« Les conversations » : entretien avec Bruno Chiaruttini, directeur général du Paris Marriott Rive Gauche

« Les conversations », nouveau format d’échange en live d’Hôtel & Lodge et du collectif Singularités reçoit Bruno Chiaruttini, directeur général de l’hôtel Paris Marriott Rive Gauche Hôtel & Conference Center et fondateur des réseaux Paris Hôtel Network et de France Hotel Network.

Interrogé par Laurence Faye du collectif Singularités, Bruno Chiaruttini a commenté en tant qu’acteur de premier plan, la crise actuelle et ses répercussions sur le secteur du tourisme.

En septembre dernier, l’ex directeur de « l’hôtel du collectionneur » reprend les rênes du Paris Mariott Rive Gauche, mastodonte aux 757 chambres. En mars, depuis le 18 précisément, il se retrouve à devoir gérer une situation catastrophique et inattendue…

« Notre hôtel est malheureusement fermé mais pas sans vie ». En effet, explique-t-il, du personnel se charge encore d’assurer la continuité, la maintenance mais aussi la sécurité des lieux. D’autre part, les commerciaux ont encaissé un « tsunami d’annulations ». Le mois de mars, qui s’annonçait « exceptionnel », est devenu « le pire mois de mars de l’histoire des réservations (…) Tout le travail qui avait été effectué depuis des années s’est effondré. »

Toutefois l’hôtelier observe un léger regain des réservations pour l’année prochaine : « On commence à voir un peu de positif. »

Garder le contact avec les équipes est fondamental pour Bruno Chiaruttini. « Il faut leur expliquer que la vie continue », même si pour l’instant les revenus sont nuls. Pour ce faire, il communique via « WhatsApp », organise des vidéoconférences très régulières avec les employés et maintient ses réunions mensuelles online internes. Pour la dernière, pas moins de 170 personnes étaient derrière leur écran pendant 2 heures. Enfin un outil de formation, dédié à l’apprentissage des langues, à l’utilisation de logiciels, à des cours de management, de prise de parole en public, permet notamment aux employés de tirer profit de leur temps libre.

« On est dans une stratégie de « rebooking »

« On a du mal à voir le bout du tunnel », admet-il. « Tout est annulé entre maintenant et fin août. On est plus dans une logique de « rebooking ». Mais le DG se rattache au positif « on voit des dossiers qui se confirment ». Il n’hésite pas à partager ces bonnes nouvelles car « elles se font rares en ce moment ».

Bruno Chiaruttini envisage difficilement un retour à la normale : « Avant de retrouver un rythme de croisière, il va nous falloir du temps. » Ses priorités sont autres : « Aujourd’hui, l’heure est plutôt à surveiller sa trésorerie, assurer la pérennité de l’entreprise, le paiement des salaires. » Dans ces moments-là, il reconnait même l’avantage de payer des charges sociales en France. « J’ai des collègues dans d’autres pays qui ont perdu leur job (…) Quand on voit aux Etats-Unis ce qui se passe, c’est absolument catastrophique. Des gens ont 20 ans, 30 ans de maison et sont licenciés du jour au lendemain. » Il s’intéresse à la situation à l’étranger pour la simple et bonne raison que sa clientèle est majoritairement internationale.

« Une chose est sûre, la reprise se fera par la proximité », indique-t-il. « Il y aura un avant et un après. On va forcément voir s’accélérer un certain nombre de tendances comme par exemple le développement durable. Généralement, les crises nous apprennent à nous recentrer sur l’essentiel. »

Texte : Charlotte Engel – Hôtel & Lodge