Hôtel Bob : Sophistiqué et résolument rétro

L’agence d’architecture intérieure Desjeux Delaye, née du mariage de l’ancien et du nouveau, du sophistiqué et du rétro est réputée pour ses ambiances masculines aux lignes franches. En revisitant l’esprit chic et décontracté sous toutes ses formes, Daphné Desjeux et Dorothée Delaye sont heureuses de vous présenter l’hôtel Bob ****, leur dernier projet de réhabilitation.

Le Bob (business on board) est l’addition d’un univers apaisant et d’un lieu qui réunit toutes les commodités nécessaires pour son business. A travers 3 ambiances de chambres différentes, les décoratrices ont créé des atmosphères pour que chacun s’y sente bien. Pour l’une, tonalités de bleu sombre, pour l’autre, rencontre suave du vert et du jaune, ou encore des nuances de gris avec des luminaires rouges formant un juste équilibre.

On y retrouve une décoration vibrante au mobilier volontairement dépareillé dans une harmonie maitrisée : chevets aériens et suspensions asymétriques, double tête de lit en velours feutré, moquette patinée ou encore salle de bain à l’esprit ethnique chic revisité.

En collaboration avec des partenaires tels que Globen Lighting, Pols Potten et même Arte, l’hôtel Bob vous propose une ambiance pop et colorée, un espace boudoir au coin de la cheminée, et offre également un patio arboré, un espace de co-working ainsi qu’un spa pour se relaxer.

Il suffit d’en pousser la porte pour choisir son ambiance, du ludique au confort, et passer une journée aussi studieuse qu’inspirante…

 

Hotel BOB ****
30, rue Pernety 75014 Paris
01 40 43 02 33

www.bobhotelparis.com- www.desjeuxdelaye.com

 

[res_map address= »Hotel Bob, 30 rue de Pernety, France » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Chambres à partir de 120 euros

Texte : Kim Partouche – Photos : D.R

Drawing Hotel : work, work, work…

Dans un quartier vivant propice à la créativité, entre le Louvre et la Comédie-Française, le Drawing Hotel est le lieu idéal pour faire marcher son esprit dans les espaces de co-working. Sans réservation préalable, ces espaces sont totalement gratuits et ouverts à tous. Ils s’adaptent aux besoins de chacun et permettent de travailler seul ou à plusieurs, une heure ou toute la journée… 

Véritable lieu de tranquillité, venez-vous mettre à l’abris loin du tumulte de la vie parisienne dans cet espace de détente intimiste. Au cœur de la vie culturelle, le Drawing Hotel offre la possibilité d’une parenthèse enchantée dans un lieu de vie paisible où le partage est maître-mot.

Drawing Hotel
17 rue de Richelieu 75001 PARIS

[res_map address= »Drawing Hotel, 17 rue de Richelieu, France » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]
www.drawinghotel.com
Texte : Victoria Norait – Photos : D.R

One&Only Saint Géran : la Renaissance

A la fin de l’année 2017, le légendaire établissement de l’île Maurice ouvrira à nouveaux ses portes, après une rénovation exceptionnelle. Considéré comme l’établissement de luxe par excellence, One&Only Le Saint Géran, conservera tous les éléments qui ont fait sa renommée : cadre intimiste d’une péninsule privée, un lagon paisible, ainsi que la bienveillance du personnel de l’établissement.



Pour répondre aux attentes des hôtes, One&Only Le Saint Géran proposera un nouveau concept de chambres communicantes pour permettre aux familles de voyager ensemble dans les meilleures conditions. Représentation ultime du luxe, de nouvelles suites, toutes bénéficiant d’un service de conciergerie personnalisé et d’une vue à couper le souffle seront également inaugurées.


Le jardin luxuriant de l’établissement continuera à éblouir les clients grâce à ses 4 000 palmiers et l’exceptionnelle faune et flore naturellement présente sur l’île. Les hôtes à la recherche de fraicheur pourront se prélasser sous les palmiers ou choisir de découvrir les trois nouveaux bassins, dont l’immense piscine longeant le kilomètre de plage privée. De nouveaux espaces dédiés à la relaxation, comme un espace lounge, un spa ainsi qu’un centre de fitness ont aussi été pensés pour se ressourcer de façon optimale.


One&Only Le Saint Géran, reconnu depuis toujours pour le large éventail de cuisines qu’il propose, offrira désormais la possibilité de diner en intérieur. Egalement, vivez une expérience asiatique grâce au nouveau sushi bar.

Enfin, One&Only Le saint Géran dévoilera des villas privées destinées aux clients souhaitant faire de l’hôtel leur résidence. À l’écart de l’établissement, ces villas posséderont leur propre piscine et toutes sortes d’aménagements et de services personnalisés afin qu’ils puissent profiter de la vie Mauricienne dans le style One&Only.

 

One&Only Saint Géran

Poste de Flacq, Maurice

[res_map address= »One&Only Saint Géran, Poste de Flacq, Ile Maurice » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

www.oneandonlylesaintgeran.com

www.oneandonlyresorts.com

Texte : Victoria Norait – Photos : D.R

The Setai Miami Beach : le joyau de South Beach

Situé en plein cœur de South Beach, The Setai Miami Beach est une oasis d’intimité au cœur de ce quartier effervescent et festif. Cet hôtel, membre de The leading hotels of the world se distingue par son style architectural singulier, mariant harmonieusement le design Art Déco à une esthétique asiatique. Une empreinte orientale aux antipodes de toute ostentation, que l’on retrouve dans la délicatesse et la prévenance du service offert.

Le mythique 5* dévoile deux nouvelles grandes suites de 260m2 avec un panorama spectaculaire sur l’Océan. Respectivement dotées de trois et quatre chambres avec salles de bain individuelles, ces vastes suites disposent chacune de leur cuisine complète et deux salles de séjour distinctes. Leur décoration épurée d’inspiration asiatique joue la sobriété pour laisser la place à l’essentiel : une vue à couper le souffle sur la plage et l’Atlantique.

Deux joyaux qui viennent compléter la collection unique d’Ocean suites. Choisissez parmi un éventail large : chambres, suites, Entertainment suite de 160m2, Grand suite de 325m2 équipée de sa propre salle de spa… Et le clou du spectacle : l’époustouflante Penthouse Suite de 930m2 et sa vue à 360 degré sur Miami. Doté d’un grandiose toit terrasse avec son bar, sa piscine à débordement et son jacuzzi, vous touchez ici au sommet du luxe.



Pour célébrer comme il se doit le 80ème anniversaire de son bâtiment Art Déco original, The Setai avait achevé la refonte d’une de ses pièces-maitresses : The Courtyard, un patio central d’inspiration asiatique. Ce véritable havre de paix vous invite à savourer l’instant et ce, même par un temps capricieux grâce à sa couverture rétractable. Comportant trois piscines extérieures de températures différentes, une plage privée, un spa, des restaurants dirigés par Mathias Gervais, ancien de chez Robuchon, The Setai Miami Beach se distingue par ses prestations d’exception.

2001 Collins Ave, Miami Beach, FL 33139, États-Unis

[res_map address= »Setail,2001 Collins Avenue, Etats-Unis » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Réservations : +1 844-843-6232, reservations@thesetaihotel.com et thesetaioceansuites.com

 

 

The Hoxton Paris : nouvelle adresse design

The Hoxton, hôtel devenu incontournable à Londres et Amsterdam, s’installe au coeur du IIe arrondissement de Paris, rue du Sentier. Cette nouvelle adresse occupe le splendide Hôtel Rivié datant du XVIIIe siècle, conçu par l’architecte Nicolas d’Orbay pour Etienne Rivié, conseiller de Louis XV. Redonner vie à ce lieu historique, laissé à l’abandon depuis près d’une dizaine d’années n’aura pas demandé plus de 4 ans.

Conçu en collaboration avec les architectes d’intérieur, Humbert & Poyet, le partenaire de longue date Soho House et l’équipe créative d’Ennismore, qui a supervisée l’ensemble du projet de design d’intérieur, The Hoxton Paris compte 171 chambres. S’harmonisant avec les espaces historiques de l’hôtel particulier, les chambres se dispatchent en quatre catégories, de la plus petite, la Shoebox, à la plus grande, la Biggy, en passant par la Cosy et la Roomy dont certaines bénéficient d’un accès privilégié sur le jardin carré.

Paisibles, ouvertes sur cour et décorées dans un mood reflétant l’esprit parisien classique en osmose avec l’atmosphère 50’s des ateliers industriels, les chambres s’inscrivent dans la vitalité du Sentier. Les salles de bains ont été réalisées telles des objets fonctionnels, servant aussi de dressing et de bureau à l’extérieur en twistant matériaux typiques des années 50 comme le formica avec quelques références à des designers comme Jean Prouvé ou Mathieu Matégo.

The Hoxton, Paris symbolise un nouvel art de vivre cosmopolite, au coeur du monde contemporain. On y trouve Rivié, espace incluant le restaurant, la cour et le lobby. La carte, simple et saisonnière, propose des plats d’inspiration française réalisés avec des produits locaux.

À l’ambiance plus intimiste, Jacques bar offre des cocktails qui inviteront vos papilles à  voyager à travers des saveurs et des senteurs à la fois mystérieuses et exaltantes. En perpétuelle exploration, la programmation d’événements culturels et lifestyle : cours de yoga, ateliers-workshops, masterclasses, expositions à la Hox Gallery, encourage généreusement les start-ups et artistes du quartier. Tout comme l’espace pop-up, une boutique éphémère de 48 m2 exposant les lignes de marques émergentes de la scène locale et de créateurs parisiens.

Afin de vous y sentir comme chez vous , The Hoxton Paris propose la privatisation de son espace de meeting Les Voûtes aménagé dans les sous-sols en pierres apparentes. Utilisées le soir pour l’organisation de dîners privés ou d’événements culturels, Les Voûtes sont, de jour, l’endroit idéal pour laisser sa créativité s’exprimer, s’accorder un break studieux ou préparer un rendez-vous. En plus de la sérénité des sept espaces de travail, on profite comme à la maison, dans La Cuisine, de viennoiseries, de pâtisseries, de thé, de café et de jus de fruits à volonté.

The Hoxton Paris est un lieu s’adaptant à tous. Il représente un avant-goût de la ville lumière pour les voyageurs, et une nouvelle adresse inévitable pour les Parisiens.

The Hoxton Paris
30-32 rue du Sentier
75002 Paris
www.thehoxton.com

Tarifs de 99€ à 599€

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://thehoxton.com/france/paris/hotels » openin= »_blank »]

[res_map address= »The Hoxton, 30 rue du sentier Paris, France » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

 

Texte : Kim Partouche – Photos : D.R

Roomers Munich : icone moderne d’Autograph Collection Hotels

Roomers Munich, le petit dernier de la firme Autograph Collection Hotels, incarne l’essence même de la marque Mariott International. Un emplacement idéal, un design remarquable et des expériences culinaires sur-mesure… Voilà ce qui vous attend au sein de cet hôtel d’exception.

Le groupe visionnaire Gekko et son approche avant-gardiste de la décoration intérieure s’allie à Concrete, une entreprise de design à Amsterdam, pour façonner un établissement unique à l’esprit urban chic. Les 281 chambres et suites de cet hôtel de charme affichent une décoration contemporaine et assurent un confort ultime. Chaque chambre est équipée d’un système audio Bang & Olufsen, d’une machine Nespresso, d’une Télévision Apple, de la technologie Miracast, du Wifi gratuit et d’un minibar bien fourni.

Le restaurant de l’hôtel, IZAKAYA Asian Kitchen & Bar, et ses deux bars, le Roomers Bar et le Hidden Room, seront sans aucun doute des lieux incontournables pour vos soirées munichoises. Avec un concept inédit de « repas à partager », dégustez une cuisine japonaise moderne aux influences sud-américaines. Le bar teinté, à 360 °, couvert de marbre onyx, est l’endroit idéal pour déguster des vins d’exception et siroter des cocktails originaux, des boissons toniques faites maison ou encore de très rares Sakés.

 

Le Roomers Bar, inspiré par celui de Frankfort, plusieurs fois primé, attirera les « oiseaux de nuit ». Le concept (des vins fortifiés tels que le vermouth le saké et le sherry) a été imaginé par les mixologues Dietmar Petri et Johannes Möhring. Autre caractéristique, la « Hidden Room », pouvant accueillir jusqu’à 40 personnes, transportera les hôtes dans les années 1960 par son design, ses cocktails et sa playlist.

Pour les invités en quête de détente et de relaxation, le Roomers Spa, un espace de 600 mètres carrés, met à disposition 5 salles de soin, un jacuzzi « Infinity », un bar, un écran de projection, des banquettes et propose des collations et des boissons qui ont pour objectif de rétablir l’équilibre intérieur. Les espaces de conférence sont répartis sur 7 salles, dont un espace de 850 mètres carrés et 2 terrasses extérieures pouvant accueillir jusqu’à 500 invités.

Vivez une expérience unique dans cet hôtel de qualité et de caractère…

Landsberger Str. 68, 80339 München, Allemagne
Téléphone : +49 89 4522020

www.autographhotels.com

Texte : Victoria Norait – Photos : D.R

Singular Patagonia : voyage au bout du monde…

Après sa fermeture hivernale, l’hôtel chilien rouvre ses portes et accueille ses hôtes pour une saison exceptionnelle en terre patagonne. Idéalement situé au bord du Fjord de la Dernière Espérance et à proximité du mythique Parc national Torres del Paine, le Singular jouit d’une histoire particulièrement riche. Vous rêvez d’évasion ? C’est l’occasion rêvée de découvrir les merveilles de la Patagonie, terre du bout du monde.


