Mythe ressuscité

Star incontestée de l’île Maurice, ce cinq étoiles, membre des Leading Hotels of the World, s’est offert un lifting parfait : discret et pourtant bien réel.

Attention : séjourner au Royal Palm crée une addiction… Personne ne peut rester indifférent au charme très spécial qui en émane. Ainsi, tout hôte venu prendre, ne serait ce qu’un déjeuner, se transforme en inconditionnel. Le Royal Palm aurait pu ronronner longtemps sur ses lauriers, mais cela aurait été sans compter la volonté de Jacques Silvant, le très charismatique directeur général, qui souhaitait apporter une sérieuse touche de modernité à ce lieu mythique. Le but ? Rajeunir oui mais ne surtout pas en dénaturer l’âme. Un pari pleinement réussi. Le crépi extérieur a été remplacé et les façades offrent désormais un aspect beige et lisse, les habillages de bois sont plus clairs…, des « micro-aménagements » qui ne trahissent en rien la structure d’origine mais donnent à l’ensemble une allure résolument contemporaine. Quant aux chambres et suites, leur nombre a été réduit de 84 à 69, leur superficie variant de 55 à 380 m2, et 30 chambres ont été réunies pour obtenir 15 suites de 110 m2… Chacune d’entre elles bénéficiant d’une terrasse privée ouvrant sur la mer. La décoration intérieure que l’on doit à la designer française habitant à Maurice, Amélie Montocchio, privilégie des matériaux nobles et chaleureux : granit, travertin, carrelages italiens, marbres gris veinés de fils d’or, chêne, noyer, tissus Frey, Nobilis, Fadini Borghi ou Casamance… Chaque type de suite adopte une palette de teintes différentes allant des bleus lagon au rouge corail, des parmes subtils aux verts tropicaux et leurs meubles en bois sombre sont fait sur place. Pépite de l’hôtel : la suite royale qui met en avant lumière, beaux volumes et une configuration unique sur trois niveaux. Elle offre un salon spacieux ouvrant sur un deck prolongé par un gazébo, deux chambres et une piscine privée.

Mais le Royal Palm a bien d’autres atouts pour ensorceler son visiteur. Parmi ceux-ci, la table, sous la houlette de Michel de Matteis, n‘est pas l’un des moindres. Depuis plus de 12 ans, le chef français règne sur les cuisines du Royal Palm. Meilleur Ouvrier de France en 1991, il a exercé ses talents dans de prestigieuses maisons : l’Hôtel Mirabeau à Monte-Carlo, le Château de Divonne, tous deux titulaires d’une étoile Michelin, La Tour d’Argent (trois étoiles), le St James Club, Taillevent (trois étoiles)… Trois restaurants se disputent les faveurs des gourmets : La Goélette, restaurant principal face à la mer, qui propose une cuisine de tradition alliant saveurs internationales et produits locaux. La Brezza, dirigée par le chef Alessandro Morino, est une nouvelle et élégante trattoria qui fait résonner des airs de dolce vita dans l’assiette : antipastis, pâtes variées ou encore un risotto d’exception. Enfin, Le Bar Plage, notre chouchou, lieu culte du Royal Palm, n’a pas changé de place et déploie toujours ses tables sous le fameux badamier centenaire. On citera aussi le spa. Magnifique espace de 1000 m2 estampillé Clarins, il est articulé autour d’une piscine et de bassins en cascade. Vastes et épurées, les 18 cabines de soins simples ou doubles sont baignées de lumière naturelle, l’ensemble respire une quiétude hors norme. On peut aussi bénéficier de soins maison où figurent massages traditionnels, traitements ayurvédiques ou encore rituels orientaux… Un salon de coiffure Leonor Greyl et une salle de sport équipée de machines dernier cri complètent l’offre de ce lieu hors du temps.

Quand on a épuisé les charmes de la plage, magnifique bande de sable blond le long du lagon,     où l’on s’adonne au farniente sur les lits de repos recouverts des fameux draps turquoise, on peut se livrer à quelques activités nautiques comme le ski, la voile, le paddle, la plongée en apnée, des balades sur le bateau à fond de verre, ou encore d’inoubliables sorties en mer lors d’excursions sur le Royal Princess, le somptueux yacht « maison » de 65 pieds. Parmi tous ses bienfaits, on vote une mention très spéciale au magnifique bain de nage posé au ras de la plage qui apporte la touche finale à cette rénovation ultra-réussie.

Les enfants ne sont pas oubliés : le Ti Royal, royaume des 3/12 ans, bénéficie d’un cadre idéal dans les jardins tropicaux. Nos chères têtes blondes y jouent à la PlayStation 3, suivent des cours de cuisine, s’adonnent à des ateliers de collage, de déguisements…

Enfin le Royal Palm ne serait pas le Royal Palm sans un service d’exception… Chaque hôte a le sentiment rare d’être un habitué de longue date même si c‘est là sa première visite !

www.beachcomber-hotels.com/hotel/royal-palm/fr.html

Texte : Adine Fichot-Marion – Photos : D.R