Escapade au vert

A quelques minutes de Deauville et de ses célèbres planches, un lieu mythique créé par Claude Lelouch en 1978. L’escale discrète et raffinée des amoureux de la Normandie.

En plein Bocage Normand, cette grande maison de famille à colombages, blottie dans un parc paysager de 7 hectares, occupe une place de choix. Ancienne propriété de Claude Lelouch, construite pour le tournage d’un film qui n’a jamais vu le jour, elle est aujourd’hui celle du Groupe Floirat, déjà propriétaire du Byblos à Saint-Tropez et de la Réserve à Saint-Jean-de-Luz, qui l’a enrichi de quatre manoirs. Il suffit de passer l’entrée pour se fondre dans cet univers élégant, égayé de photographies d’artistes et de films légendaires. La décoration intérieure, entièrement retravaillée et signée Mireille Chevanne, respecte le style de la région avec quelques pointes contemporaines. Dans les 57 chambres dont 35 suites au nom d’une personnalité française ou américaine du cinéma (Jean Harlow, Anouk Aimé, Marie-Sophie L, Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Laurel et Hardy, Vincent Lindon, Fernandel…), toutes ouvertes sur la nature et décorées de jolis meubles sur mesure, des harmonies de beige, taupe, gris, rouge ou rose pour des tissus signés Pierre Frey, Manuel Canovas, Toile de Mayenne ou Dedar. Les manoirs circulaires aux toits pavés d’ardoise et aux façades boisées de colombage, ajourés de grandes baies vitrées, et dotés de quatre duplex ou de huit chambres, sont conçus comme de belles maisons indépendantes. Toutes les parties sont communicantes, idéales pour un séjour en tribu. Et partout, des cheminées chaleureuses, crépitantes et réconfortantes…, tout ici respire la poésie de la vie à la campagne. Rénovée et dotée d’une cinquantaine de fauteuils, la salle de cinéma est le lieu idéal pour découvrir ou redécouvrir les films du Claude Lelouch bien-sûr, mais aussi ceux d’Hitchcock, les James Bond et une sélection pointue de grands classiques du 7ème Art. Sportif ? Une piscine intérieure chauffée en permanence à 27° vous invite à faire quelques longueurs après quelques échanges sur le cours de tennis ou une balade à vélo. Les adeptes du farniente, peuvent achever leur journée au sauna ou avec une remise en beauté au spa Esthederm qui combine avec brio audace et protocoles d’exception pour un moment de détente et de repos absolus. L’art de vivre se poursuit au restaurant panoramique « le 1899 », année de naissance de Sylvain Floirat, arrière grand–père d’Antoine Chevanne et fondateur du groupe, ouvert sur la campagne avec sa forme arrondie et sa charpente ciselée de bois, dans des tonalités de prune et de corail. Fidèle à la tradition culinaire de la région, le chef Emmanuel Andrieu propose des mets interprétés où les grands classiques cohabitent avec des suggestions de saison. Sa cuisine fait la part belle aux inspirations Normandes, revues et corrigées dans un esprit moderne et inventif, proposée parfois sous forme de tapas, parfois métissée d’inspirations venues du Sud.

Un lieu 4 étoiles où vous êtes accueillis comme des amis par Yves-Marie Guguen, directeur de cette maison… Ecouter le silence en hiver, suivre les chemins des haras au printemps, savourer la fraîcheur sous les arbres en été, profiter des couleurs automnales, un endroit propice à chaque saison !

Texte : Caroline Corvaisier – Photos : D.R