Initialement le plus moderne entrepôt frigorifique d’Amérique latine, cette usine était le véritable poumon économique de la région exportant ses denrées dans toute l’Europe. Dans le but de sauvegarder ce patrimoine intimement lié à la Patagonie, l’établissement est racheté, rénové et déclaré monument historique en 1966. C’est en 2011 qu’a lieu sa métamorphose en hôtel de luxe (tout en conservant le musée) : c’est la renaissance du Singular Patagonia 5*.



Cet hôtel d’exception conjugue harmonieusement patrimoine culturel, design industriel et confort moderne dans un resort de style post-victorien. Le bar et le musée sont tous deux situé dans la partie classée Monument historique tandis que les chambres et le Spa jouissent d’une vue imprenable sur le majestueux fjord. Vous pourrez également profiter d’une vingtaine d’excursions pour découvrir les joyaux de la Patagonie. Diverses et variées, elles sont conçues pour plaire aussi bien aux amateurs de sensations fortes qu’aux amoureux de découvertes culturelles.

Au programme : le parc National Torres Del Paine, la ville de Puerto Natales ainsi que ses fjords, montagnes, glacier et forêts sans oublier plusieurs sites hors des sentiers battus. Pour les activités, choisissez entre trekking, kayak, VTT, randonnée à cheval, pêche à la mouche ou croisière dans les bateaux pour admirer le glacier Balmaceda.

Pour les amoureux d’évasion hors des sentiers battus, le Singular Patagonia réunit patrimoine culturel, faune et flore exceptionnelle, luxe et hospitalité dans un même resort. Une escapade unique au cœur d’une nature préservée !


Séjour en formule tout inclus 4 jours/3 nuits : 2085€
(Tous les repas, les boissons (soft drinks et alcools non premium), toutes les excursions, une sélection de soin bien-être, les transferts aéroport Punta Arenas ou Calafate ou Punta Natales-hôtel A/R.)
Et toujours, 1 nuit gratuite pour 3 nuits en tout inclus !


The Singular
km 5, nortes/n, natales,
Chili
www.thesingular.com

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.thesingular.com » openin= »_blank »]

[res_map address= »The singular, km 5, nortes/n, natales, Chili » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »7″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]
Texte : Victoria Norait – Photos : D.R

Ljubljana, bijou méconnu d’Europe

A la croisée des Alpes et de la Méditerranée, la chaîne InterContinental Hotels & Resorts, l’un des leaders mondiaux de l’hôtellerie de luxe, a inauguré son premier établissement à Ljubljana et enrichi ainsi son patrimoine exceptionnel. La charmante capitale slovène compte parmi les destinations émergentes actuellement les plus prisées d’Europe de l’Est. Implanté dans un bâtiment moderne de 20 étages, l’InterContinental Ljubljana se situe à quelques pas des lieux emblématiques tels que les jardins de Tivoli, le Château et la rivière de Ljubljana.

Les 165 chambres, dont 15 suites, offrent une vue panoramique sur la capitale et la décoration intérieure inspire l’authenticité slovène, accentuée de détails sophistiqués. Le restaurant B propose un menu méditerranéen imaginé par le chef étoilé au Guide Michelin, Alfredo Russo.

Ljubljana mêle influences culinaires, culturelles et artistiques empruntées à l’Autriche, l’Italie et la Croatie. Profitez des régions environnantes et de leurs activités : dégustation de vins dans la vallée de Vipava, balade en bateau sur le lac de Bled ou encore escapade à ski dans le parc national de Triglav.

[res_map address= »InterContinental Ljubljana,Slovenska cesta 59, Slovénie » zoom= »12″ directionstext= »Directions »]

Tél : +386 591 28000

www.intercontinental.com/ljubljana

Texte : Laura Jamal – Photos : D.R

ROCK’N’ROLL ATTITUDE SUR LE WHARF

Séjourner sur Fisherman’s Wharf n’est pas un « must ». D’autant qu’au delà du Golden Gate, la Highway 101 invite à l’évasion grand format.

Au début des années cinquante, Stan Delaplane, journaliste au San Francisco Chronicle, fit sensation en préchauffant un verre où se dorait une sacro-sainte dose de whiskey irlandais. Devant les piliers de comptoir médusés, il ajouta du café noir fort et brûlant, adouci de sucre brun, touilla savamment et fit glisser sur le dos d’une cuiller retournée un peu de crème légèrement battue afin de parfaire l’onctuosité du breuvage. Il baptisa le tout : « Californian Coffee », le café californien. Au retour de l’aéroport de Shannon, avec l’actrice Maureen O’Hara et Fred Astaire, danseur à claquettes, il transposait malicieusement l’invention d’un barman de Foynes, un hameau irlandais perdu au bout d’un débarcadère à hydravions. Joe Sheridan y réchauffait ainsi les passagers frigorifiés, l’hiver, au sortir des chaloupes. Plus tard, Stan rendra à Joe ce qui appartenait à Joe et le « Café irlandais » – l’Irish Coffee »- véritable fit fortune, à partir du bar Buena Vista sur Fisherman’s Wharf. L’écrivain Jack London s’y ancrait toujours, après « l’appel du large », en quête du cabaret de la dernière chance…

Fisherman’s Wharf  reste le point d’ancrage des touristes à San Francisco. A bâbord, on y contemple le majestueux pont du Golden Gate ; on y déambule d’un « Pier » à l’autre, depuis l’embarcadère des Ferries pour Tiburon (et la Sausalito des «Beatniks » d’autrefois) jusqu’à l’Aquarium géant, la « marina » aux voiliers d’estivants et le rocher escarpé d’Alcatraz au sinistre pénitencier où rôde le fantôme d’Al Capone. Si on ne « s’échappait pas d’Alcatraz », la file d’attente des amateurs de frisson est sans fin, au départ du « Pier 33 », sur l’Embarcadero… Ailleurs, au « 39 », le shopping à bon marché amplifie la déambulation de masse.

Entre à-pics surplombant l’océan et forêts de sequoïas géants, la Highway 101 mène aux plages sauvages de Limantour, du nom d’un marin Breton qui posséda, à la mi XIXème siècle, la moitié de San Francisco dont il fut dépossédé au terme d’un interminable procès d’Etat. Elle conduit encore aux vignobles de Sonoma, vers la Napa Valley, puis aux plantations du parc Yosemite. C’est dire si les tentations y sont légion, traduites ici par « 101 things to do » (101 choses à faire) par la Highway… 101 ! Mais impossible de zapper Fisherman’s Wharf. Alors, où descendre ? La réponse s’appelle « Zephyr » ! L’ancien Radisson austère aux 361 chambres uniformes a pris un coup de jeune, digne d’American Graffiti. C’est tout juste si les hôtesses ne circulent pas en roller-skate entre le « Johnny Rockets » resto flashy, mitoyen à hamburgers (labellisés d’origine) servis devant des mini juke-box « vintage » d’où s’échappent les solos de guitare de Gene Vincent. Ou d’Elvis.

On est, ici, dans un hôtel inspiré par la « rock’n’roll attitude », d’où le confort nouvelle vague n’est pas un fantasme, loin s’en faut.

Il répond à toutes les caractéristiques du « concept hôtel », fait pour familles de « quadras » décontractés, en couple, ou avec enfants. Sous les fresques murales de Popeye et Tartine (héros de BD très années cinquante), on déambule entre fontaines et gabions d’ancienne usine où brûle une pyramide d’anciens computers, symbolisant l’exorcisme des bureaucrates de la Silicone Valley ! On se retrouve alors au cœur d’un immense patio, sur fond de murs composés de containers multicolores où les jeux d’adresse pour enfants rivalisent en originalité. Les ados y grignotent des tapas à l’arrière d’un « Food truck » approvisionné par la maison Boudin, une dynastie de boulangers français venus faire fortune sur le «wharf » à l’époque de la ruée vers l’or. Ils nourrissaient les mineurs. Le blé était leur or.

Bref, ici le « casual » est roi, même si derrière l’apparence du tout vintage, une décoratrice d’avant-garde, Melina Weiss, a su poser sa griffe, multipliant ses subtilités de « designer » pour mieux capturer l’essence, les racines du « wharf » d’antan… Une compagnie de 112 personnes travaille chaque jour à travers les trois étages. Toutes les chambres, ou presque, habillées façon cabine de paquebot, avec cartes marines et couvre-lits siglées « SOS » en guise de pied-de-nez, surplombent le patio. Au troisième, en angle, une suite avec vue à 180° surplombe le parking et permet d’accrocher Alcatraz du regard. Et surtout l’enseigne lumineuse d’un crabe géant façon Las Vegas. Il rappelle que l’heure est au dîner et qu’à « The Franciscan » voisin des sirènes stylisées chevauchant les crustacés attrapent le gourmet par les pinces… Carpaccio de pieuvre, « garlic clams », « combo » de moules, crevettes et pattes de crabes, fondent dans l’assiette.

Les amateurs de front de mer (hors « wharf ») se retrouvent plutôt au « Waterfront », « Pier 7 » sur Embarcadero, de l’autre côté de la ville de mer. On n’est pas loin de l’hôtel « W » tout aussi rock’n’roll, mais plus Beatles vs Rolling Stones. Tous, d’une marche digestive ou d’un aller en trolley rétro se retrouvent au « Buena Vista » pour le dernier Irish Coffee, servi « à la chaîne » – une douzaine de verres alignés – par un barman magicien.

Ah si Jack London, Stan Delaplane ou Joe Sheridan voyaient ça !

Texte : Patrick Mahé – Photos : D.R

Vincent Mercier à l’hôtel Jules & Jim

Au cœur du quartier historique du Marais, le photographe français Vincent Mercier investit les murs de l’Hôtel Jules & Jim. Depuis 5 ans, l’établissement offre l’opportunité à de jeunes artistes d’exposer dans l’enceinte de l’établissement et collabore avec les plus belles galeries photographiques parisiennes. Le hall est ainsi parsemé de peintures modernes et originales.

En collaboration avec la Galerie Catherine et André Hug qui représente Vincent Mercier à Paris, l’exhibition nous transporte sous le soleil ardent des rues de Palm Spring et de Sun City, et nous livre une autre vision de l’Ouest américain…

 

Hôtel Jules & Jim

11, rue des Gravilliers

75003 Paris

Tél : 01 44 54 13 13

www.hoteljulesetjim.com/

Texte : Laura Jamal – Photos : D.R

Le Generator Amsterdam : Révolutionnaire

Poussant plus loin encore le concept des Mama Shelter, le groupe Generator, implanté dans les grandes villes européennes avant de conquérir New York et Miami, prouve avec son dernier né son intention de bouger les lignes.

Pour conquérir Amsterdam et afficher comme dans tous ses hôtels européens, dont Paris, un taux d’occupation moyen de 90 %, Generator s’est implanté dans un ancien bâtiment universitaire en brique du début XXème, à l’est de la ville, dans le quartier bobo fashion d’Oosterpark, immense espace vert sur lequel ouvrent nombre de ses chambres. Entre auberge de jeunesse revisitée et hôtel design, le lieu convainc non seulement les moins de trente ans branchés, mais aussi les familles chics, les modeux et les artistes, voire les hommes d’affaires, heureux de séjourner sans se ruiner dans un lieu hyper confortable au design joyeux. C’est ainsi que se côtoient et échangent sous un même toit des personnalités qui habituellement s’ignorent. Un des buts avoués et atteints de Josh Wyatt de Patrol Capital, fondateur de la collection Generator, forte désormais de plus de 8 600 lits en Europe : « Dans nos hôtels, nous aimons que nos hôtes vivent une expérience différente, conviviale, dans un environnement choisi et sans se ruiner. Amsterdam répond parfaitement à cette ambition qui s’affirme hôtel après hôtel. » On ne peut le contredire lorsqu’on élit domicile dans la Sky Suite, ravissant et vaste appartement prolongé par une terrasse. Car, où trouver dans une capitale européenne, un lieu si charmant avec service impeccable, décoration léchée et rooftop pour 100 € ? Pour métamorphoser en hôtel le bâtiment d’angle où se sont succédées des générations d’étudiants, Design Agency, entité canadienne responsable de tous les projets du groupe Generator, s’est associée avec le cabinet d’architectes amstellodamois IDEA Ontwerp. Le chef de projet a souhaité conserver au maximum les structures de cette université scientifique et du musée zoologique y attenant. D’où l’ex-amphithéâtre devenu café restaurant tout en gardant ses gradins enrichis de lampes de lecture comme celles des bibliothèques universitaires du XXème siècle. Sourçant au maximum à Amsterdam tout ce qui participe à la vie et la décoration de l’hôtel mobilier et produits alimentaires compris, tous les luminaires ont été trouvés chez Blom & Blom, maison réputée de la capitale des Pays-Bas. L’architecte a par ailleurs demandé à The Bright Side Gallery, représentant les artistes les plus avant-gardistes, de doter les espaces communs, principalement le lobby d’œuvres d’art, sculptures, peintures, street art qui apportent au Generator une identité visuelle forte. Différente de ses onze aînés qui chacun reflète la culture de la ville où ils ont élu domicile. Décidé… le week-end prochain on file à Amsterdam… Et on pose ses valises au Generator pour prendre le pouls de la ville.

Mauritskade 57, 1092 AD Amsterdam, Pays-Bas
www.generatorhostels.com

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

Pause Arty

Ambiance « friendly », décor « Trendy » et service de « quality »… Niché dans l’ancien quartier des médias, quelques clins d’œil radiophoniques s’invitent sur les ondes décoratives.

Levez les yeux… Sur la façade de ce boutique-hôtel, des bandes dorées qui ne sont pas seulement décoratives, mais où l’on peut y lire un message en morse. Une façon originale d’écrire « Hôtel Indigo » et un hommage vibrant à ce quartier qui fut jadis, la rue des premières radios et chaines de télévision. Il y a aussi la sculpture métal en forme de vague qui évoque de façon plus lisible les ondes et les niveaux sonores.

