Futon et volupté

Vivez le Japon dans sa plus pure tradition en séjournant dans un Ryokan, ces auberges luxueuses qui perpétuent les us et les coutumes ancestrales.

Bien souvent installés dans des quartiers où tout semble inchangé depuis des siècles, les ryokans sont de véritables conservatoires des traditions d’hospitalité anciennes. Celui-ci, situé entre Osaka et Hiroshima, dans la très jolie ville de Kurashiki se distingue par son excellence. De l’extérieur, une belle demeure aux murs blancs soutenus par des colombages de bois foncé. L’arrivée se fait généralement dans l’après-midi, accueilli par la maitresse des lieux qui s’incline avec respect, sourire aux lèvres, vêtue de son kimono traditionnel. Comme dans toute habitation japonaise,

il faut d’abord se déchausser et enfiler des pantoufles avant de franchir quelques marches. Quelques formalités, un thé servi dans une céramique précieuse et après avoir fixé l’heure du diner, généralement entre 18 et 19 h, direction une des cinq chambres-suites de l’établissement, dans la pénombre d’un dédale de couloirs. De bois et papier, elle se compose d’un grand salon couvert de tatamis, d’une chambre twin et de deux salles de bains. L’un de nos premiers gestes, est de revêtir un kimono de coton léger, un yukata, pour le dîner. Une multitude de petits plats très fins, dotés chacun de leur propre vaisselle, un vrai régal autant pour les yeux que pour le palais. Poissons crus, poissons cuits, viande et fruits sont disposés avec soin sur une table basse au milieu de la chambre et arrosés de

thé ou d’un saké spécialement fabriqué pour le Ryokan. Avant de vous coucher, vous pouvez profitez du Onsen de l’hôtel, un bain d’eau de source chaude, très relaxant. Toujours, aux petits soins, les 32 employés, vous guideront dans cette charmante ville bordée de canaux, aux multiples musées dont le musée Ôhara, riche d’une magnifique collection d’art contemporain européen. Prenez le temps de flâner le long des rives, d’admirer les bâtiments, certains vieux de plus de 300 ans. Préservée des bombardements, elle est l’une des seules à avoir conservée ses maisons et son vieux quartier aux venelles pavées qui s’entrecroisent le long des canaux. Aujourd’hui, ces maisons de briques brunes aux toits de tuiles noires, ont été transformées en boutiques ou restaurants pour le plus grand plaisir des Japonais et des touristes encore assez peu présents.

Ryokan Kurashiki

4-11 Hon-Machi Kurashiki

710-0054 Okayama

Tél. +81 (0) 86-422-0730

www.ryokan-kurashiki.jp

Mots Clès de l'article