« Les Conversations » #12 : entretien avec Adrien Gloaguen, fondateur et président du groupe Touriste

« Les Conversations », nouveau format d’échange d’Hôtel & Lodge et du collectif Singularités HFT, a reçu Adrien Gloaguen, fondateur et président de Touriste.

Interrogé par Laurent Beaulieu du collectif Singularités HFT, Adrien Gloaguen a commenté, en tant qu’acteur de premier plan, la crise actuelle et ses répercussions sur le secteur de l’hôtellerie-restauration.

Depuis une douzaine d’années, Adrien Gloaguen ouvre, au compte-gouttes, un certain nombre d’hôtels à l’ADN bien définie. Touriste revendique un bon rapport qualité-prix, justifié par un design pointu et un service impeccable, le tout visant une clientèle urbaine et plutôt trentenaire.

Le groupe hôtelier compte aujourd’hui six établissements : Hôtel Panache, Hôtel Beaurepaire, Hôtel Bienvenue, dont trois actuellement en travaux, Hotel Les Deux Gares, Hôtel Rochechouart et un autre à Londres.

L’inauguration de ces deux derniers est prévue d’ici à fin 2020 « Nous sommes donc incapables de nous projeter », atteste Adrien Gloaguen, tout en restant optimiste. Le doute est plutôt du côté des Deux Gares : « Le chantier a repris la semaine dernière, il nous reste un mois de travaux. La vraie question est : va-t-on rouvrir en juin ? En septembre ? », le président de Touriste ne peut rien prévoir pour l’instant. Encore moins le déroulement d’une éventuelle inauguration.

Quant à la réouverture des établissements parisiens, Adrien Gloaguen et ses équipes y ont déjà longuement réfléchi en amont : « Nous nous sommes équipés en masques, gants, gel hydro-alcoolique et plexiglas », explique-t-il. « Nous allons également rouvrir la cuisine de l’Hotel Panache et proposer aux clients un service de restauration et nous prévoyons de mettre les chambres en quarantaine après le passage d’un client », termine-t-il.

Touriste envisage aussi une nouvelle façon de « consommer » le tourisme, en imaginant des concepts créatifs et innovants. Si la clientèle française va probablement choisir de déserter la capitale cet été, Adrien Gloaguen pense savoir comment la rattraper : « Nous allons approcher plusieurs marques et proposer des packages pour faire voyager nos clients par procuration depuis nos hôtels ».

Écologiquement parlant, le fondateur est déjà impliqué dans des processus d’avenir et s’intéresse de près à la permaculture.

Il se dit par ailleurs très satisfait des mesures économiques prises par le gouvernement face à la crise, notamment lorsqu’il les compare à celles, quasi-inexistantes, prises par le gouvernement britannique dont il a eu écho par ses équipes d’outre-Manche.

S’il doit donner un conseil à ses confrères hôteliers, en cas de nouvelle crise, ce serait de toujours mettre de la trésorerie de côté.

 

Texte : Charlotte Engel – Hôtel & Lodge