Bienvenu sur fréquence Indigo, au centre de Bangkok, dans le quartier des ambassades, à quelques pas du Lumphini Park, des restaurants, des boutiques et des marchés locaux. À peine arrivé, l’énergie est palpable, le charme opère et l’hôtesse vous accueille « à la cool », chacun s’appelant par son prénom. Une attitude dans l’air du temps pour favoriser le dialogue et les échanges.

Mais derrière cette « pseudo familiarité », le professionnalisme veille sur les 192 chambres réparties sur 23 étages décorés d’œuvres d’art. Dans les couloirs, ouverts sur l’extérieur, les murs s’habillent de fresques géantes : des images de la ville, façon Street Art à la manière de Banksy. De l’art contemporain qui côtoie le traditionnel, avec quelques Tuk-Tuk disséminés dans l’hôtel.

Sur les portes des chambres au design vintage revisité, les plaques d’immatriculation affichent le numéro. Ici comme ailleurs, l’esprit « Arty » règne en maitre sur les murs, au dessus de la tête de lit, sur les coussins, les lampes chromées années 50 ou le mobilier clouté coloré. De la baie vitrée, la vue sur la ville est fascinante, notamment dans la suite royale avec une vue à 360º.

Le clou du spectacle se situe au 24ème étage, autour de la piscine extérieure surplombant Bangkok et entourée de buildings étincelants. Une prouesse architecturale. Au 25ème, le nouveau restaurant asiatique affiche complet. Le décor et l’assiette lui assurent un succès mérité.

Encore quelques minutes ? Empruntez l’escalier vers le rooftop, un des meilleurs endroits du moment pour prendre un verre. Dernière petite devinette avant de partir, le bar 22 steps, un lounge chic, teinté de bois, situé au 1er étage. Mais, pourquoi ce nom ?

Hôtel Indigo Bangkok Wireless Road
81, Wireless Road, Lumpini Pathumwan
Bangkok 10330
Thaïlande
Tel: +66 (0) 22074999.
www.hotelindigo.com/bangkok

Chambre à partir de 100 € / la nuit.

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://hotelindigo.com/bangkok » openin= »_blank »]

[res_map address= »81, Wireless Road, Lumpini – Pathumwan – Bangkok 10330, Thaïlande » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]
Texte : Sophie Maslard – Photos : D.R

Design à l’image de Milan

Tout juste ouvert, le Room Mate Giulia est la villégiature éphémère rêvée pour gagner à pied les points stratégiques de la remuante ville, chef-lieu de Lombardie.

Ouvrir à Milan, capitale de la mode et du design, un hôtel signé Patricia Urquiola, architecte d’intérieur espagnole et milanaise d’adoption, cela s’imposait. Le domicilier, dans un bâtiment historique du XIXème siècle, près de la Galleria Vittorio Emmanuele II, à deux pas de la Piazza del Duomo, de la Scala, et de la Monte Napoleone, révèle une intelligence de vue. Celle d’Enrique Sarasola, Carlos Marrero, Eduardo Sanzol et Gorka Atorrasagasti, amis depuis l’enfance, fondateurs du jeune groupe hôtelier Room Mate, qui décline une gamme de quatre étoiles urbains bien situés, où la convivialité prévaut. « Séjourner dans un hôtel se limite souvent à y dormir et à en ressortir en courant. Pas pour nous, c’est pour cela que privilégions les espaces dont la décoration ne laisse personne indifférent et invite à passer de bons moments comme si vous étiez reçu chez un ami », explique Eduardo Sanzol.

Au Giulia, prénom de la fille de Patricia Urquiola, lobby, salon et espace spa- fitness, jouent ainsi les « melting-point ». Epreuves d’artistes, objets siglés, livres, couleurs et matériaux années soixante y dessinent un univers vintage chic, très « home friendly ». On s’y relaxe sur les banquettes amusantes avant ou après les balades en ville, tout en échangeant bons plans et bons tuyaux. Pas question, dans cette collection d’hôtels innovante, de dupliquer la même chambre d’un bout à l’autre de la planète. Au contraire, les architectes reçoivent pour consigne de s’emparer des codes du pays. Ici, au Giulia tout est italien et de belle facture. Meubles Kartell et Cassina avec sièges et canapés dont certains édités en exclusivité par Patricia Urquiola, tissus Armani, teintes très dolce vita… rose, bleu pétrole, jaune anis, vert pelouse. Même les produits de courtoisie Wabi Sabi, habillés d’orange et de noir, « sexués », facilitent la vie… On apprécie les lingettes « dissolvant » et les chouchous pour mater les chevelures rebelles quand le vent du Nord venu des rives du Po s’en mêle. On approuve tout autant le fascicule des Droits de l’homme, illustré, posé en évidence sur le chevet, à côté de la carte de visite de la gouvernante au cas où. L’humain demeure au centre du propos. Et, contrairement à de nombreux hôtels dits « mode » la tablette ne remplace pas le réceptionniste. Au contraire, ils sont quatre, empressés, souriants, proposant de s’asseoir et d’échanger autour d’un verre d’eau ou de limonade. Histoire de lier connaissance, de connaître nos désirs dans et hors de l’hôtel et de renseigner, sur l’exposition en cours, la bonne table, le petit troquet incontournable. Car au Giulia, on ne sert que le petit-déjeuner, entre 7 h et 12 h, amplitude horaire confortable pour se plier aux habitudes des clients venus de méridiens opposés. Le buffet gourmand, aux accents italiens, contente tous les appétits. Et, serveuses et serveurs sont à l’affût, pour aider qui le souhaite, compléter si besoin les plateaux. Pas étonnant dès lors que depuis son ouverture, les 85 chambres et suites s’arrachent, le week-end surtout.

Room Mate Giulia
Via Silvio Pellico, 4,
20121 Milano MI,
Italie
+34 912 17 92 87
www.room-matehotels.com

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://room-matehotels.com/fr/giulia/ » openin= »_blank »]

[res_map address= »Via Silvio Pellico, 4, 20121 Milano MI, Italy » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »15” zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

M89 : Urban Chic

Milan, capitale de la mode et du design ? A l’image de l’Italie, la ville balance entre un certain classicisme chic et un design qui peut aller du plus ostentatoire au plus épuré. Les établissements hôteliers de la ville est sont une belle démonstration de cette diversité. Entre mode, luxe et design, Milan s’impose comme une métropole trépidante où la créativité fait rage.

Résolument design et contemporain, l’Hôtel M89 à Milan arbore une façade des plus extravagantes qui fait face aujourd’hui à la Maison de couture Gucci. Construite comme une manufacture, elle incarne à elle seule l’industrialisation ainsi que l’urbanisation, et dévoile une fusion unique entre élégance, art et « style usine ». L’agence d’architecture, Piuarch Studio, a rénové l’hôtel dans le but de renforcer son rôle de dynamique dans le centre des affaires de Milan.

L’hôtel « urban-chic » mise sur une palette de nuances froides, qui jouent la carte de la simplicité sophistiquée et de la sobriété ultra moderne.

