Shangri-La Touessrock : Refuge de stars

Le Shangri-La Touessrock, sous son nouveau label, allie le déploiement historique du tourisme mauricien à l’investissement des temps modernes.

Et si tout commençait par un plan de poche, façon mini carte routière, comme au bon temps des échappées buissonnières qui swinguent dans l’imaginaire collectif ? Remis avec la clé de chambre, il ouvre une sorte de chasse aux trésors du farniente sur un territoire à peu près hors du temps – et comme sans limite – au centre même de la côte Est de l’île Maurice ; celle des plages de cartes postales baignées à l’or fin. Ici, tout invite à plonger dans une atmosphère bohême chic. Et smart… La chaîne de Hong-Kong, au top du raffinement, y joue la carte du charme décontracté au cœur de ses jardins d’Eden et d’oasis luxuriants. Un mobilier design, en bois clair, ajoute la touche d’ébénisterie exotique. L’ensemble a de quoi personnaliser un séjour. Mais pourquoi se servir d’une carte fléchée, balisant son territoire de vacances, à la manière de l’étoile du Berger qui pointe à la nuit tombée ? Parce qu’au Shangri-La, soyons clair, on ne sait pas, d’entrée, où donner de la tête. L’éblouissement fait partie du jeu. Le plan se fait boussole…

 

Ici, le voyageur n’est pas sans bagage, en effet. Dès qu’il aborde le village de Belle Mare et descend vers Trou d’Eau Douce, ces noms qui fleurent la Compagnie des Indes, au XVIIIème siècle, il se laisse transporter vers un monde que d’aucuns qualifieraient d’irréel. Deux cent chambres d’une exquise esthétique, dont 92 Suites juniors s’étendent en corolle autour d’une baie fermée par deux îlots au destin singulier… L’îlot Bourgault, en amont des trois villas de plage, émerge du rideau vert des filaos. Il est une réserve de végétaux : cocotiers, fougères luxuriantes, veloutiers et flamboyants… L’île aux Frangipanes, son pendant, est l’autre joyau de l’écrin. On y accède par un pont de bois enjambant un petit bras de mer sablonneux. Suites et « De luxes Suites » au design raffiné, s’alignent au fond d’un golfe, à l’abri des turbulences de l’Océan indien. Pour ceux qu’une eau de mer à 22 ou 23° pourraient encore rebuter – il y en a ! – deux piscines (surveillées) dont l’une de 300 m2 font grimper le thermomètre à 28°… Impossible d’échapper à la baignade spontanée !

Pour rester dans le bain, ou mieux en sortir, un Spa (Le « Chi ») aux huit pièces de soins « à la carte », vous plonge dans une harmonie aux arômes botaniques sans guère d’équivalent à travers l’Océan indien. A peine « remis à sec », les audacieux font rouler leurs muscles au « Health Club » mitoyen.

Mais déjà le « Republik Beach » nous immerge dans une palette de services de plage. Ils vont du petit déjeuner sans limite (dès 7 heures du matin) au dîner à la belle étoile, en passant par le snack des après-midi gourmands, sur fond de cuisine internationale et de barbecues en tout genre.

Quelques pas suffisent aux gastronomes pour franchir la porte des deux restaurants au cachet international. A ma gauche, au-dessus de la réception, le « Kushi » met en scène l’esthétique d’un maître ès-sushi. Laissez-vous guider par son inspiration du jour en signant pour le menu « Omakase », fondé sur les trouvailles du marché du jour. Si « l’indianité » ambiante de l’île Maurice conduit vers les saveurs du sous-continent, c’est au chef Ramesh Bundi, sorti de l’académie culinaire de Bangalore, de tendre ses filets. Dès 18 h 30 et jusqu’à l’ultime commande, à 22 h 30, il fait du « Safran » (son enseigne depuis 10 ans) l’ambassade gastronomique du Touessrock : poulet cuit façon kundapur ou curry de fruits de mer mijoté à la sauce infusée au tamarin ? Entre les 2, le cœur balance…

Avant dîner ou en pousse café, le bar « Sega » dont le nom traduit l’attachement aux sensuelles danses créoles, se situe à mi-chemin entre les deux tables aux saveurs. Il vous aimante irrésistiblement dans une féerie de cocktails qui souligne la renaissance des rhums de l’île Maurice. Il ne reste plus, alors, qu’à partager la cérémonie du « smokey Rhum » (le rhum fumé), dont Ravi Appadoo délivre le secret avec une adresse de chaman. L’art ne réside pas seulement dans la manière de verser le « Chamarel XO » (6 ans d’âge) mais de préchauffer le verre en y faisant exhaler une sélection d’herbes aux subtils arômes… Ces arômes sont aussi au rendez-vous de la « Cooking Class ». Un autre Ravi, à toque blanche, y manie le cœur de palmiste à découper (et savourer) à la manière d’un chef d’orchestre, tout en faisant mariner, négligemment le « gâteau piment ». Et que dire de son curry fait main ?

On ne quitte pas le Shangri-La/Touessrock, sauf pour une poignée d’escapades à la carte. Outre les quatre courts de tennis qui jouxtent le verger, près du « T Club » – pour enfants de 4 à 12 ans, occupés de 9 heures à 22 heures ; déjeuners et dîners compris ! – l’appel du large n’est pas la moindre des tentations. Golf de compétition à l’île aux cerfs, mais aussi Paddle, ski nautique, pêche côtière et parachute ascensionnel sont au menu quotidien. La (grande) évasion se joue à l’îlot privé de Mangénie, à un bras de mer. Toutes les 30 minutes, une navette privée traverse la passe aux eaux délicieusement turquoise. Sur la plage baignée de soleil, un service à la carte alterne noble langouste ou simple pizza au feu de bois, à l’ombre des filaos. On y déjeune sous le ballet des canaris jaunes du Cap qui nichent au-dessus de vos têtes. Vrai, qu’au Shangri-La/Touessrock on ne sait plus où donner… de la tête !

 

Shangri-La Touessrock

Trou d’Eau Douce

Ile Maurice

Tél: +230 402 7400

www.shangri-la.com