Plus près des étoiles en Thailande

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

À l’extrême sud de la province préservée de Krabi, au coeur du parc national marin de thaïlande, une myriade d’îles. Parmi elles, l’ archipel de Lanta couvert de forêts luxuriantes et de montagnes. Le bout du monde. Comme Pimalai.

PAR ÉLODIE DECLERCK


Au spa, composé de sept « salas », huttes totalement fondues dans le cadre naturel, un large éventail de soins-signatures laisse notamment le choix de l’huile de massage à l’humeur du visiteur.
Au spa, composé de sept « salas », huttes totalement fondues dans le cadre naturel, un large éventail de soins-signatures laisse notamment le choix de l’huile de massage à l’humeur du visiteur.

LOIN DU TOURISME DE MASSE, Koh Lanta étale ses plages désertes. Là où la terre se termine, à Baan Hua Hin, le Parc National Marin de Lanta déroule ses méandres jusqu’à l’île de Koh Lanta Noi, et sa grande soeur Koh Lanta Yai. Comme un bras tendu entre les éléments, le ponton du Pimalai accueille ses visiteurs. Caché au coeur d’une luxuriante forêt tropicale, le resort, dont le nom signifie « lieu pur », fait l’éloge du silence. Seuls le chant des calaos pies et le bruit des vagues, léchant la longue plage de sable ivoire de Ba Kantiang en contrebas, scandent les heures.

Au spa, composé de sept « salas », huttes totalement fondues dans le cadre naturel, un large éventail de soins-signatures laisse notamment le choix de l’huile de massage à l’humeur du visiteur. Les thérapeutes dispensent les massages thaïs traditionnels en plein air « pour mieux ramener les hôtes à la nature ». Au départ de ce palace sylvestre s’impose presque comme une évidence une excursion vers les îles avoisinantes, idéales pour la plongée ou le snorkeling. Cabotant vers le sud, arrêt sur les îles jumelles de Koh Rok Nok et Koh Rok Nai, aux coraux rouges et aux plages opalescentes. Tout au nord-est, cap sur les pains de sucre de la baie de Phang Nga, qui n’a décidément rien à envier à la vietnamienne Baie d’Along…

121 villas, architecture thaïe et décoration zen, s’épanouissent sur 100 hectares, en harmonie avec leur environnement, au point même que la vue sur mer se trouve parfois obstruée par la jungle. Certaines se situent en bord de plage tandis que quelques pavillons individuels de une, deux ou trois chambres, avec piscine et solarium privés s’égrènent soixante mètres plus haut, surplombant la canopée. A l’intérieur, teck verni, lin, et bambou. De grandes baies vitrées et un mobilier traditionnel judicieusement disséminé laissent une grande place à la lumière.

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A découvrir

Également à lire