 

Hotel M89
Via Mecenate 89
20138 Milan

Texte : Laura Jamal – Photos : D.R

Glasgow Style

Vitrine européenne du design, Glasgow est devenue en quelques années la nouvelle « place to go »… Son architecture, ses galeries, ses boutiques, ses clubs et restaurants trendy, sont autant de points-clés qui ont transformé cette ancienne ville industrielle en cité créative.

 Hype, la plus grande ville d’Écosse est passée, en quelques années, du déclin minier à la renaissance avant-gardiste. Sa vitalité foisonnante, palpable dans tous les domaines, réserve bien des surprises. Côté architecture avec Charles Rennie Mackintosh, enfant du pays et précurseur de l’Art Nouveau, qui a posé son empreinte esthétique dans tous les recoins de la ville, avant d’être rejoint par Zaha Hadid (Riverside Museum) ou Norman Foster (Clyde Auditorium) pour ne citer qu’eux.

Des bâtiments emblématiques magnifiquement mis en valeur aux créations contemporaines signées par ces stars de l’architecture, les différents styles racontent l’histoire de cette ville en perpétuelle émulation. Aussi, les entrepôts retrouvent une nouvelle jeunesse et se transforment en boutiques, en galeries ou en hôtel de luxe, comme le tout nouveau Dakota, implanté près de « Blythswood Square » à quelques minutes du centre. Dans son écrin de briques noires, cet hôtel chic et contemporain est le dernier endroit branché de Glasgow. Au programme, 83 chambres et suites cocooning, un bar à champagne, un restaurant gastronomique, un salon de thé-bibliothèque… Un style industriel, teinté de briques, de bois, de cuir et de matières chatoyantes.

Tout sourire, le personnel est aux petits soins, pour vous guider jusqu’à votre chambre. Dispersées sur 5 étages, elles jouent la carte des gris et des cuirs patinés. Intensément cocooning, le lit s’habille d’une tête de lit capitonnée encadrée d’une série de gravures, inspirés d’archives anciennes. Chaque détail est soigné dans ce cadre feutré qui donne envie de paresser. Un pur délice qui se poursuit au restaurant, très fréquenté pour sa cuisine inventive. Ici, le chef travaille essentiellement les produits locaux, alliant les saveurs de la mer et de la terre : coquilles Saint Jacques, cabillaud, agneau. À l’étage, toute la jeunesse dorée se retrouve autour d’un cocktail dans le bar XXL, ouvert sur une terrasse extérieure végétalisée.

Plus intimiste, la champagne room dispose d’une carte divine, à siroter avec modération. D’autant que Glasgow l’écossaise est une ville bouillonnante. Impossible de la quitter sans visiter la Glasgow School of Art ou la Mackintosh House, deux œuvres incontournables de l’architecte Charles Rennie Mackintosh, sa cathédrale gothique, son université, le musée Kelvingrove, un concert au légendaire Barrowlands Ballroom ou au SSE Hydro… Ambiance Arty à partager à deux ou en famille !

 

Hôtel Dakota Deluxe
179 West Regent Street, G2 4DP, Glasgow
Tel. : + 44 (0) 141 404 3680
www.glasgow.dakotahotels.co.uk

Texte : Sophie Maslard – Photos : D.R

 

L’hôtel Pastel nous en fait voir de toutes les couleurs !

Niché dans une petite rue calme du 16ème arrondissement, l’hôtel Pastel jouit d’une situation idéale dans Paris. Sa décoration éclectique s’inspire de l’élégance d’un appartement parisien tout en reprenant les codes des célèbres Maisons de haute couture telles que Dior ou Hermès. La décoration de l’hôtel Pastel, signée Laurent Mangoust, a été pensé comme un cocon douillet qui associe tissus d’éditeur, tapis sur mesure et mobilier inspiré des années 50 aux accents contemporains.

Les chambres, calmes et parfaitement équipées, sont aménagées avec de précieux tissus et agrémentées d’un mobilier design sur mesure : moquette zébrée graphiques, grands miroirs, tissus haut de gamme… Afin de satisfaire les envies de chacun, toutes les chambres sont disponibles en 3 harmonies différentes : gris, bleu ou rose. Au dernier étage, les chambres disposent d’un puit de lumière au-dessus du lit pour dormir la tête dans les étoiles ! Envie de se détendre ou de recevoir un rendez-vous de travail ? Le lobby, cosy et élégant, a été créé comme un écrin réconfortant, un salon aux couleurs chaleureuses qui vous accueille le temps d’un café dans une atmosphère chic et agréable.

Le petit plus ? Éco-responsable, l’hôtel Pastel et son équipe s’engage à respecter l’environnement en préservant l’eau, triant les déchets ou encore en favorisant des produits écologiques…
Un hôtel confidentiel aux harmonies douces, féminines et poudrées qui vous accueille dans un écrin relaxant aux couleurs apaisantes !

L’hôtel Pastel
79 rue Lauriston – 75016 Paris
www.hotelpastelparis.com
Texte : Victoria Norait – Photos : D.R

The Jay Hotel by HappyCulture

A quelques pas de la promenade des anglais, plongez dans l’univers fantasque et inspirant des années folles et de « The Great Gatsby », dont l’auteur Francis Scott Fitzgerald fut un pivot de cet âge d’or. Elégant et raffiné, l’Hôtel The Jay arbore le style du héros du roman éponyme, Jay Gatsby. Le groupe d’hôtellerie Happy Culture a implanté sa première adresse au concept d’appartements-hôtel, au cœur de la capitale azuréenne.

D’un confort inégalé, le Jay met à disposition un appartement avec toute la carte des services d’un hôtel. Chacun est doté d’une kitchenette équipée pour une autonomie comme à la maison. L’intérieur – sophistiqué et composé de matériaux nobles, mobiliers fastueux et objets décoratifs surannés — a été pensé par Stéphane Marteau de l‘agence d’architecture Gaia.

L’ambiance conviviale de l’établissement cultive l’art de bien vivre et les plaisirs hédonistes ; les HappyTime vous invitent au bar à whisky afin de découvrir une sélection d’une quinzaine single malt et de quelques blend du monde ainsi qu’une collection d’élixirs écossais, japonais et français, avec le Domaine des Hautes Glaces, distillé sur les flancs de l’Obiou.

