The Sheraton Grand London Park Lane : Ode aux années folles

À l’occasion de ses 90 ans, le London Park Lane dévoile sa nouvelle métamorphose, décoration soignée et identité siglée.

Un lever de rideau très attendu, en présence de quelques « happy few » londoniens… Plus de 600 invités pour fêter comme il se doit cette belle élégante des années 30, fraîchement reliftée. Une restauration orchestrée de main de maître par l’architecte Maria Katsarou Vafiadis du cabinet MKV Design. Construit en 1927, l’établissement irradie de son style Art Déco le quartier de Mayfair. Le nouveau London Park Lane mêle un décor original et une collection de meubles et d’objets savamment mis en scène. Sa façade en est un bel exemple, comme l’ensemble des salles de réception, aujourd’hui classées : boiseries, bois laqué, mosaïques, feuilles d’argent, plafond sculpté… Aussi spectaculaire, la salle de bal « Tudor Rose Room », aux tonalités roses et beiges, habillée de colonnes ciselées, de fresques murales et illuminée de lustres fleuris en verre dépoli, impressionne par sa taille et son histoire. Témoin privilégié des premiers pas de danse de la Reine Elisabeth II, elle fut réquisitionnée pendant la seconde guerre pour accueillir les membres du parlement, avant de devenir un lieu de tournage très prisé : GoldenEye, The Danish Girl, The Infiltrator. Aussi extraordinaire pour l’époque, cet hôtel fut l’un des premiers à disposer de salles de bains privées dans les chambres. Plus design, le restaurant, le bar et les chambres offrent une vision contemporaine de ces années folles. Le « Palm Court », grande galerie ornée de sa verrière d’époque, joue avec brio la carte de l’ancien et du contemporain. On y sert le tea-time, tradition gourmande bercée par les notes romanesques d’une harpiste de talent. Même sentiment d’espace et de luminosité dans les larges couloirs qui mènent aux chambres. 303 au total aux reflets beiges et gold, dont 21 suites face à « Green Park ». La nuit promet d’être douce dans ces espaces intimistes, parés d’une décoration 30 revisitée avec glamour. Féminité subtile autour des têtes de lit en cuir capitonné, des miroirs biseauté, des appliques volutées et des bouquets d’aromes blancs. Plus typés, façon Macassar, les chevets en bois « zébrano » et le bureau offrent toute la technologie moderne. Un service nec plus ultra pour les 43 chambres et suites « Sheraton Club » qui bénéficient d’un accès au « Sheraton Club Lounge », espace privé avec différents salons et bar, et la possibilité pour les hôtes privilégiés d’y travailler, prendre leur petit déjeuner et des collations tout au long de la journée. Côté restauration, le restaurant italien Mercante, sert une cuisine de saison, aux envolés napolitaines et florentines dans un décor français XVIIIème. Des moulures, rosaces et colonnes, issues de la résidence JP Morgan, achetées aux enchères et restituées comme à l’origine. L’enthousiasme est à son comble au bar Smith & Whistle, rendez-vous incontournable des gentlemen de Mayfair. Les ladys sont également conviées à siroter l’un des coktails signature, revisité par Rebecca Seal : Carolina Plantation Bracer, The Colonial Cooler, The Sazerac… Un twist festif !

 

The Sheraton Grand London Park Lane

Piccadilly

London W1J 7BX

Tel. : + 44 (207) 499 6321

www.sheratonparklane.com

 

Texte : Sophie Maslard – Photos : D.R

Etiquettes
, , ,