Le Vietnam entre terre et mer

Pieux, meurtri, magnanime, le pays oscille entre nature préservée, lieux de culture et sites romanesques, jamais bien loin de l’eau. Petit périple d’Hanoï à Hué par les côtes, en partie à bord du Soléal, fleuron de la Compagnie du Ponant.

Entre pudeur et frénésie

PAR JUDITH JULL - PHOTOS ÉRIC D’HÉROUVILLE

D’ouest en est, la région présente un large camaïeu de verts. L’agriculture tient une place prépondérante au Vietnam. Plus de six emplois sur dix sont liés à ce secteur. Les ressources nourricières sont partiellement destinées au marché local, mais le pays se place surtout dans le top 3 des exportateurs mondiaux de riz et de café. Si l’on retrouve des caractéristiques de végétation tropicale, dans le nord on distingue également un grand nombre de chênes, cèdres et pins, parfois plantés pour leurs ”chants”.


Vietnam56

Départ d’Hanoï, « la ville au delà du fleuve », dans le delta du Sông Hôngn, fleuve rouge qui coule dans le nord. Si des lieux tels le poétique temple de la littérature échappent à l’espace et au temps, c’est l’effervescence qui régit la ville. Des ballets de deux-roues se jouent sans interruption sous un ciel de câbles électriques en équilibre instable. Un éclat d’obus dans un bâtiment, un bunker dans la citadelle, le mausolée d’Hô Chi Minh… comme dans tout le pays, la guerre est terminée, la guerre est partout. Sur les trottoirs, pho et bò bún des stands de cuisine de rue monomaniaque, se livrent une bataille d’enseignes.

Du noir et blanc à la couleur

À chaque coin de rue, entre les humbles marchés et les cafés branchés, des femmes se protègent sous des chapeaux coniques, portant une palanche lestée de lourdes charges sur leur épaule gracieuse. Comme une carte postale additionnée de klaxons. Cette agitation, on l’emporte sur la route, en direction du grand port de la coloniale Haiphong ; comme un tumulte qui ennoblira les ravissements à venir.

À commencer par ce réveil dans la brume, après une nuit de navigation et la découverte de la fantasmagorique baie d’Ha Long. Le bateau de la Compagnie du Ponant s’enfonce dans un paysage en noir et blanc, fait de rochers monumentaux, plantés dans une mer d’huile. Alors que l’aube déserte, un doute fugace : se pourrait-il que l’éclatant vert des rizières et la multitude de teintes croisées la veille éclipsent les couleurs au large ? Enfin, un timide rayon de soleil vient dévoiler la végétation pigmentée par la chlorophylle qui assaille les îlots rocheux. Tandis que les jonques parcourent le dédale créé par ces chaînes karstiques, dévoilant nombre de grottes et criques. D’Ha Long à Hué, la côte forme une courbe semblable à celle d’un arc bandé.
Une journée de navigation en mer de Chine permet de rallier le coeur culturel du Vietnam. Entre les deux greniers à riz du pays se trouve une mince bande de terre, et Hué.

77- vietnam_31

Le poids de l’histoire, la légèreté de la vie

Le mausolée de Minh Mang est l’un des nombreux sites construits à la gloire d’empereurs défunts. L’ensemble architectural symétrique, constitué de quarante monuments est bâti en bordure d’un lac dans une reposante harmonie avec l’environnement. Sur les toits, les rambardes, les piliers, le dragon est omniprésent dans les constructions de la région. Puissant animal sacré associé à l’eau, il symbolise la force et apporte la bonne fortune.

Vietnam48

Vietnam53

Vietnam52

Le pays regorge de temples, pagodes, maisons communales et petits autels particuliers. Tant dans les villes que dans les campagnes, en bord de route ou dans des boutiques, ils témoignent d’une foi vive où se mêle animisme, croyance aux génies, culte des ancêtres très prononcé et bouddhisme zen. Partout, les prières s’élèvent avec la fumée des bâtons d’encens et les principes du feng shui dictent la plupart des constructions.

77- vietnam_26

L’ancienne capitale impériale a conservé une élégance particulière. Dans cette ville où évoluaient autrefois les mandarins, on distingue aujourd’hui un attachement au savoir et aux lettres qui confère une ambiance délicate, comme cadencée de rimes. Presque malgré elle, Hué raconte les différentes “invasions”, entre enceintes inspirées de Vauban et plan proche de la cité interdite pékinoise.

Elle offre aujourd’hui, au détour de ses multiples palais et jardins, une promenade apaisante. Et dans la campagne environnante où la rivière des parfums serpente, les champs de tombes des hommes du peuple colorient le paysage d’adieu qui défile, sans pâlir devant la démesure des tombeaux impériaux.

CARNET DE VOYAGE

Avec la Compagnie du Ponant, 12 jours / 11 nuits en pension complète (hors taxes et excursions) à partir de 2 540 € par personne en base double.

Prochains départs (dans un sens ou dans l’autre) : 10 et 21 novembre, ou 2 décembre 2014.

Tél. 0 820 22 50 50 et www.ponant.com.

Asia propose un itinéraire sur mesure de 6 jours / 5 nuits (Hanoi, Hué, My Son), avec voiture particulière, chauffeur et guide francophone, à partir de 1 342 €.

Nuits supplémentaires possibles à chaque étape. Le touropérateur organise également des itinéraires personnalisés en Asie, aux escales, ainsi qu’avant et après les croisières Cie du Ponant.

Tél. : 01 44 41 50 10 et www.asia.fr.

7 directs quotidiens Paris- Hanoï sur Vietnam Airlines, A / R à partir 669 € TTC.

www.vietnamairlines.com.