Palace de poche

Sans détour, Roberto Naldi, venu de son Italie natale pour inaugurer le benjamin de sa collection éponyme, l’Hôtel Splendide Royal Paris, avoue son ambition : décrocher le titre de palace… de poche, le plus petit de la capitale. Tour du propriétaire.

Lorsqu’il y a huit ans, Roberto Naldi jette son dévolu sur une belle demeure bourgeoise du VIIIème arrondissement, appartenant au couturier Pierre Cardin, il n’imaginait pas que la rue du Cirque jouxtant le palais de l’Elysée allait, pour cause de turpitude présidentielle, s’étaler à la une de la presse mondiale. Lui qui souhaitait pour sa première implantation en France jouer la carte de la discrétion, du secret, c’était à première vue raté. Mais depuis la presse a eu bien d’autres chats à fouetter et la rue du Cirque a retrouvé son allure tranquille, presque provinciale débouchant face au ministère de l’Intérieur. Une ambiance qui sied parfaitement au classicisme de bon aloi des lieux. Pas de décorateur star, pas de salles de fitness ou de spa, pas d’audaces hormis les sculptures contemporaines du lobby, sorties des collections personnelles de Roberto Naldi, jouxtant un authentique bureau Louis XVI chiné. Le charme bourgeois, mesuré, s’accordant parfaitement au Faubourg Saint-Honoré où la révolution, même hôtelière, n’est pas de mise. On entre ici dans une maison particulière et on y est reçu à l’identique non par un réceptionniste ou un directeur mais par la gouvernante ou par le Maître de Maison, Max Michel Grand. Un personnage, qui de grands hôtels en maisons de haute couture et de beauté, a tracé son chemin, tissant des liens indéfectibles dans l’univers du luxe dont il connaît tous les rouages et le langage. « J’ai eu la chance de côtoyer un monde magique, élégant, et exigeant. De fréquenter des personnes exceptionnelles, des créateurs, des patrons d’envergure mais surtout des clients dont les conseils avisés me servent aujourd’hui pour anticiper les attentes des hôtes du Splendide Royal. J’aime me définir comme un passeur de désirs qui travaille sur mesure. » Aux côtés de Giuseppe Rossi, polyglotte portant avec superbe sa cinquantaine, directeur général de la Roberto Naldi Collection, Max Michel Grand a sourcé le meilleur de la France et de l’Italie pour ses hôtes, depuis les produits de courtoisie du parfumeur florentin Lorenzo Villoresi jusqu’au linge de maison vosgien fabriqué en exclusivité pour le Splendide, tout comme les uniformes imaginés par la jeune créatrice parisienne Philippine Janssens, réputée pour ses tissus et ses coupes adaptées à chaque morphologie. Dans son atelier proche, rue d’Anjou, défilent aussi bien les têtes couronnées que les actrices. Et si, le champagne Arlaux, premier cru de la Montagne de Reims cultivé sans insecticides, vient évidemment de France, l’eau Acqua Filette, the best one, coule de la montagne della Ciociaria aux portes des Abruzzes. Et, pour combler de gourmandises tout un chacun, confitures, jus et nectars proviennent de petits artisans français, dénichés dans les campagnes… Tandis que les produits de couverture signés Fifi la Praline, confiseur dans le Xème arrondissement, offerts en alternance avec les spécialités de la Maison du Chocolat, jouent les titis parisiens.

 

On les croque avec délice, tout en guettant par sa grande fenêtre les va-et-vient rue du Cirque… au cas où quelques romances amoureuses s’y dérouleraient à nouveau.

 

Splendide Royal

18, rue du Cirque 75008 Paris.

www.robertonaldicollection.com

 

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos : D.R