La Bamba De Areco, Fière à Cheval

8 Services
10 Confort
10 Caractère
10 Environnement
8 Intimité
8 Prix
9

Escale naturelle d’un périple en Argentine, la Bamba de Areco remet le patrimoine gaucho au goût du jour. Entre balades à cheval Criollo et siesta dans la pampa, l’estancia cultive un nouvel art de vivre.

TEXTE JÉRÔME BECQUET

LES SEIGNEURS DE LA PAMPA

Une légende bien vivante

MARTIN EST GAUCHO. La Bamba de Areco ne lui appartient pas, mais il y a passé la majeure partie de sa vie, en pleine pampa, entouré de chevaux et de per- sonnes comme lui, fidèles à cette demeure consacrée à la culture « gauchesca ». Il accueille les hôtes au galop, son sourire témoignant du plaisir qu’il prend à leur ouvrir le domaine. Timi- dité ou humilité ? Difficile de cerner l’aura vaga- bonde qui en émane, alors qu’il s’échappe déjà, son ombre obscurcissant furtivement la façade rouge sang-de-bœuf de l’estancia. Flashback. En 1830, l’établissement est un relais de poste où les cavaliers marquent le pas, le long du Camino Real, voie royale pour rejoindre le nord argentin depuis Buenos Aires. Parmi les plus anciennes estancias du pays, la demeure restaurée en 2010 n’a rien perdu de son image d’oasis au milieu du désert vert qu’est la pampa humeda. Sauf que désormais, le gaucho, c’est vous.

Une bonne humeur raffinée

Bon, un gaucho légèrement surclassé, qui ne se refuse pas un bain de soleil autour des reflets éméraude et naturels de la piscine, après un petit trot sur le terrain de polo… Un cavalier qui sait reconnaître la douceur des draps en coton égyptien des lits à colonnes hauts perchés. Un épicurien raffiné qui, en sortant de sa douche, laisse quelques empreintes mouillées sur le sol en damier de la salle de bains, avant de s’enrou- ler dans une couverture en alpaga, histoire de prévenir la tombée de la nuit… quand les bou- gies s’invitent dans le décor. Quelqu’un frappe à la porte pour annoncer que les autres convives vous attendent pour un toast au vin de Mendoza, à la « Pulperia », bâtiment un peu à l’écart de l’es- tancia. Autour du comptoir en bois, les rires ne demandent aucune traduction. Venus du Cap Ferret, Genève, New York City et Buenos Aires, les hôtes d’un soir rendent hommage sans le savoir à la traditionnelle joie des gauchos qui au- trefois animait ces murs de briques aux relents de vieux ranch.
L’alchimie se réalise ici, au sein d’une propriété d’où personne n’a été déraciné. Le partage s’impose naturellement, au déjeuner dans le fumet de la viande grillée de l’asado, à l’heure du thé dans les volutes du maté, au dîner autour d’une grande table d’hôtes, où chacun conte sa journée en dégustant une crêpe au dulce de leche.

Offre spéciale

Voyageurs en Amérique du Sud propose un séjour de 9 j./ 6 n. avec vols réguliers sur Air France, transferts, 2 nuits à Buenos Aires petits-déjeuners compris et 3 nuits en pension complète avec activités incluses, cheval entre autres. À partir de 2 700 €. www.voyageursdumonde.fr

La Bamba de Areco

ARGENTINE / SAN ANTONIO DE ARECO

L’hospitalité ici est une tradition, et la Bamba ne déroge pas à la règle. Le service, depuis le petit-déjeuner jusqu’à la préparation de votre cheval en passant par l’organisation d’une visite en ville est impeccable. Les chambres, le salon, la Pulperia ont été décorés avec personnalité, mix contemporain de photos flirtant avec la culture traditionnelle. Seule remarque : au déjeuner pour les séjours prolongés, faudrait-il proposer autre chose que l’asado, qui revient chaque jour ? Et aux dîners une alternative à la tablée. JB

CHAMBRES : 9 et 2 suites.

PRIX : à partir de 400 € la chambre double en pension complète.

TABLE : barbecue pour le déjeuner servi au Quincho, salle à manger d’été à l’ombre des platanes, thé et gâteaux maisons sur la terrasse de la Pulperia, dîner dans la grande salle de la propriété..

ACTIVITÉS : piscine, virée à cheval criollo le long de la rivière Areco, matches de polo, billard, massages.

ADRESSE: Ruta 31 – San Antonio de Areco – Provincia de Buenos Aires

Tél. : + 54 2326 454 895

RESERVATIONS: www.labambadeareco.com

Mots Clès de l'article
,