Indonésie: Retraite Coloniale au Sanchaya

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

À 45 minutes au large de Singapour, The Sanchaya, palais propice à une retraite luxueuse, vient d’accoster sur une plage indonésienne. Ambiance coloniale et sens du détail.

PAR JUDITH JULL – PHOTOS LOUIS DAVID

Au sortir du ferry, nul besoin de se frotter aux contingences d’une arrivée dans un pays étranger, c’est directement dans le lobby V.I.P adossé à l’embarcadère que vous démarrez l’expérience Sanchaya. La teinte du sol, obtenue en polissant minutieusement du granit local avec des écorces de noix de coco annonce la couleur : chaque détail compte. C’est ainsi que Murlidhar Rao, le manager, a conçu le domaine, en veillant à chaque fragment d’un ensemble qu’il a voulu époustouflant, allant jusqu’à s’inspirer de la boîte à bijoux de sa grand-mère pour offrir à ses invités un écrin à la hauteur de ses exigences.

En sanskrit, Sanchaya signifie collection. Une collection comme cette suite d’attentions et de services mais aussi comme « le mariage du meilleur de l’Asie du Sud-est » revendiqué par la propriétaire Natalya Pavchinskay qui parle de « la liaison d’histoires, textures et objets qui dégagent leur propre beauté mais créent aussi un tout plus profond en étant associés ». Du mobilier des chambres aux yukutas (ces légers kimono de coton) du Spa, la majorité des éléments a été réalisée en exclusivité, souvent à la main, par des artisans de la région.

Couleurs sobres et matières nobles, c’est en s’inspirant de l’Inde coloniale que le décorateur Carl Almeida du studio P49 Deesign a créé une atmosphère élégante et paisible. Des sons et des parfums ont été spécifiquement imaginés pour chaque espace. Côté piscine à débordement et longue plage ivoire, une ambiance Riviera française berce la rêverie. En s’éloignant, quiconque souhaitant jouir de davantage d’intimité trouvera des endroits de repos disséminés dans le domaine et pourra s’aventurer sur l’île de Pulau Batu (“le caillou”), accessible à pied à marée basse, pour un dîner poétique.

 

 

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A découvrir

Également à lire