Elégance naturelle

Le groupe Barrière a décidement le vent en poupe… Après la refonte du Normandy, dévoilée au printemps dernier, on fête l’inauguration de l’hôtel Barrière Les Neiges à Courchevel 1850 

Le groupe Barrière était le grand absent de Courchevel… Cette lacune est enfin comblée depuis le début de la saison d’hiver. Membre des Leading Hotels of the World, l’hôtel Barrière Les Neiges se veut le « garant du savoir-faire et de l’excellence à la française ». Nathalie Ryan, architecte d’intérieur et décoratrice, a voulu « un hôtel qui soit un peu en opposition avec ce qui se fait à Courchevel ; créer un univers autour de la famille dans une ambiance chalet avec des éléments contemporains », elle insiste bien sur le fait « que l’on se sente dans une bulle de chaleur dans l’authenticité des matériaux ». L’hôtel bénéficie, comme atout de choc, d’une situation superbe au pied de Bellecôte, la célèbre piste qui a vu nombre de débutants s’essayer à la glisse. Les 42 chambres, parmi lesquelles on compte 20 suites et un penthouse de 310 m2 sur deux niveaux, ouvrent sur les pistes : un régal pour l’oeil. Dès le lobby, on comprend que l’atmosphère « chalet » joue bel et bien les vedettes ici. Habillé de bois et de pierres, il est ponctué d’espaces cosy où l’on peut s’installer autour de la cheminée avec un livre pioché sur l’un des nombreux rayonnages disposés çà et là. L’ambiance chaleureuse est renforcée par l’important travail qui a été fait sur les différentes essences de bois de montagne comme le mélèze et le pin… Pièce maîtresse du lieu, le lustre. Cette vraie sculpture de lumière est faite d’un mix de boules de verre transparent comme la glace et de boules de résine blanches éclairées de l’intérieure par des leds, l’ensemble dégringolant le long de l’escalier monumental : l’illusion parfaite d’une chute de flocons ! Ainsi, pas de doute, on est bien à la montagne d’ailleurs, les clins d’oeil à l’environnement sont nombreux : dans les couloirs la moquette reprend les traces laissées par les skis dans la poudreuse et les appliques se donnent des allures de cristaux de glace. En rentrant dans leurs chambres, les hôtes sont enveloppés par la chaleur du bois : le mélèze est travaillé de manière historique, ce qui dégage un certain graphisme. On retrouve cette même ambiance cosy, toujours du luxe sans prétention : cachemire, fourrures, matières soyeuses et brutes comme le drap de laine de Bonneval se côtoient et les éclairages sont très soignés, très doux. Les salles de bains affichent elles aussi un joyeux mélange : pierre, bois, marbre. Dans un souci de différenciation, les têtes de lit sont de 3 couleurs différentes selon les chambres. Nos préférées ? La 401 avec ses grandes baies vitrées qui ouvrent sur Bellecôte et la 308, une très belle suite de deux vastes pièces avec une cheminée.

Véritable lieu de vie l’hôtel est doté d’un bar et de deux restaurants radicalement différents. Reprenant les codes du Fouquet’s à Paris, le Fouquet’s d’ici s’habille de boiseries blondes relevées par le velours rouge claquant des banquettes et des fauteuils. Il nous plonge dans l’univers du cinéma avec les portraits d’acteurs célèbres signés Harcourt, sur les murs. Sa superbe terrasse permet un accès direct sur les pistes. Dans l’assiette, les essentiels de la grande tradition des brasseries parisiennes, revisités dans l’esprit des cimes, comme la fondue à la truffe ou les crêpes Suzette, ce qui ne laisse personne indifférent surtout après quelques descentes. Le deuxième restaurant, le B Fire, est plus intime avec ses murs rouges et ses fauteuils recouverts de fourrure, plus voué à des ambiances nocturnes. Le chef Mauro Colagreco, doublement étoilé à Menton, a travaillé avec les plus grands au cœur de restaurants et de palaces prestigieux. Cet Italo-Franco-Argentin a concocté une carte qui reflète bien son goût des voyages, du soleil et des produits frais. Sa cuisine inventive et ses plats ont une infinie délicatesse et ses grillades au feu de bois réalisées avec des viandes exquises valent le détour. Et comme l’hôtel se veut une destination famille, les enfants y sont traités en VIP ! Ils peuvent s’adonner, au club qui leur est réservé, à de nombreuses activités : ateliers artistiques de la sculpture à la photo, en passant par la musique, la bande dessinée, le 7ème art et bien sûr suivre des cours de cuisine. Tout ceci ne les empêche pas de profiter des cours de ski et pour les ados confirmés de se retrouver sur le Familly Park, un terrain de jeu idéal, avec ‘Boardercross’ ou ‘Big Air Bag’. Profitons en pour signaler que le Ski-room des Neiges, le plus grand de la station (240 m2), est associé à la prestigieuse Maison Bernard Orcel, une référence à Courchevel depuis 40 ans. Expertise, qualité, service sur-mesure, entretien quotidien du matériel, « ski valet »… les clients sont accompagnés et conseillés comme il se doit. Enfin dernier bienfait du lieu, le spa Diane Barrière baigné par la lumière naturelle avec vue sur les pistes. Il comprend 6 cabines de soins, une suite exclusive pour deux avec hammam et sauna privé. On y profite des soins sous la houlette des marques Biologique Recherche et Ligne St Barth. Pour une relaxation totale, on plonge dans la piscine de 20 mètres, avant de profiter du jacuzzi extérieur. De nouvelles étoiles dans le ciel de Courchevel !

 

Hotel Barrière Les Neiges

422 Rue de Bellecôte

73120 Saint-Bon-Tarentaise

Tel : 04 57 55 22 00

www.hotelsbarriere.com

Texte : Adine Fichot-Marion – Photos : D.R