Cœur de Megève : passionnément, à la folie !

En 2018, l’architecte d’intérieur Sybille de Margerie réenchantait une vieille institution locale pour faire battre ce nouveau « Cœur de Megève ». Avec ses 39 chambres, son restaurant, son bar et son spa, ce 4-étoiles ose le design, la singularité, et multiplie les ambiances.

Par Sarah Sergent

Depuis Sallanches, la route jusqu’à Megève part en lacets, face au Mont-Blanc. Les alpages rutilent sous le soleil, les chalets croulent sous les jardinières de fleurs et le clocher de Saint-Jean-Baptiste pointe son nez. La montagne est si belle en été ! Voici le cœur du village, Cœur de Megève… De plain-pied sur la rue piétonne, l’entrée se fait pourtant discrète. La porte s’ouvre sur un couloir traversant… et pour cause : celui-ci est en réalité une ancienne ruelle intégrée à l’hôtel après la réunification des bâtiments situés de part et d’autre. Première impression ? Le lieu est intime, chaleureux, différent. Du bois brossé, des luminaires « lichens » de la marque canadienne Bocci et un « banc de peluches » de la belge AP Collection cohabitent dans un prisme jaune orangé. Dans le salon-bibliothèque, une photo monumentale de futaie avec, à ses pieds, trois « tabourets champignons »,
joue les trompe-l’œil. Un fauteuil-œuf en fausse fourrure regarde le torrent qui s’écoule le long de la façade sud… Quelle musique rafraîchissante au cœur de l’été ! C’est d’ailleurs de ce côté que se trouvent les terrasses, comme celle, superbe, de la chambre n° 27, en angle, où s’attabler ou prendre le soleil.

Le grand salon est en réalité une multiplicité d’espaces cosy pour prendre un verre, lire ou travailler avec vue côté torrent. © Sarah Sergent

À l’intérieur, l’esprit chalet a succombé à la tentation du contemporain. Impression ? Cosy, masculin, élégant. Une déclinaison de couleurs naturelles s’accordent au bois de noyer dominant. Banquette velours et plaid de lit en cachemire parlent de douceur. La baignoire est en Corian, matériau durable, les flacons de savon et shampooing sont rechargeables, et les chaussons sont présentés dans un écrin en carton : l’écoresponsabilité est une valeur chère au groupe familial Steller, propriétaire, qui prévoit d’ailleurs d’ouvrir bientôt un hôtel à Paris et un autre à Rome. Coup de cœur pour la suite n° 33, sa couleur acier, ses volumes, sa grande salle de bains, son dressing et sa terrasse. Impression ? Élégante, harmonieuse, bluffante. Voilà donc le résultat d’un travail inspiré signé Sybille de Margerie, le tout immergé dans des parfums de cèdre, de foin et d’agrumes, signature envoûtante du lieu.

La suite 33, qui se déploie sur 48 m2, arbore une belle couleur acier et révèle une terrasse plein soleil. © Sarah Sergent

À cette saison, la terrasse extérieure et les tables du Cœur prennent leurs aises. Impression ? Organique, colorée, conviviale. Dans l’assiette, les légumes viennent de la ferme de Renard, la viande d’un producteur du centre de la France, les perches du lac Léman, les fromages de la région, tout comme les bières artisanales brassées entre Annecy et Sallanches. À la carte, aux côtés des salades et tapas estivales, le terroir est à la fête : gougères au beaufort, croquettes de fondue et burger à l’abondance. On craque pour le panettone façon pain perdu.

Megève recense 51 fermes et producteurs locaux en activité : un trésor pour les chefs, qui se fournissent directement chez eux. © Paul Bréchu

On adore la vaisselle Angel des Montagnes, avec ses loups, ses ours et ses hiboux, achetée dans la boutique en face de l’hôtel. La thématique animalière est ici très présente… Le choix des images du photographe Vincent Munier, des têtes de rennes stylisées et des coussins l’atteste.

En fin d’après-midi, on se délecte d’un spritz en terrasse, puis, en soirée, d’un cocktail au Meige… La délicieuse Sophie prépare comme personne un Martini, vodka, Chambord, ananas et framboise.

Au Meige, de grands classiques comme le spritz, le moscow mule et le negroni séduisent, en plus des cocktails sur mesure. © Sarah Sergent

Ici, en été, les activités sont nombreuses. « C’est pour moi la plus belle des saisons, s’enthousiasme Camille Henri, adjointe de direction. La vallée est tellement vivante. » Baignade dans les lacs, pêche, balades pédestres ou équestres, VTT électrique, golf, parapente et canyoning comptent parmi les incontournables de la station. Quelques courbatures sont à prévoir… Heureusement, le spa propose un Deep Tissue, un massage qui s’attarde sur les zones de tension, ainsi qu’un autre aux pierres chaudes. Impression ? Relaxant, réparateur, libérateur. « Nous voulions une marque de spa de niche, des produits bio et des protocoles originaux. Tata Harper s’est imposée ! Il faut essayer le “Super Kind”, le dernier né des soins visage pour peau ultra-sensible ou abîmée… Épatant ! », assure Camille. 

Mairie de Megève © Marie Bougault

Article paru dans le numéro 122 d’Hôtel & Lodge

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !

A découvrir

Également à lire