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »http://www.hotel-jay.com » openin= »_blank »]

Hôtel Jay by HappyCulture
21 rue Meyerbeer
06000 Nice
Tél : +33 (0)4 92 26 71 90
www.hotel-jay.com

[res_map address= »21 rue Meyerbeer, 06000 Nice » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »15” zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Laura Jamal – Photos : D.R

Daios Cove Luxury Resort & Villas

Les pieds dans l’eau, le Daios Cove s’impose comme le dernier joyau de la Crète. Niché à flanc de coteau et surplombant la baie, sur la côte nord de l’île, le design est minimaliste et les panoramas sont à couper le souffle. Une calanque avec ses rochers ocre, parsemés de maquis vert, encadrent des eaux turquoise, ourlées d’une plage de sable. Les 230 chambres, 31suites et 39 villas, sont disséminées de part et d’autre et reliées par des ruelles comme dans un village crétois, presque toutes tournées vers la mer. Quelque soit l’angle, les vues sont sublimes. Les murs des différents bâtiments ont été conçus en pierre locale, formant une belle harmonie avec l’environnement naturel. Les taches de couleur sont celles des piscines qui fleurissent un peu partout dans l’établissement, à commencer par la très spectaculaire et immense piscine principale à débordement sur la mer. Le Daios associe intelligemment ses cinq étoiles à une ambiance distinguée grâce à un service toujours accessible, impeccable et convivial. Parmi les expériences inoubliables du lieu figure le soin «bien-être» de la tête aux pieds dans l’atmosphère extrêmement apaisante d’un spa ultra moderne. Au programme : l’éveil de tous vos sens et un rajeunissement total du corps et de l’esprit. Que le but recherché soit de vous détendre sur la plage privée, de nager dans les piscines, de faire l’expérience d’une cuisine raffinée, de profiter d’un service de première classe ou simplement de vous plonger dans son atmosphère unique, le Daios Cove est l’escapade luxueuse parfaite, les vacances par excellence !

Vathi 72100 Aghios

Nikolaos – Crète, Grèce.

Tél: +30 28410 62600.

www.daioscove.com

Découvrez la suite du dossier « Hôtels expérience » dans le numéro 95 actuellement en kiosque

 

Miroir, mon beau miroir …

Le saviez-vous ? La plus grande chambre du monde se cache dans le Marais…
La Kiss Room, dissimulée derrière le café La Perle rue Vieille du Temple, est une œuvre de l’artiste Mathias Kiss considérée comme la plus grande chambre du monde. Surprenant étant donné qu’elle ne fait que 10m2… Pourtant, grâce aux 1000 miroirs qui habillent ses murs, la pièce semble infinie.
Initialement, il s’agissait d’un projet éphémère dans le cadre de la FIAC 2013, mais cette chambre est désormais disponible sur Airbnb pour qui voudrait passer une nuit dans une œuvre d’art. Tout est soigneusement conçu pour décompresser le temps d’une nuit : aucune wifi, une bande son signée Nicolas Gaudin du groupe Air, un minibar Ruinart et un matelas Hästens sur mesure…

Un véritable petit joyau de verre idéal pour les amateurs d’expériences insolites !

La Kiss Room
78 rue Vieille du temple – 75003 PARIS
Disponible sur le site : Airbnb

Les tortues, mes voisines

Presque vingt ans que les cinq étoiles du Constance Lemuria brillent sur l’île de Praslin. Les premières de l’archipel… Qui, pour ne pas pâlir et affronter la concurrence désormais sévère vient de rouvrir, rénové par des architectes parisiens.

Suite 46… Alors que l’on traverse le jardin prolongeant la villa pour gagner la plage et se repaître des couleurs du couchant, on s’arrête brusquement, surpris par les mouvements anarchiques secouant un buisson bas à la frontière entre le sable et la verdure. On avance à pas comptés et prudents pour découvrir ahanant, une énorme tortue marine. Elle creuse le sable pour construire son nid. Un job épuisant qui va durer plusieurs heures avant que vannée la pondeuse regagne l’océan abandonnant à jamais sa future progéniture. En ce mois de décembre, presque chaque jour quelques « Tortidmer » comme les appellent en créole les Seychellois quittent les eaux de l’océan Indien pour déposer sur le rivage leurs deux cents œufs, en moyenne. On prévient, Monsieur Tortue, jardinier de son état, préposé à cette saison à la veille des Eretmochelys imbricata, nom latin de ce reptile aquatique. Il marque chaque nid, guette deux mois plus tard les éclosions, aidant si besoin est les bébés à gagner l’océan évitant qu’ils soient croqués par les crabes, les oiseaux ou les lézards. Preuve que l’hôtel préserve depuis toujours son environnement. Avec autant d’attention qu’il veille à conserver son rang, en tête des resorts, label Leading Hotels of The World oblige. Fort de son emplacement exceptionnel, entouré de plages de sable blanc, dont la mythique Anse Georgette, et son golf au parcours tout aussi mythique, probablement le seul au monde, où parvenus au trou N° 15, contrairement à l’étiquette, les golfeurs posent leurs clubs pour se baigner avant de jouer le 16. Fort surtout de sa notoriété, le Lémuria s’est offert un nouveau look signé du studio parisien MHNA de Marc Hertrich et Nicolas Adnet.

 

Découvrez la suite de l’article dans le numéro 94 d’Hôtel & Lodge, disponible ici 

Anse Kerlan Praslin Seychelles

www.constancehotels.com/fr/hotels-et-resorts/seychelles/lemuria/

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

PARK HYATT BANGKOK

Au cœur de Bangkok, à quelques encablures des célèbres jardins de l’Ambassade Britannique, le Park Hyatt a récemment ouvert ses portes et présente un building à la structure impressionnante. Signée par le studio AL_A, de Londres et en collaboration avec Pi Design, basé à Bangkok, elle offre un panorama unique sur l’effervescence de la ville.

Respectueux de l’ADN Park Hyatt, l’établissement de luxe allie raffinement prestigieux et caractère typique de la région. Avec son architecture thaïlandaise et son design ultra-contemporain, le choix de la décoration de l’hôtel par le cabinet de Yabu Pushelberg (localisé à New-York), a été guidé par le désir de créer un sanctuaire culturel et sophistiqué.

De plus, Park Hyatt Bangkok abrite les sculptures époustouflantes de l’artiste japonais Hirotoshi Sawada telles que « Pagoda Mirage », « Naga » dévoilant une série de bâtons suspendus au plafond qui laissent apparaître un dragon mythique.

www.parkhyatt.com

Texte : Laura Jamal – Photos : D.R

Downtown, pari gagné

Immeubles historiques, quartiers huppés, cœurs urbains, tels sont en général les implantations de l’enseigne hôtelière de luxe préférée des Américains. Dérogeant à ces principes, Four Seasons Downtown vient de s’installer à Lower Manhattan. Exceptionnel.

Au sud du sud de New York… C’est ici, que débarquèrent et se fixèrent, au milieu du XIXème siècle, les premiers immigrants irlandais chassés de leur pays par la famine. « Ground Zero » reprend vie autour de sa gare centrale, l’étonnant Oculus, sorte de colombe immense imaginée par l’architecte Santiago Calatrava où se croisent onze lignes de métro. Une à une, les tours sortent de terre, autour du mémorial de Michael Arad « Reflecting Absence », profonds bassins en pierre noire sur laquelle est gravée la liste impressionnante des victimes.

