Yonaguni Spa : un ovni à Obernai

Baptisé du nom d’une cité engloutie à Okinawa, au large du Japon, le spa du Parc Hôtel Obernai, l’un des plus hallucinants de France, concilie, avec un art consommé, parcours ludique et soins premium.

Par Anne Marie Cattelain Le Dû // Photos droits réservés

Le Parc Hôtel, une institution dans le joli village d’Obernai, en Alsace. Une institution menée de main de maître depuis quatre générations par la famille Wucher. Quand, en 2010, Marc décide de passer les commandes à ses enfants, Maxime et Marie, tout en gardant un œil sur l’activité, il se doutait bien qu’ils bougeraient les lignes. Mais à ce point, certainement pas. Maxime, grand voyageur, épris du Japon et de sa culture bien-être, imagine, avec le cabinet d’architectes Constans et Siegrist et la complicité convaincue de sa sœur, d’implanter dans le parc 3 500 m2 dédiés au corps, à la relaxation. Avec, d’un côté, un labyrinthe aquatique délirant, minéral, sombre, où se succèdent avec bruitages et effets visuels bassins, cascades, bains à remous, piscine, douches sensorielles.

Remous, cascades, cataractes… les sensations, les bruits, les couleurs se succèdent
d’un bassin à l’autre.

De l’autre, d’incroyables espaces pour se relaxer, alcôves cocons, nids en osier où se lover, fauteuils profonds blottis auprès d’une cheminée design, mais aussi lits à eau, saunas, piscine tranquille ouvrant sur un jardin paysagé, bambouseraie, maison de thé avec un banya, bain public russe. Et, surtout, le saint des saints, sept suites luxueuses pour savourer le menu des soins Gemology, à base de pierres précieuses. On succombe au rituel « Le continent perdu », entre enveloppement à la boue volcanique néo-zélandaise de Rotorua et massages aux parfums et fruits exotiques.

Quelques minutes de pause dans cette salle de repos… Le spa en compte trois, aussi agréables les unes que les autres.

Avant de se régaler sainement au Yuzu, bar puisant dans la carte équilibrée et savoureuse de Cyril et Marie. Belle idée : l’offre day use ouvre l’accès au spa aux non-résidents de l’hôtel.

 Esprit des lieux

Pension de famille ouverte il y a 65 ans par une femme, première génération des Wucher, le 4-étoiles conserve le charme des demeures patinées, en opposition totale avec le spa avant-gardiste. Certaines des 61 chambres et suites rénovées affichent une allure plus contemporaine, mais pour mieux apprécier l’atmosphère « surannée », on opte pour celles non restaurées, plus chaleureuses. Et on déjeune à la stub, aux murs couverts de souvenirs contant l’histoire de la famille Wucher. La carte, généreuse, signée par le gendre Cyril Bonnard et son épouse Marie née Wucher, pâtissière, métisse avec intelligence cuisine régionale et plats plus actuels. Régalade !

www.leparchotel.fr

Article paru dans le numéro 119 d’Hôtel & Lodge

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !