Domaine de Primard : la vie en rose

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

À une heure de Paris, et déjà en Normandie, le Domaine de Primard cultive l’art de vivre à la campagne dans un esprit maison de famille 5-étoiles.

Par Céline Baussay

Primard, c’est une maison de style Directoire au bord de l’Eure qui, après deux ans de travaux, reprend vie, métamorphosée, tout en préservant son âme et son histoire. Ses propriétaires, Frédéric Biousse et Guillaume Foucher, n’auraient pu envisager autrement cette ambitieuse réalisation, sixième pépite des Domaines de Fontenille.

La « Maison sur l’Eure », bâtisse historique et centre névralgique de Primard, et la piscine, un atout aux beaux jours.

Comme pour tous les hôtels de leur collection, ils se sont impliqués personnellement à tous les stades du projet, jusqu’aux touches finales : le choix des œuvres d’art exposées, des marques françaises mises en avant (Faïencerie de Charolles, Maison Pierre Frey, Tectona…)… et même des titres de la playlist.

La table d’hôtes, comme les deux autres restaurants, célèbre les créatrices d’arts de la table : Sylvie Coquet, Élisabeth Monroy, Isabelle Poupinel…

Primard, ce sont 40 chambres tout en délicatesse et en tons pastel, réparties dans quatre bâtisses éparpillées dans le parc, dont cette fameuse « Maison sur l’Eure », un ancien relais de chasse construit par le marquis de Dampierre et transformé en demeure d’agrément au xviiie siècle.

Au bar de la « Maison sur l’Eure », on commande cocktail, vin ou champagne d’exception, que l’on savoure ensuite dans l’un des salons ou sur la terrasse devant la rivière.

On y entre par un lobby – ou plutôt un vestibule – dont un tapis de fleurs recouvre le plafond, un peu comme si le jardin à l’arrière avait envahi les lieux. Il dessert les pièces en enfilade, aux parquets de chêne et cheminées d’époque : d’un côté, la magnifique table d’hôtes privatisable avec sa cuisine ouverte, le salon aux murs parsemés de champignons comme on en voyait autrefois dans les officines ; de l’autre, le somptueux bar, un grand salon cosy et, bien caché tout au fond, un délicieux boudoir fleuri.

L’incroyable décor de l’Églantine, voluptueux, aérien, en écho à une gastronomie de haut vol signée Éric Frechon.

La propriété s’étend sur plus de 40 hectares sillonnés par l’Eure, qui s’écoule dans les douves. Un doux refuge pour les ânes, vaches, canards, cygnes, oies… Il n’est pas rare de voir aussi des écureuils le matin, au réveil, en ouvrant les volets.

À la tête des Domaines de Fontenille, Guillaume Foucher et Frédéric Biousse, avec leurs deux chiens, Octave et Martin. Le premier a donné son nom au bistrot de Primard.

La piscine extérieure chauffée, le spa de la marque autrichienne Susanne Kaufmann – le premier en France – facilitent la déconnexion. Chef-d’œuvre, le jardin avec ses haies de buis structurées est signé du paysagiste belge Jacques Wirtz, connu pour la rénovation du jardin du Carrousel voisin des Tuileries, à Paris.

Un délice de jardin d’hiver, la serre de la roseraie, pour une pause gourmande, un thé, un rafraÎchissement…

Gérard, le fidèle jardinier, en prend soin avec la même passion depuis 15 ans. Tous deux ont créé avec l’ancienne propriétaire de Primard, Catherine Deneuve, une roseraie exceptionnelle, riche de plus de 300 variétés, accolée à une jolie serre désormais utilisée comme salon de thé. « Nous avons respecté le jardin dessiné par Jacques Wirtz il y a 35 ans, et notamment son tracé, au centimètre près. La symétrie, les volutes chères à Wirtz dialoguent très bien avec la poésie, la féminité de Catherine Deneuve », souligne Guillaume Foucher, fier aujourd’hui de reprendre le flambeau.

Les nouveaux propriétaires, en collaboration avec la décoratrice Béryl Le Lasseur, ont composé des intérieurs apaisants à vivre comme à regarder.

Éric Frechon aux fourneaux

Parrain culinaire des Domaines de Fontenille, le chef multi-étoilé, Normand d’origine, est enthousiaste : « Le cadre de Primard est très inspirant pour une cuisine sereine, pure, brute. » Au restaurant gastronomique Églantine, au bistrot Octave comme à la table d’hôtes, il prend plaisir à sublimer les produits des terroirs normand et francilien. Les légumes, les fruits, les herbes aromatiques qui passent entre ses mains et celles de sa brigade quand il n’est pas là proviennent du potager en permaculture de la propriété, qui se développera au fil des saisons à venir.

www.lesdomainesdefontenille.com

Article paru dans le numéro 117 d Hôtel & Lodge

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A découvrir

Également à lire