Nice, fière métisse

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Née des peuples de la mer, Nice s’est forgé une forte identité et attire, grâce à ses pôles d’exception et ses nouveaux quartiers, une population plus jeune et des créateurs de tous les horizons.

Par Anne-Marie Cattelain-Le Dû

Conquérants ou immigrés, marchands ou vacanciers, Nice a accueilli au cours des siècles des personnes débarquées, en priorité, du pourtour méditerranéen. En s’alliant, cohabitant, travaillant ensemble, elles ont façonné la ville, son caractère, son originalité. Et malgré les récents événements qui l’ont ensanglantée, elle défend le droit à la différence, la légèreté.

Où dormir

Hôtel Amour Nice
Aucun doute, le petit dernier de la famille Amour ressemble comme deux gouttes d’eau a son ainé parisien récemment restauré. réplique balnéaire.
38 chambres. 3 avenue des Fleurs, hotelamournice.fr

The Deck Hotel
Ohé matelots ! temps calme, croisière sereine pour les passagers de ce 4-étoiles a la décoration résolument marine.
63 chambres et 2 suites. Notre préférée : la 415, avec sa terrasse et sa mini-vue mer. 2 rue Maccarani, deck-hotel.com

Le Negresco
37 prom’, le palace niçois, plus que centenaire, après une terrible bataille juridique, se rénove avec audace.
125 chambres et suites. Notre préférée : la pétillante et nouvelle « Street Art » avec ses tentures murales Pierre Frey. 37, promenade des Anglais, hotel-negresco-nice.com

Le Méridien Nice
Escaliers mécaniques, lasers, piscine sur le rooftop : le cube de verre et de ciment qui détonne sur la promenade change de look.
Notre préférée : la 904, au neuvième étage, dévoilant la mer, les jardins et la vieille ville. 1 promenade des Anglais, marriott.fr/hotels/travel/ncemd-le-meridien-nice

Casa Musa
Ceintes de verdure, ponctuées de notes arty, en rez-de-jardin du Palais Excelsior se cachent trois chambres très cocon.
Deux chambres, une suite. 8 avenue Durante, Nice, casamusa-nice.fr

À table !

Bocca
Une jolie maison, une décoration sans chichis, un rooftop végétalisé et une équipe adorable – c’est à souligner car peu fréquent en un lieu mode. La carte, outre les tapas et les assiettes à partager, propose quelques spécialités comme le riz noir et poulpe persillé. Peu de desserts, mais entre le blanc-manger coco et le baba avec rhum à discrétion et crème d’Isigny fouettée, les becs sucrés se régalent.
3 rue Saint-François-de-Paule, boccanissa.com

Lavomatique
Qui vient à Nice doit s’attabler dans cette ancienne laverie des frères Loubet. Après le succès de leur Bistro du Fromager, Grégoire et Hugo récidivent dans ce resto où chaque jour, en fonction du marché, ils réinventent la carte. Pas de menu, on pioche selon son appétit… anchois frits, spare ribs épicés, pièce de bœuf. Pas de préjugés, pas d’attendus, juste du plaisir à prix mesurés.
11, rue du Pont-Vieux, lavomatique-restaurant.business.site

Le Café de Turin
Depuis 1908, cette brasserie propose des plateaux de fruits de mer d’anthologie avec en vedette les huîtres Roumégous. On vient ici pour ça et pour les grands crus proposés au verre. Carnivores, passez votre chemin… la carte iodée ne décline aucune viande.
5 place Garibaldi, cafedeturin.fr

Jan
Jan, pour Jan-Hendrick van der Westhuizen, chef et propriétaire, premier chef étoilé sud-africain distingué par le Guide Michelin. Il métisse gastronomie française et plats de son enfance, tout comme la carte des vins réconcilie les crus des deux terroirs. 24 couverts dans une salle raffinée. Savoureuse expérience épicurienne.
12 rue Lascaris, janonline.com/restaurant-jan

Au bar, en toute convivialité

Babel, Babel
Avec son mini-balcon à l’étage où s’alignent une poignée de chaises face à la Méditerranée, sa terrasse au rez-de-chaussée et ses salles aux meubles vintage, le décor fait le job… En prime, le barman, adorable, comme tout le personnel, concocte un spritz très perso. Cerise sur le cocktail, les tapas originales et généreuses comblent les « faims de nuit ».
2 cours Jacques-Chirac, babelbabel.fr

Le Comptoir Central Électrique
Là encore le décor, celui d’une ancienne boutique d’électricité, participe à l’ambiance… électrique de ce bistrot tendance où l’on vient boire le vin du jour ou le cocktail secret du barman. Avec planches à partager. On peut aussi dîner de plats plus élaborés. Adresse assiégée, réservez !
10 rue Bonaparte, cce-nice.com/fr

L’Octave
Ambiance à tous les étages, trois jusqu’au rooftop, avec, à disposition des clients musiciens, plus de 100 instruments de musique, saxo, guitare, trompette, violon, etc. Une carte étonnante de cocktails aux ingrédients bio et pour garder son énergie, des tapas et des bowls maison.
64 boulevard Risso, loctave-nice.fr

El Merkado
Au cœur de la vieille ville, quasi une institution avec ses fauteuils en cuir un rien fatigués, ses chaises dépareillées et ses canapés sans âge. La sangria est un classique, tout aussi vintage. Les cocktails se gavent de jus de fruits frais bio et les planches à partager comblent les appétits d’ogre. Plus qu’honnête, quoi.
12 rue Saint-François-de-Paule, el-merkado.com

Culture à la une

Villa Arson
Sur la colline Saint-Barthélemy, la villa à l’italienne du xviiie siècle et son jardin de 2 hectares, enregistrés aux Monuments historiques, justifient à eux seuls une balade. Qui plus est, un bâtiment très caractéristique des années 1970, signé Michel Marot, regroupe un centre d’art aux expositions remarquables et une école supérieure d’art. 
20 avenue Stephen-Liégeard, villa-arson.org

Musée national Marc Chagall
Vivant à Saint-Paul-de-Vence, où il est enterré, Marc Chagall souhaita que soient réunis en un seul lieu les 17 toiles de son Message biblique et ses 400 peintures, gouaches, dessins, lavis et pastels. André Malraux et la ville de Nice réalisèrent son vœu. Unique !
Avenue Docteur-Ménard, musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/chagall

Musée international d’Art naïf Anatole Jakovsky
Pour découvrir une collection unique au monde de peintures naïves du XVIIIe siècle à nos jours, direction le château Sainte-Hélène, ancienne résidence du parfumeur François Coty, et son parc aux essences rares. Ces œuvres proviennent en grande partie de la donation d’Anatole et Renée Jakovsky, enrichie par un dépôt du Centre Pompidou.
23 avenue de Fabron, nice.fr/fr/culture/musees-et-galeries/musee-d-art-naif

Galerie Eva Vautier
Eva, fille de Ben, l’artiste niçois, dédie sa galerie en priorité aux artistes émergents. Pas étonnant qu’elle l’ait ouverte, il y a huit ans, dans le quartier Libération, alors en pleine mutation et devenu depuis ultra-tendance.
2 rue Vernier, eva-vautier.com  

Shopping tous azimuts

Maison Auer
Impossible de rater cette boutique pas comme les autres, à deux pas de l’Opéra. Non seulement, depuis 1820, les Auer s’y succèdent de père en fils, mais l’écrin est tout aussi alléchant que les fruits confits, les chocolats, les marrons glacés et autres gourmandises. Pas étonnant que Georges Lautner y ait tourné Joyeuses Pâques en 1984, avec Jean-Paul Belmondo. Livraison dans la France entière.
7 rue Saint-François-de-Paule, maison-auer.com

Librairie Sorbonne-Brouillon de Culture
Une autre belle histoire de famille puisque cette librairie créée en 1923 est tenue aujourd’hui par Philippe Seyrat, le petit-fils du fondateur. 600 m2 magnifiques dédiés aux livres, qu’ils soient rares, d’occasion ou neufs, mais aussi aux tableaux anciens, aux vinyles. Avec l’assurance d’être écouté, conseillé, orienté, pour enrichir son savoir autant que sa bibliothèque.
23 rue de l’Hôtel-des-Postes, a-la-sorbonne-nice.fr

Joya Lifestore
Dans ce concept store au cœur de la vieille ville, on travaille dans l’espace de coworking, on succombe à ses coups de cœur dans les pop stores éphémères offrant objets design, créations exclusives d’artisans, on se restaure, on trinque… en un mot on vit, 7 jours sur 7.
1 place du Pin, joyalifestore.com

Les Puces
Place Robilante, entre la colline du château et le vieux-Port, brocanteurs et antiquaires déballent leur marchandise. Objets, vêtements, mobiliers… des trouvailles et des affaires pour qui sait fouiller, repérer, marchander. Du mardi au dimanche, place Robilante.

Article paru dans le numéro 114 d’Hôtel & Lodge

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A découvrir

Également à lire