Le Four Seasons, propriété d’un homme de 85 ans, s’élance vers le ciel juste en arrière-plan de ce lieu de souvenirs. Signé Robert A.M. Sterne, le bâtiment couleur crème virant à l’ocre au soleil couchant, compte quatre-vingt-deux étages aux allures Art déco revisitées. Les vingt-cinq premiers sont dédiés à l’activité hôtelière, les plus élevés réservés à des résidences de luxe. Ses chambres haut perchées dévoilent l’immensité de la ville, et, selon leur situation le Pont de Brooklyn, le port, l’Hudson river, où les rues historiques. Observatoire incroyable et parfaite base arrière pour hanter les galeries d’art fleurissant autour du Whitney Museum of American Art désigné par Renzo Piano et du New Museum of Contemporary Art mais aussi les boutiques de design et de mode de Soho et de Tribeca.

Pour satisfaire les désirs de ses hôtes trendy, le Four Seasons Downtown a invité Wolfgang Puck, le chef ultra-branché qui cartonne sur tous les continents de Las Vegas à Singapour, de Dubaï à Hawaï, à ouvrir dans la continuité du lobby, son bar et le Cut, seul point de restauration de l’hôtel, en dehors de l’excellent room-service. Mis en scène par Jacques Garcia, le décorateur français, les lieux, rouge flamboyant, s’accordent avec la carte très carnée où le bœuf tient la vedette. Son niveau sonore, entretenu tout à la fois par les conversations plus qu’animées et les décibels musicaux, tranche avec la sérénité du spa, dessiné, comme les chambres cosy et design, par le cabinet d’architectes canadien Yabu Pushelberg.

Son point névralgique, la longue piscine de 25 mètres, se pare de lignes verticales s’accordant aux silhouettes longilignes des skyscrapers qui se reflètent quasiment dans son bassin. Dans ses cabines de soins, les thérapeutes connaissent sur le bout des doigts les protocoles très techniques des marques suisse Burgener et hongroise Omorovicza, deux exclusivités négociées par le manager pour choyer ses clients. Qui, requinqués peuvent chaque jour découvrir un nouvel aspect de Lower Manhattan, là où New York fait face au vieux continent lointain, et où s’amarrent toujours les Transatlantiques.

Four Seasons Downtown
27 Barclay Street,
New York, New York 10007
www.fourseasons.com/newyorkdowntown

[button content= »RÉSERVER » color= »black » url= »https://www.fourseasons.com/newyorkdowntown » openin= »_blank »]

[res_map address= »Four Seasons, 27 Barclay Street, New York, New York 10007″ directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »13″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R

Banyan Tree Tanger : luxe au bord de la mer

Avec 92 villas, d’une superficie oscillant entre 203 et 421 m2, éparpillées dans un parc-jardin dessiné au cordeau, planté d’oliviers sagement alignés, aux massifs de fleurs savamment ébouriffés et aux pelouses manucurées, le tout bordé d’une longue plage, voilà le décor planté pour le nouveau resort hautement luxueux signé Banyan Tree.

Rappelons que l’enseigne singapourienne créée en 1994 ouvre ici sa 43ème adresse, la première au Maroc. Fidèle à ses engagements, elle met en avant, ici plus que jamais, le respect de l’environnement. Il est donc logique que son architecture mêle habilement patrimoine culturel marocain, héritage andalou et style contemporain.

Dès l’arrivée, le la est donné : un immense pan coupé mène au lobby, abrité dans un haut bâtiment blanc d’où l’on se repaît du spectacle droit devant des jardins, de la piscine de 30 m de long et de la Grande Bleue.

Le regard enregistre alors le moutonnement des toits bleus des villas, noyées dans la végétation et closes de hauts murs, garantissant ainsi à chaque hôte une intimité parfaite.

Toutes sont dotées d’un salon, d’une vaste chambre, d’une salle de bains hollywoodienne, d’une vaste terrasse où trône une piscine privée. La décoration fait la part belle aux zelliges, aux mosaïques colorées…

Nos préférées : la 614, une extraordinaire villa « spa » avec un salon, deux salles de bains et deux chambres, l’une pouvant être convertie en salle de soins, sans oublier un vaste jardin-terrasse et une très grande piscine avec un jacuzzi. Ce véritable appartement de plus de 400 m2 se prête idéalement à des séjours en famille…

Bonne pioche encore, la 502, une vaste chambre avec un salon, elle aussi  pourvue d’un jardin-terrasse et d’une piscine qui convient parfaitement à quelques jours à deux.

Retrouvez le reste de l’article dans Hotel & Lodge numéro 93.

Le Banyan Tree
Route Nationale 13, Oued Negro.
93100 Fnideq – Maroc
Téléphone : +212 5396-69999
www.banyantree.com

[button content= »RESERVER » color= »black » url= »https://www.banyantree.com/fr/morocco/tamouda-bay » openin= »_blank »]

[res_map address= »Route Nationale 13, Oued Negro, 93100 Fnideq, Maroc » directionstext= »Le Banyan Tree » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »5″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]
Texte : Adine Fichot-Marion – Photos : D.R

 

L’Anantara Vilamoura Algarve Hôtel : Véritable joyau

L’hôtel Anantara Vilamoura Algarve sur la côte Sud du Portugal marque l’arrivée en Europe du groupe hôtelier thaïlandais Anantara. Il bénéficie d’une situation privilégiée et offre à ses hôtes une véritable immersion dans le style ambiant.

Anantara Vilamoura est fidèle à la philosophie de la chaîne qui mêle hospitalité thaïlandaise aux saveurs locales. L’hôtel jouit d’une atmosphère chic et d’espaces confortables pour admirer la vue sur les jardins luxuriants, les piscines et les greens parfaitement entretenus, et ce, tout au long de l’année. Côté décoration, Anantara Vilamoura a fait appel à des artisans locaux du « Projet TASA » qui vise à promouvoir l’artisanat comme métier d’avenir et contribue à l’essor de l’économie locale.

Pour vous détendre, l’Anantara Spa vous propose une large sélection de soins et traitements dont le massage signature « Traditionnal Thaï Massage ». Les hôtes peuvent également prendre part à des activités bien-être comme le yoga ou le tai chi, ou profiter du centre de fitness ouvert 24h/24.

Côté palais, l’excellence culinaire fait partie intégrante de l’expérience. Le chef Bruno Viegas vous propose des plats gastronomiques élaborés à partir de la culture culinaire portugaise qui ravira les plus gourmands. Le plus ? L’hôtel bénéficie d’une des cave à vin les plus diversifiées de la région.

Véritable paradis de côtes sauvages et plages secrètes, villages de pêcheurs traditionnels, falaises à couper le souffle et oliveraies, cet hôtel grandiose vous promet une expérience authentique dans un environnement chic et verdoyant…

Anantara Vilamoura Algarve Hôtel
Victoria Gardens – Apartado 665
1250-042 Vilamoura, Portugal
+351 289 317 000
www.anantara.com

[res_map address= »Anantara Vilamoura, Victoria Gardens Vilamoura, Portugal » directionstext= »Directions » pancontrol= »yes » scalecontrol= »yes » typecontrol= »yes » streetcontrol= »yes » zoom= »10″ zoomcontrol= »yes » draggable= »yes » scrollwheel= »no » width= »100% » height= »500px » maptype= »roadmap » popup= »no » center= » » refresh= »no »]
Texte : Victoria Norait – Photos : D.R