Château de Massillan – bio-attitude en Haute-Provence

Sur trois niveaux, accolés à un petit logis Renaissance, le « bio spa » du Château de Massillan invite à un lâcher-prise respectueux de l’environnement.

Immergé jusqu’aux épaules dans l’eau chaude, on ne voit devant soi qu’une pelouse plantée de platanes et de pins. Enveloppé de jets ou allongé sur les matelas bouillonnants, on bulle avec vue dans ce bassin de 17 mètres de long. Le rez-de-chaussée du bio spa du Château de Massillan comporte aussi un sauna à panorama, ouvert sur un jardin de galets à la japonaise. Et sa fontaine de glace enchanterait la première propriétaire du château, Diane de Poitiers. La muse du roi Henri II – 36 ans d’amour – entretenait en effet sa grande beauté en se baignant chaque jour dans l’eau glacée.

Presque 500 ans plus tard, le confort est devenu la règle. Seule restriction : les vestiaires ne proposent pas l’habituel tas de serviettes. En coton bio, elles sont ici fournies à l’unité, comme les tongs, recyclées. C’est l’un des détails qui justifient l’appellation de « bio spa ». Sophie Vollot, la spa manager, en énumère d’autres : « les produits d’entretien bio, les instruments de sport non-électriques (Nohrd), le choix de la marque Biovive, nouveauté lancée ici-même par Cinq Mondes, bio et vegan ». Elle insiste : « ce spa n’est pas tout à fait comme les autres, notre mission consiste aussi à le faire comprendre à la clientèle : le respect de la nature peut aller de pair avec le bien-être humain. »

Le propriétaire des lieux, Didier Perréol, pionnier de l’agro-alimentaire bio, a investi dix millions d’euros dans l’extension. Son épouse Marie a veillé sur la décoration des cinq cabines du premier niveau, privilégiant là aussi une vue sur l’extérieur, des larges tables de massage pourvues d’accoudoirs et une lumière douce. L’isolation phonique est soignée et la musique diffusée, de qualité. Des rideaux de lin ferment les alcôves de la douillette salle de repos. Cependant, l’espace que l’on préfère, après le bassin, c’est le toit-terrasse. Des chaises-longues y ont été installées, à la hauteur des tourelles crénelées du logis. Là-haut, bien emmitouflé dans des plaids, on a l’impression de survoler la houle de chênes verts et de pins du massif d’Uchaux, en attendant le coucher de soleil.

Esprit des lieux

Construit en 1555 au cœur du massif d’Uchaux, propriété de Diane de Poitiers, ce petit château dresse ses deux tours dans un parc de dix hectares. Racheté en 2013 par Didier Perréol, il se veut, sous des dehors classiques, exemplaire en matière de respect de l’environnement : potager bio de 4 000 m2, matelas en latex naturel dans les chambres, cuisine bio largement végétale.

La structure initiale s’est complétée de trois ailes : le Trianon abrite 10 des 30 chambres. Une aile accueille le restaurant. Enfin, un quadrilatère moderne est dédié au spa et à quatre chambres. Les fontaines chantent entre les cyprès dans la cour intérieure. Didier Perréol conçoit le château comme « un lieu de bien- être, ouvert à tout ce qui peut améliorer la santé. Le nouveau spa s’inscrit dans cette continuité du soin de la personne. »

Château de Massillan
730 chemin de Massillan
84100 Uchaux – Provence
www.chateaudemassillan.fr

RÉSERVER

Texte: Aliette De Crozet – Photos: Virginie Ovessian, Nelaton MF

Etiquettes
, ,