L’Albatros, entre deux rives

Glisser sur le Nil, sans autre bruit que celui du vent dans les voiles, des écoutes crissant sur les poulies en bois et de la barre manœuvrée au pied et à la main par Younes. Privilège des passagers de l’Albatros, dahabieh baptisée il y a quelques mois en Égypte.

Il y a quelques années, des utopistes relancèrent la mode des dahabiehs, ces bateaux lents aux lourdes voiles latines, disparus peu à peu au bénéfice de navires en fer et à moteur. Wali Aziz, armateur de la petite compagnie Lazuli, est un de ces rêveurs nostalgiques. Puriste, il demanda aux chantiers de lui construire des voiliers respectant les normes définies par les Britanniques : 37 mètres de long, sept de large et deux voiles latines, grande côté poupe, plus modeste à l’arrière. Zéro moteur. Seule concession pour que, les jours sans brise, ses dahabiehs taillent la route : des remorqueurs qui les tractent loin devant, limitant la pollution sonore. Douze passagers maximum, six membres d’équipage, le capitaine dit Rais, le bosco, un aide cuistot, deux marins, un serveur barman, plus un guide égyptologue. Parés à naviguer !

On largue les amarres à Louxor pour une croisière de quatre à six jours de navigation jusqu’à Assouan. Au gré du Nil, escale sur les sites incontournables, mais aussi les tombes redécouvertes à flanc de montagne par les armées napoléoniennes, le temple d’Efnou, le mieux conservé d’Egypte, dont la construction mobilisa des centaines d’hommes pendant 280 ans, les carrières où les rois réservaient les pierres de leur tombeau… Une Égypte dont l’histoire s’écrit entre les méandres du fleuve, et se livre à qui prend le temps de l’accoster. Des lieux sacrés, méconnus ou mal connus, à quelques pas des villages où les hommes, pêcheurs et cultivateurs s’étonnent qu’aujourd’hui certains traversent la planète pour admirer des dieux et des déesses momifiés ou statufiés. En descendant le fleuve, on remonte le temps, les époques, on les juxtapose. On perd ses repères pour ne plus vivre qu’à l’aune du courant et du vent.

Croisière Lazuli : entre 4 et 6 jours, à partir de 220 € par jour et par personne, tout compris (sites, repas et soft drinks). Le bateau peut être privatisé. Le prix baisse en fonction du nombre de personnes et de la longueur du séjour.

www.lazuli-voyages.com

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Images : DR