reboosté par son nouveau propriétaire depuis deux ans, ce 5-étoiles labellisé Authentic Hotels & Cruises cultive une atmosphère cosy et chaleureuse avec son bar-lounge british, sa cheminée, sa bibliothèque, son restaurant gastronomique dans une ancienne maison de maître vigneron et son délicieux jardin avec terrasse. Coup de cœur assuré pour la cuisine du jeune chef Jordan Billan et les accords mets-vins (au choix, 400 références de vin).

© Jérémy Joux

Les 40 chambres et suites, classiques et raffinées, offrent de beaux volumes – certaines viennent d’être rénovées. Les familles sont bien accueillies dans des Junior suites en duplex, avec kit bébé et menus enfants. Depuis l’an dernier, l’hôtel possède aussi un petit bijou de spa Nuxe, avec hammam et jacuzzi, dans un superbe caveau voûté.

À savoir : la conciergerie conseille des visites à Beaune (dont le musée du Vin), des balades à vélo sur la voie des Vignes ou en calèche le long de la route des Grands Crus, des vols en montgolfière au-dessus des vignobles, des itinéraires ponctués de dégustations.

Vaucluse : Hostellerie du château des Fines Roches

L’architecture néomédiévale du château érigé au cœur des vignes de Châteauneuf-du-Pape, son parc verdoyant, sa vue sur les Alpilles et le mont Ventoux composent un parfait décor de vacances.

Mais l’intérieur, et notamment les 11 chambres, n’était pas à la hauteur. Bien décidé à redorer le blason de ce 4-étoiles membre des Collectionneurs, son nouveau propriétaire lui offre actuellement un lifting complet, à partir de couleurs inspirées du bleu profond des raisins, du vert de la nature, du jaune du soleil. Il a créé un spa en vinothérapie avec la marque Vinésime et va développer une offre de circuits œnotouristiques. Le restaurant reste dirigé par un fidèle des lieux, Hugo Loridan-Fombonne, fin connaisseur des accords mets-vins, très engagé dans une démarche locavore.

À savoir : le jeune chef utilise du châteauneuf-du-pape comme base de toutes ses sauces, du moût de raisin pour la vinaigrette, des sarments pour fumer viandes et poissons, de la lie de vin pour fermenter les légumes.

Champagne : Château de Sacy

D’un côté, l’ondulation émeraude des vignes à perte de vue – 150 hectares –, de l’autre Sacy, le village de poche et, au milieu, ce drôle de petit château du XVIIIe siècle devenu hôtel. Un hôtel qui joue la nostalgie à travers sa décoration volontairement « datée » et le nom de ses 12 chambres et suites, passant de la Valse Pétillante au Roi-Soleil, du Sarment d’Amour à la Divine Jospéhine, de la très virile Winston Churchill à la romantique Marie-Antoinette, notre préférée.

Une immersion champêtre et épicurienne à 13 kilomètres des flèches de la cathédrale de Reims, l’une des plus belles de France, à voir absolument. Le tout nouveau spa Éc(h)o du château invite à la volupté, au lâcher-prise. Entre bains norvégiens, sauna et soins d’exception Gemology, on savoure ces instants suspendus.

À savoir : pour rester dans une atmosphère slow, on loue un bateau, c’est simple, pour naviguer quelques heures sur la Marne et se repaître, au gré de ses méandres, d’églises romanes, de villages et de forêts.

Gironde : Château Troplong Mondot

Un premier Grand Cru classé Saint-Émilion, élevé en agriculture raisonnée, un domaine de 43 hectares au soleil exposé, d’élégantes bâtisses blondes du XVIIIe siècle… et, depuis juin dernier, une rénovation conséquente pour doter le château d’agréables chambres et suites pensées par la décoratrice Mathilde Cardineau.

© Romain Ricard

L’agence Moinard-Bétaille, avec l’Atelier des architectes Mazières, a, pour sa part, redessiné entièrement le restaurant gastronomique Les Belles Perdrix. Un cadre lumineux, design, ouvert sur les vignes, pour apprécier la cuisine d’auteur de David Charrier et les merveilles du nouveau chef pâtissier, Adrien Salavert. Avant de découvrir l’incroyable chai cathédrale signé lui aussi Moinard-Bétaille.

À savoir : pour pimenter son séjour, prévoir une visite guidée sur mesure des églises et cloîtres du village, ainsi qu’une balade œnologique à travers les vignes de la jeune vigneronne Noémie au château Saint-Ferdinand (informations à l’office de tourisme).

Val de Loire : Les Sources de Cheverny

Un an après son ouverture à deux pas du château de Cheverny, le second 5-étoiles des époux Tourbier après Les Sources de Caudalie, dans le Bordelais, a trouvé son rythme de croisière. Du château du Breuil datant du XVIIIe siècle jusqu’à ses dépendances, en particulier le hameau en bord de lac avec ses cabanes chics, la magie opère. Au choix, 49 chambres et suites comme autant de refuges douillets et chaleureux. Et un spa de vinothérapie Caudalie de très haute volée.

© MP Morel

En complément de L’Auberge, le palace des vignes inaugure en cette rentrée Le Favori, sa table gastronomique, où le chef Frédéric Calmels entend bien tirer parti des légumes de saison, des herbes rares, des poissons et gibiers de la région Ouest.

© MP Morel

À savoir : des vignes ont été plantées en avril dernier, avec des premières vendanges prévues en 2024. En attendant, l’hôtel possède sa propre cuvée, réalisée avec son voisin Philippe Tessier. Même terroir, même approche bio.

Article paru dans le numéro 118 d’Hôtel & Lodge

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A découvrir

Également à lire