Iniala Harbour House : révolution de palais à Malte

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Inaugurée en novembre dernier, Iniala Harbour House a investi quatre maisons de maître en front de mer, dont une principale : un vrai petit palais avec son escalier magistral, sa grande coupole et ses voûtes harmonieuses, parfaitement restaurés.

Par Céline Baussay

Son emplacement sur les quais, dans le quartier où les prix de l’immobilier sont les plus élevés, est idéal, même s’il faut gravir des escaliers sans fin pour rejoindre le centre-ville. Mais la vue imprenable sur Grand Harbour et les Trois Cités vaut bien quelques sacrifices. La plupart des chambres, suites et appartements profitent largement du panorama, à travers leurs hautes fenêtres et leurs balcons ornés d’époque.

Trois agences de design sont intervenues de concert : la turque Autoban, l’espagnole A-cero et la maltaise Daaa Haus. Pour composer des intérieurs singuliers, élégants et douillets, elles ont fait le choix des meilleurs matériaux (chêne, cuir, marbre, cuivre), de la création sur mesure de tous les éléments décoratifs, des volumes généreux.

Ajoutant ici et là une juste dose d’œuvres d’art (magnifiques), de pièces de design italien (Edra, Minotti) et du papier peint représentant des images emblématiques de La Valette ou des motifs exotiques.

Le spa, avec sa piscine intérieure, devrait être mis à la disposition des clients dans les prochaines semaines. Ceux qui louent les plus vastes suites profitent déjà d’un bassin-jacuzzi privé.

À peine ouvert, Ion-The Harbour, l’excellent restaurant gastronomique posé sur le toit, bouscule la scène maltaise, tout autant que l’hôtel lui-même, 5-étoiles au style, au service et au standing inédits à La Valette.

L’incroyable destin de Mark Weingard

Originaire de Manchester, autodidacte devenu trader, le propriétaire du groupe Iniala cache derrière son apparence de charismatique quinquagénaire une histoire extraordinaire : le 11 septembre 2001, il rate une réunion dans la tour sud du World Trade Center. Son retard lui sauve la vie. Octobre 2002 : sa fiancée est tuée lors des attentats à Bali. S’il ne s’était pas disputé avec elle juste avant, il aurait dû l’accompagner. Noël 2004 : il séjourne au bord d’une plage de Thaïlande lorsque le tsunami survient. Il assiste au désastre, mais là encore, il en réchappe. Depuis, Mark Weingard est affublé d’un surnom : « l’homme le plus chanceux et le plus malchanceux du monde ». Après ces tragédies, il s’est engagé dans des actions philanthropiques et a lancé son groupe hôtelier, d’abord avec Iniala Beach House, resort grand luxe à Phuket, puis aujourd’hui avec Iniala Harbour House.

11 St. Barbara Bastion, La Valette.

Inialamalta.com

Article paru dans le numéro 115 d’Hôtel & Lodge

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A découvrir

Également à lire