Le Sahrai ~ Maroc

10 Services

8 Confort

8 Caractère

8 Environnement

6 Intimité

10

8.3

Premier palace contemporain indépendant de Fès, le Sahrai souffle un vent nouveau sur la capitale spirituelle marocaine. Avec ses espaces imaginés par Christophe Pillet, très prisés par l’intelligentsia fassie, l’endroit à peine ouvert est déjà devenu the place… to be.

PAR ÉLODIE DECLERCK – PHOTOS VÉRONIQUE MATI

L’autre Riad

Adaptation des patios hispano-mauresques, des atriums végétalisés rythment les espaces.

À première vue, le Sahrai joue les antagonistes. Le nouveau cinq-étoiles décrit par l’architecte Christophe Pillet comme « contemporain sans être outrageusement design », vient d’ouvrir ses portes à l’orée de Dhar Mahraz, un quartier défavorisé de Fès, où il ne faisait guère bon s’aventurer il y a encore quelques années. Décider d’y établir un hôtel de luxe, qui plus est excentré de la médina labyrinthique, relevait donc du pari insensé. C’était compter sans l’ambition visionnaire du jeune homme d’affaires fassi Anis Sefrioui, qui a entrevu dans la réhabilitation du quartier par les autorités municipales une formidable opportunité. “La Mezzanine”, restaurant-lounge branché surplombant les remparts et le jardin Jnan Sbile, c’est lui, “Maison Blanche” à Fès puis à Casablanca, lui encore. Avec son père, l’architecte Chakir Sefrioui, propriétaire du Riad Fès, il fait résolument partie de ceux qui font bouger la ville. Attentif aux détails et au service, le trentenaire a, durant sept week-ends d’affilée, invité quelques dizaines d’influents de tout le pays à venir tester l’établissement afin de recevoir critiques et opinions. Père et fils pèseront aussi de tout leur poids pour faire aboutir le projet de golf en contrebas, qui devrait apporter une valeur ajoutée notable, et pour faire cacher d’un mur végétal l’enceinte du centre commercial venu s’implanter, témoin du nouvel essor du quartier.

À la fois anguleux comme un loft et paré de codes traditionnels, le Sahrai joue les ovnis dans le paysage.

Une transcription traditionnelle du loft

par l'architecte Christophe Pillet

À la manoeuvre côté architecture et décoration, Christophe Pillet, qui avait orchestré l’extension du Riad Fès en 2011. Ici encore, le Français a sublimé le savoir-faire des artisans locaux. Toute la richesse ornementale des lieux se révèle à travers leur travail minutieux sur les marbres, bassins de zelliges, stucs sculptés, dinanderies et céramiques et, en fil conducteur, « pour créer une unité intérieur-extérieur », la pierre naturelle calcaire de Taza qui, en fonction de la luminosité, déploie des camaïeux d’ocre et de gris. « On est dans une narration contemporaine qui intègre le patrimoine, sans tomber dans le pastiche », souligne l’architecte. Avec ses hautes baies vitrées cerclées de métal, ses volumes dégagés et ses angles marqués, la structure du bâtiment va jusqu’à titiller la définition du loft « tout en gardant une certaine intimité ».

Entre tradition et modernité, le Sahrai se joue des codes et ne connaît pas la concurrence. Ni riad ni resort, il mise sur le côté différenciant des boutiqueshôtels : une architecture originale, un hébergement à taille humaine de 50 chambres et une situation géographique prisée. Perché sur une colline à l’ombre du contre-Atlas, l’hôtel domine la plus grande médina du monde arabe. À son pied, la porte sculptée de Bab Jdid fait la jonction entre le bouillonnement de la Fès séculaire et les immeubles immaculés de la Ville Nouvelle. Un peu plus loin, le Mellah, le Palais royal et le chant des muezzins. Quand, le soir venu, les grandes arcades rappelant l’ancien palais d’été du maréchal Lyautey, s’illuminent de lanternes de cuivre et que la jeunesse fassie se presse sur le roof-top, on se réjouit qu’un peu de faste et de magie, “sahrai” en marocain, soient de retour en ces lieux.

Au Spa Givenchy,moucharabiehs, dinanderies et parements de gypse donnent le tempo.

Spa Givenchy

Premier d’Afrique du Nord, le Spa du Sahrai est (seulement) le quatrième griffé par Givenchy à l’international. Après le Mirador Kempinski en Suisse, le Touessrok sur l’île Maurice et les Trois Tilleuls au Québec, la marque du groupe LVMH n’avait pas misé sur un Spa hôtelier en dehors de la France depuis une dizaine d’années. Comme d’habitude conçu par l’architecte d’intérieur Patrick Ribes, il décline une boutique tout en noir et blanc et cinq cabines de soins où les moucharabiehs laissent filtrer la lumière, élément essentiel des protocoles Givenchy. Le sous-sol est entièrement aménagé en sept vastes salles de hammam et une salle de relaxation, que l’on regrette aveugle cependant. Heureusement, on peut toujours gagner les abords de la petite piscine intérieure en zelliges émeraude si typiques de Fès.

Sahrai ~ Maroc / Fès

Infos Pratiques

Premier palace contemporain indépendant de Fès, le Sahrai a les défauts de sa jeunesse fougueuse. Le somptueux travail d’orfèvre des artisans fassis et le service attentif plein de bonne volonté compensent heureusement les finitions et l’insonorisation qui laissent à désirer. Sa situation, juchée sur un promontoire du quartier défavorisé de Dhar El Mehraz, qui fait la jonction entre Médina et Ville Nouvelle, offre un panorama exceptionnel sur le Mellah (quartier juif) et le Palais royal. Idéal pour se retirer de l’effervescence de la capitale spirituelle du pays.

CHAMBRES : 50. On préfère les standards, avec leurs salles de bains en cube de verre, aux Junior Suites où les télévisions sont disposées au milieu de la pièce : dommage. Nous vous recommandons les n°204, 306 et 312.

PRIX : à partir de 140 € la nuit (en soft opening jusqu’en octobre).

TABLE : Relais de Paris (cuisine française) et Amaraz (traditionnel). Coup de coeur pour le couscous tfaya et l’assortiment d’entrées marocaines.

ACTIVITÉS : Spa Givenchy avec hammam de 7 salles en sous-sol, grande piscine extérieure, bar en roof-top, court de tennis, ateliers d’artisanat (dinanderie, poterie…)

ADRESSE: Bab Lghoul, Dhar El Mehraz 30 000 Fès, Maroc
Tél. : +212 (0)535 940332

RESERVATIONS: www.hotelsahrai.com

Archives > The Place